▲ LES RACES, SEXUALITÉ ET MARIAGE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Jeu 30 Mar - 23:00




les humains
Inexplicables humains, comment pouvez-vous
réunir tant de bassesse et de grandeur,
tant de vertus et de crimes ? ▲ Voltaire

pour faire simple → Race dominante de Thédas, les humains sont loin de demeurer les premiers à avoir arpenté le continent et pourtant, ils ont envahi toute sa surface en s'étalant sur plusieurs régions ainsi que divers royaumes. Ce sont les plus nombreux mais aussi les moins soudés, toujours pris entre bon nombre de conflits internes ; qu'ils soient politiques, religieux ou autre. Un rien est capable de les séparer et de les faire entrer en guerre bien qu'ils s'unissent parfois comme en cas d'enclin ; mais même là, les coups bas sont monnaie courante entre eux.

leurs origines
L'histoire raconte que les humains n'ont pas toujours arpenté les terres de Thédas ; les premiers d'entre eux seraient arrivés depuis les forêts tropicales il y a plusieurs milliers d'années en migrant vers le sud du continent. A l'époque, ils formaient une seule et unique tribu nommée les Néroméniens qui s'est par la suite divisée en plusieurs au fil de leur avancée sur le territoire ; formant notamment la première grande nation humaine, l'Empire de Tévinter. Petit à petit, ils ont commencé à dominer la surface où séjournaient les elfes avec qui ils ne se sont jamais entendus : d'une part car trop proche des humains, ces derniers perdaient leur immortalité mais même lorsqu'ils se sont éloignés des trouble-fêtes, leurs cités elfiques ont étés détruites de la main des humains. Jusqu'à être réduits en esclavage, perdre petit à petit leur culture ainsi qu'une bonne part de leur passé. Les humains ont ainsi envahi Thédas, imposant leurs nouvelles croyances et coutumes avec l'idée de convertir chaque autre peuple. De nouveaux royaumes ont vu le jour jusqu'à s'étendre sur presque tout le continent ; en surface, laissant les tréfonds aux nains.

leurs croyances
Les humains accordent une grande importance à leur religion, le cantique de la lumière représenté par la Chantrie ; qui occupe de ce fait une place primordiale au sein de leur société. Royaumes, éducation, coutumes, tous y sont d'une certaine manière reliés et suivent la parole de la Divine qui dirige la Chantrie d'Andrasté ; son siège étant situé à Val Royaux en Orlaïs. Mais si une grande majorité d'entre eux sont de fervents croyants, tous les humains ne sont pas des adeptes pour autant ; il arrive que certains s'en détournent soit pour d'autres croyances, soit parce qu'ils ne croient pas à tout ça. De plus, il existe une seconde Chantrie, celle Impériale, présente uniquement dans l'empire de Tévintide et différente sur deux points distincts : le premier étant les points de vues concernant la magie qui divergent énormément et le second étant son leader qui à contrario de la Chantrie d'Andrasté, est un toujours homme → pour en apprendre plus sur la chantrie et les religions, c'est juste ici

les petits plus
Apparence → Les humains sont en apparence très variés, que ce soit au niveau des vêtements, des cheveux, du faciès, de la pilosité, un tas de détails mais en règle générale, leur taille équivaut à celle des elfes ; la différence se situant plus au niveau de leur carrure bien plus épaisse que ces derniers.

Nations humaines → Les principales nations humaines dans tout Thédas sont au nombre de huit : nous retrouvons bien évidemment Orlaïs, Ferelden, l'empire Tévintide, Antiva, Riveïn, le Nevarra, les Anderferls ainsi que les Marches Libres. → pour en apprendre plus sur ces nations, c'est juste ici

Relations interraciales → Toujours en proie aux tensions avec la race des elfes en raison de leur passé commun, voyant les qunaris d'un mauvais œil, ils sont à contrario en plutôt bon terme avec les nains. Il faut dire que la plupart des humains restent en général très racistes malgré les reproductions interraciales qui surviennent parfois.


avatar
Épouse du créateur
▲ MESSAGES : 325
▲ LOCALISATION : DANS L'AU-DELÀ.

Voir le profil de l'utilisateur http://thedawnwillcome.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 7 Avr - 10:14




les elfes
Once, my people walked this land as gods.
We worked magic that would blind you with its beauty.
Now, we lurk in the deep forests and prepare for the
next time you shemlen do something that upsets
the balance of this world ▲ Felassan

pour faire simple → Ancienne race dominante et première apparue à la surface de Thédas, les elfes ont pratiquement tout perdu depuis l'arrivée des humains. Désormais, leur peuple est séparé en deux catégories distinctes : les elfes citadins qui vivent sous le joug humain ainsi que les elfes dalatiens qui forment plusieurs clans nomades loin des citées humaines. Les tensions sont présentes entre ces deux groupes car les dalatiens ne comprennent pas comment les citadins ont pu accepter ce mode de vie en délaissant la culture originelle de leur peuple.

leurs origines
Il fut un temps où les elfes étaient immortels. En harmonie avec la nature, la magie, avec leur belle cité abritant un panthéon pour propres dieux et surtout : ils étaient les seuls à arpenter la surface. Bien avant que débarquent un jour les humains. Les deux peuples ont d'abord tenté de cohabiter en paix mais lorsque les elfes ont commencé à perdre leur immortalité au contact des humains, ils s'en sont éloignés comme de la peste ; laissant ainsi à ces derniers l’occasion d'étendre leur influence. Une erreur fatale qui causa bien des tords aux elfes retranchés dans leur havre de paix, leur patrie, Elvhenan. Celle-ci fut malheureusement rapidement assiégée par les humains sous la bannière de leur nouvelle nation ; l'empire Tévintide. Ils ont perdu Elvhenan, leurs droits, rapidement réduits en esclavage avant de se rebeller contre leurs geôliers. Beaucoup ont péri mais les survivants ont trouvé refuge dans une nouvelle patrie elfique bâtie de leur propre main et nommée Halamshiral ; afin de restaurer leur culture perdue. Si celle-ci pourtant plus éloignée des humains dura un temps, elle tomba à son tour en anéantissant une énième part de leurs origines, causant une séparation au sein du peuple. Si certains elfes acceptèrent les termes des humains de vivre sous leurs conditions, d'autres ont préféré vivre une vie de nomade en tentant bien que mal de recoller les bouts fissurés de leur culture, de leur passé envolé.

les elfes dalatiens
« Nous sommes les Dalatiens : gardiens de notre savoir perdu, chasseurs qui arpentent le chemin solitaire. Nous sommes les derniers d'Elvhenan et plus jamais nous ne nous laisserons soumettre. » Se considérant comme les derniers vrais descendants des elfes d'antan, les Dalatiens vivent en nomades à travers tout Thédas ; errants en petits clans indépendants tout en cherchant à récupérer et préserver la culture perdue de leur peuple. Toute la connaissance, tous les précieux trésors tombés en même temps que leurs anciens royaumes. Ils gardent une rancœur, parfois bien plus envers la race humaine responsable de leurs malheurs même si plusieurs générations s'étant écoulées, certains savent se montrer moins agressifs en fonction de l'individu. Malgré tout, chaque clan est bien gardé et n'importe quel étranger à proximité est directement repéré, menacé de plus d'une flèche jusqu'à ce qu'il donne une bonne raison de sa venue sur leur territoire ; auquel cas il est préférable pour lui de faire demi-tour. Ceci est valable autant pour les humains que n'importe qui étranger à leur groupe ; même les elfes citadins.

Croyances et coutumes → Leurs croyances restent inchangées. Tout comme leurs ancêtres, les Dalatiens possèdent encore un panthéon avec leurs propres dieux, leur permettant de façonner leurs coutumes et l'éducation des plus jeunes. Lorsque ceux-ci atteignent l'âge adulte, la tradition veut qu'ils assistent à un rituel durant lequel le jeune Dalatien se fera tatouer le symbole de son dieu choisi sur le visage. Celui-ci est présent afin de commémorer ce passage très important et pour que les générations futures ne perdent pas le peu qu'il reste de leur culture. Bien souvent, dans le même dessein, l'ancien de chaque clan aime raconter l'histoire de la chute de leurs royaumes aux enfants. Ceux-ci sont réunis en cercle, participent, et les plus grands sont évidemment conviés avec grand plaisir. → pour en apprendre plus sur leurs croyances, c'est juste ici

Fonctionnement d'un clan → Un clan Dalatien ne reste jamais indéfiniment au même endroit pour plusieurs raisons, la principale étant l'Archiviste qui gère celui-ci ainsi que sa/son second considérés comme des apostats qui évitent d'être trop proche des cités humaines ; donc des templiers. Quoi qu'il en soit, en tant que peuple nomade, ils sont habitués à parcourir des distances accompagnés de leurs aravels : des wagons spéciaux avec de grandes voiles triangulaires et une sorte de gouvernail sur le dos ainsi que leurs Hahls qui tirent bien souvent ces dernières. Leurs déplacements se font la plupart du temps en forêt pour un soucis de précaution ; jusqu'à ce qu'ils ne trouvent un nouvel endroit où s'installer. Afin que tout fonctionne correctement, chacun possède son rôle bien défini au sein du clan où tous dépendent surtout de la chasse et de la nourriture qu'ils font eux-même ; le Hahl fournissant par exemple leur lait. Ainsi chaque rôle a son utilité mais aussi son étape d'apprentissage : notons qu'un elfe qui souhaite devenir chasseur à part entière devra tuer tout seul une bête de la forêt puis apporter une preuve. La valeur compte énormément pour les elfes Dalatiens qui sont très protecteurs les uns-les-autres mais aussi pas mal sectaires : si il est possible pour un elfe citadin de rejoindre un clan Dalatien, ce sera uniquement si celui-ci fait ses preuves ; et si un Dalatien veut vivre pleinement son amour avec un humain, il sera forcé de quitter son clan afin de vivre parmi les elfes citadins.

Bien que chaque clan Dalatien soit indépendant des autres et que deux se croisent très rarement pour ne pas dire jamais, tous se réunissent une fois tous les dix ans pour l'Arlathvhen ; un événement traditionnel permettant d'échanger, de se remémorer le passé, de consolider les liens entre chaque clan.

Rôles → En tête se trouve l'Archiviste, un(e) mage, qui gère chaque clan en transmettant ses connaissances à son second qui est censé prendre sa suite. Nous retrouvons également le rôle de gardien (chef de file et guide spirituel), de chef de guerre, dresseur de Hahl, les chasseurs, les guérisseurs, au moins un forgeron et plus encore... Même en petite communauté, ils savent s'adapter.

Langue → Si les elfes Dalatiens connaissent la langue commune, leur originelle perdure par bribes avec le peu de savoir qu'il leur reste ; celles-ci sont de ce fait enseignées le plus tôt possible aux jeunes elfes même s'il ne s'agit souvent que de quelques mots glissés dans une phrase.

Exemples de langage elfique :
Andaran atish'an → formule de politesse utilisée comme un bienvenue, elle signifie "entrez dans ce lieu en paix".
Abelas → signifie le chagrin, la peine. Souvent employé pour s'excuser.
Da'len → désigne un enfant elfe ou un apprenti, un élève.
Dareth shiral → signifie "bon voyage" mais est plus souvent utilisée comme un adieu.
Lethallin/Lethallan → terme utilisé pour désigner une personne proche, le premier pour les hommes, le second pour les femmes.
Ma nuvennin → "Comme vous voulez."
Ma serannas → "Je vous remercie."
Seth'lin → Sang clair, désigne un enfant bâtard qui n'est pas purement elfe.
Shemlen (parfois abrégé en Shems) → nom que donnent les elfes pour la race humaine, signifie aussi "les enfants rapides".
Vallaslin → littéralement "écriture de sang", c'est le nom donné à leurs tatouages.

→ si vous en voulez plus, n'hésitez pas à vous rendre sur la page source ou par ici.

les elfes citadins
« Ici, nous sommes en famille. Nous prenons soin de chacun d'entre nous. Ici, nous faisons de notre mieux pour nous remémorer les anciennes traditions. » Descendants des elfes qui ont accepté les termes de la Chantrie après la chute du dernier royaume de leur peuple, les citadins vivent dans des cités humaines ; éparpillés dans des bascloîtres où ils sont régulièrement traités comme des moins que rien.

Bascloître → « Personne ne prête attention si un elfe disparaît ici ou là. Personne ne se soucie de ce qui nous arrive au bascloître. » Un bascloître est le lieu de vie des elfes en cité ; bien souvent, il s'agit d'une zone isolée des maisons humaines mais aussi très sale et délabrée. Les elfes citadins y sont entassés afin de se débrouiller seuls, évitant de ce fait qu'ils se mélangent au reste des habitants et ceci leur permettant de régler leurs soucis entre eux. Ce n'est pas pour autant qu'ils sont interdits de s'installer en dehors mais en général, très peu le font en raison par crainte de subir encore plus d'abus ; alors qu'au bascloître, même s'il y a plus charmant, la plupart se sentent en sécurité en groupe. → La seule cité ne possédant pas de bascloître est Halamshiral à Orlaïs, en raison de la forte population d'elfes ; il s'agit donc de la minorité des humains qui sont retranchés dans le haut quartier afin de vivre séparément.

Mode de vie → Une chose est certaine, les elfes citadins ne sont pas égaux aux autres habitants des cités. Régulièrement insultés, abusés de diverses manières, forcés d'accepter les emplois les plus menaçants ou dégradants dans l'unique but de survivre et constamment confrontés à la pauvreté dans la vie quotidienne. Ils sont pourtant une communauté soudée qui derrière leurs malheurs, continuent de célébrer des mariages entre eux ainsi que quelques fêtes en souvenir du bon temps. Et à l'opposé des Dalatiens, les elfes citadins ont oublié leur héritage au même titre que leurs croyances passées ; malgré quelques rares d'entre eux qui s'en rappellent en vénérant les anciens dieux à leur manière.

les petits plus
Apparence → Élancés, les elfes sont différentiables des humains de par leur carrure beaucoup plus fine ainsi que leurs oreilles pointues qui leur vaut de nombreux surnoms désagréables de la part de ces derniers. Dotés de grands yeux, leurs pupilles leur permettent d'y voir clair dans le noir.

Relations interraciales → Si les elfes dalatiens sont toujours en conflit ouvert avec les humains, les citadins sont quant à eux bien souvent contents d'avoir une place même moindre dans leurs villes ; malgré quelques tensions. Ils n'ont en règle générale aucune animosité particulière envers les autres peuples.


avatar
Épouse du créateur
▲ MESSAGES : 325
▲ LOCALISATION : DANS L'AU-DELÀ.

Voir le profil de l'utilisateur http://thedawnwillcome.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 7 Avr - 10:15




les nains
Un nain sans barbe c'est comme un
barbare sans muscles ▲ Proverbe

pour faire simple → La race naine, peuple fier des Tréfonds, avait autrefois développé un grand empire qui s’étendait sur de vastes réseaux souterrains ; complètement submergé depuis l'arrivée des Engeances. Ils ont énormément perdu de ces créatures mais ont su se relever de leurs nombreuses pertes encaissées et continuent de le faire, se scindant désormais en deux groupes distincts : les habitants d'Orzammar séjournant dans leur dernier royaume ainsi que les nains surfaciens, vivant à la surface mais souvent mal considérés par ces derniers.

leurs origines
Les Tréfonds ont toujours appartenu aux nains. Ils sont parvenus à y fonder un immense empire qui parcourait tout le sous-sol de Thédas ; empire lui-même divisé en une douzaine de cités nommées Thaig reliées par de vastes réseaux souterrains. Pour ne manquer de rien, par le biais de tunnels liés à la surface, ils commerçaient également avec celle-ci à l'époque occupée par les elfes puis bientôt les humains. Jusqu'à l'apparition des Engeances qui provoqua la déchéance du peuple nain. Ce fut le premier Enclin en date qui marqua un tournant désastreux dans le quotidien de vie de ces derniers : après avoir encaissé de nombreuses pertes, que leurs cités ne tombent une par une, qu'ils reculent toujours plus loin de ces créatures, leur race fut poussée jusqu'au bord de l’extinction. C'est le courage de Paragon Aeducan ainsi que la coopération des quatre grands royaumes nains qui ont permis leur survie. Le développement de golems par Caridin prit aussi effet à cette période ; dans le but de remplir les rangs de leur armée mais surtout de reconquérir leurs Thaigs perdus. Malheureusement, le créateur présumé mort emportant ce secret avec lui, les nains ont seulement été capable de récupérer une petite partie de leur territoire. Et celui-ci fut de nouveau perdu lorsque les Engeances se multiplièrent les années suivantes, envahissant les tréfonds jusqu'à ce que les royaumes restants ne tombent. Seul un se tient encore debout : Orzammar, où sont désormais retranchés le reste de leur peuple.

les nains à orzammar
Les nains qui vivent à Orzammar évoluent dans une société régie par un système de castes déterminé à la naissance de chaque individu. Chacun possède ainsi un rôle qui est propre à lui ainsi qu'à sa caste mais en raison de cet avenir imposé, de cette belle inégalité, certains auront toujours un besoin de s'élever plus haut. Il s'agit là de quelque chose qui ronge beaucoup d'habitants, notamment de castes moyennes mais qui occupe bien leur vie se situant toujours au même endroit : au royaume nain. Car contrairement à leurs semblables surfaciens, ils ne quittent jamais Orzammar sauf en cas exceptionnel qui implique de revenir peu de temps après ; comme des troupes envoyées en cas d'Enclin, des raisons politiques... Ces cas se doivent d'être signalés au roi ou à l'assemblée. Sans quoi dès lors qu'un nain quitte le royaume sans raison officielle, il est automatiquement destitué de son rang, sa caste et surtout dans l'incapacité de revenir parmi les siens ; ne pouvant reprendre son ancienne occupation même s'il peut encore mettre les pieds au royaume, en tant que visiteur. Ainsi, comme la plupart des nains d'Orzammar n'auront jamais l’occasion de voir la surface, ils sont superstitieux la concernant : s'imaginant qu'ils risquent de tomber dans le ciel ou que le soleil ne chute sur leur tête. → pour en apprendre plus sur orzammar et son fonctionnement, c'est juste ici

Croyances → Le peuple nain n'a pas connaissance du concept de culte. Ils ont toujours vénéré la Pierre qu'ils désignent comme étant la terre, où ils vivent, et se considèrent comme ses rejetons : les enfants de la Pierre. Ainsi lorsque leur heure arrive, les nains restés fidèles à celle-ci sont rappelés à elle tandis que les parias sont rejetés ; condamnés à ne jamais trouver le repos. Pourtant, lorsqu'il s'agit d'affaires plus spirituelles, les nains préfèrent s'en remettre à leurs ancêtres qu'ils vénèrent tout autant : ceux-ci sont nommés les Hauts et ont tous marqué l'histoire d'une certaine manière. Ils honorent notamment et traditionnellement ces derniers en se confrontant dans la Lice, une arène sacrée où chaque nain y règle ses différends. → pour en apprendre plus sur leurs croyances, c'est juste ici

Système de castes → Il existe différentes castes au sein d'Orzammar, comprenant celles supérieures et celles inférieures ainsi que les exceptions :
La caste des nobles est de loin la plus haute et estimée dans tout le royaume. Elle se compose des nains les plus puissants mais aussi les plus influents, comprenant évidemment le roi, la maison royale et les membres de l'assemblée des Dashyrs.
La caste des guerriers est divisée en plus petites castes avec des maisons spécifiques qui comprennent des soldats, des gardes du corps, des officiers et plus encore... Ce sont tous des guerriers très considérés par la société mais qui mènent des vies chargées par la pratique, avec le risque que celle-ci ne s'écourte trop vite ; raison pour laquelle la plupart se marient tôt.
La caste des forgerons est celle qui s'occupe de fondre des matières premières afin de produire des armes, armures ainsi que outils et qui commerce le plus avec la caste des guerriers ; notamment pour les fournir ou réparer leur équipement.
La caste des artisans est principalement chargée d'orner les biens produits par les forgerons mais créent également pour faire tourner leur propre affaire.
La caste des mineurs est composée de nains qui minent divers types de minerai notamment le Lyrium, une ressource très demandée par les temps qui courent.
La caste des marchands est celle chargée de faire tourner le commerce à Orzammar, comprenant beaucoup de commerçants implantés en plein royaume tandis que d'autres s'occupent des échangent.
La caste des servants est l'une des plus basses en société. Elle condamne celles et ceux qui en font partie à servir d'autres nains de caste supérieure ; en tant que servants, femmes de ménage, cuisiniers, etc...

Les nains sans caste sont considérés comme étant plus bas que la caste des servants et interdits de prendre la plupart des emplois ; ce qui en oblige beaucoup à se tourner vers la mendicité ou le crime.
Les nains surfaciens sont quant à eux techniquement plutôt vus comme des nains sans castes mais traités avec un certain respect en raison des précieuses opportunités commerciales qu'ils peuvent apporter au royaume.

les nains surfaciens
Éjectés de force ou exilés de leur propre chef, les nains surfaciens sont officiellement destitués de leur caste et vivent comme ils l'entendent à la surface. La plupart aiment conserver une hiérarchie entre eux en fonction de leur ancienne caste, le plus souvent lorsqu'ils appartenaient à une maison supérieure, tandis que d'autres s'en moquent pas mal. Il va de soi qu'un ancien noble sera mieux vu qu'un ancien paria. On distingue ainsi deux classes parmi les nains surfaciens : les kalnas qui insistent sur le maintien des castes, des rangs, et sont surtout ceux issus des castes nobles ou marchandes. A contrario se dressent les ascendants qui croient plutôt en l'abandon total des traditions d'Orzammar afin de se consacrer pleinement à la vie en surface. Quoi qu'il en soit, toute une multitude de possibilités s'offrent à un surfacien qui pourra se faire une place parmi la société humaine. Il sera également en mesure d'intégrer, s'il le désire, la guilde marchande : puissante faction composée de nains qui commercent à grande échelle ; c'est aussi un bon moyen de plus ou moins garder contact avec le royaume.

les petits plus
Apparence → Les nains sont trapus, robustes et surtout de petite taille, la grande majorité affichant une barbe bien répartie. Pour ceux habitués à demeurer sous la surface, dans l'obscurité, leurs pupilles voient plus clair dans le noir qu'un simple humain ; mais pas au même niveau qu'un elfe.

Langue → Si les nains ont par le passé parlé plusieurs langues, elles ne sont aujourd'hui plus exprimées excepté par le biais de quelques mots ou phrases glissées dans la langue commune. Celle-ci qui désormais maîtrisée par tout le monde dans Thédas sauf cas exceptionnellement rare, fut à l'origine leur oeuvre. Ils l'ont inventé afin d'échanger les uns avec les autres ; facilitant leur commerce.

Immunité → La constitution robuste des nains a ça de bon qu'elle leur offre un avantage considérable : leur épargnant épidémies et maladies. Elle leur assure également une grande résistance à la magie, une immunité qu'ils ont développé au fil du temps passé proche des parois de Lyrium. Et si les surfaciens perdent un peu de celle-ci, il n'empêche qu'aucun nain n'est en mesure d'utiliser de la magie. Ce sont aussi les seuls qui contrairement aux humains et aux elfes, ne rêvent pas. En parallèle, la fertilité des nains est de plus en plus mise à rude épreuve en raison de leur proximité avec les engeances et la souillure qu'elles transportent.

Sens de la Pierre → Il s'agit là d'une sensibilité qui permet à un nain de naviguer dans les tréfonds mais attention, après un temps passé à la surface, celui-ci commence à perdre le sens de la Pierre.

Relations interraciales → Le peuple nain n'a jamais eu de froid avec les autres races, sûrement en raison des Tréfonds qu'ils ne partagent avec aucune d'entre elles. Au contraire, ils s'assurent d'entretenir de bonnes relations pour commercer.


avatar
Épouse du créateur
▲ MESSAGES : 325
▲ LOCALISATION : DANS L'AU-DELÀ.

Voir le profil de l'utilisateur http://thedawnwillcome.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 7 Avr - 10:15




les qunaris
race non-jouable

pour faire simple → Race de puissants géants aux cornes implantées sur le haut du crâne, les qunaris, littéralement le peuple du Qun, séjournaient principalement à Par Vollen ainsi qu'à Seheron. Ils ont causé pas mal guerres et de nombreux malentendus notamment en raison de leur culture complètement divergente ; en plus d'avoir toujours attisé la crainte d'autrui. S'ils étaient bien présents sur les îles de Thédas ou éparpillés en petit nombre sur le continent, ils sont introuvables depuis quelques années. Comme s'ils étaient partis sans raison, peut-être pour revenir plus brutalement.


avatar
Épouse du créateur
▲ MESSAGES : 325
▲ LOCALISATION : DANS L'AU-DELÀ.

Voir le profil de l'utilisateur http://thedawnwillcome.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

le Mer 28 Juin - 14:37




sexualité et mariage
comment ça se passe à thédas


la sexualité
Relations homosexuelles → Chaque nation possède une vision différente des relations entre deux personnes du même sexe. Si au sein d'Orlaïs, l'homosexualité est plutôt vue comme un simple trait de caractère, elle est à contrario considérée comme étrange à Ferelden mais en aucun cas bridée ni immorale. Les habitants du royaume d'Antiva montrent quant à eux plus de tolérance pour les relations avec de multiples partenaires et ce, peu importe leur sexe ou leur genre. Il faut aussi dire qu'en règle générale, la Chantrie n'a aucune vision particulière à ce sujet si bien que ces liaisons ne sont interdites nulle-part en Thédas. Seulement, il existe comme partout des pressions sociales qui varient en fonction du rang, de la race ainsi que de la situation : étant donné que les relations homosexuelles ne sont en aucun cas propice à la conception d'un enfant ainsi que d'un héritier, elles sont parfois découragées, en particulier chez les nobles et chez les nains de plus en plus stériles. De plus à Tévinter, ce genre de relations entre nobles sont très fortement dissimulées, parfois encouragées avec des esclaves privilégiés.

le mariage du point de vue de...
La Chantrie → Selon le Cantique de la Lumière, Andrasté a eu un mariage spirituel avec le Créateur. Il s'agit là d'une pratique restée dans les mœurs des adeptes de la religion et il est bon de noter que prêtres et prêtresses sont symboliquement tous mariés au Créateur ainsi que jurés au célibat. Aux yeux de la Chantrie, le mariage est à la fois une célébration traditionnelle mais aussi une décision pratique permettant entre autre d'améliorer sa position sociable et de garantir une stabilité financière. L'amour n'est pas considéré comme nécessaire pour un mariage réussi bien qu'il soit souhaitable. La Chantrie autorise par ailleurs les annulations mais en aucun cas les divorces.
Les elfes citadins → Le mariage est très important pour les elfes citadins. En effet, celui-ci représente tout d'abord un rite de passage permettant de distinguer les enfants des adultes et est suivi de nombreuses festivités qui animent la vie au bascloître. La cérémonie se déroule avec les jeunes mariés accompagnés par leurs parents ainsi que les anciens, ces premiers étant dans l'incapacité de rencontrer leur promis(e) avant le mariage. Il faut tout de même savoir que ces cérémonies nécessitent l'approbation de la Chantrie qui envoie l'un de ses prêtres pour les officier.
Les elfes dalatiens → Les dalatiens sont habitués à laisser leurs relations se développer lentement et sérieusement entre eux. Ce n'est qu'une fois l'âge adulte atteint qu'ils sont en mesure de choisir un partenaire auquel se lier à vie, ce qu'ils considèrent comme un mariage propre à leur culture. Il faut néanmoins savoir que ces derniers ne sont acceptés que lorsqu'ils sont entre deux elfes, les relations interraciales étant interdites chez les dalatiens.
Les nains à Orzammar → Les nains sont connus pour posséder plusieurs partenaires intimes, en particulier chez les classes supérieures. Car si un nain n'a qu'un seul conjoint légal, de nombreux nobles conservent des concubines. Celles-ci, selon leur rang, sont capables d'évoluer dans la même maison et d'être ajoutées dans les archives de la famille.
Les gardes des ombres → Bien que les gardes des ombres ne soient pas interdits de mariage, il est très rare pour eux de le faire dû à la faible durée de leur existence ainsi que leur stérilité acquise dès lors qu'ils passent leur union. De plus, en raison de leur mode de vie et du combat éternel qu'ils mènent contre les engeances, les relations sont peu propices pour laisser place au mariage au même titre que la vie de famille.
Les mages → En raison de leur statut d'exclus, les mages ne sont pas affectés par les pressions sociales et jouissent d'une plus grande liberté dans leur vie sexuelle que la plupart. Ils sont clairement découragés à se marier par crainte que leur descendance soit également dotée de dons magiques. D'ailleurs, pour un mage au sein d'un Cercle, mieux vaut ne pas avoir d'enfant : le contrôle des naissances étant très actif, chaque enfant révélant une capacité magique sera automatiquement éloigné de ses parents afin de contrôler ses dons.

la prostitution ▲ Si les bordels sont notamment légaux à Ferelden, à Kirkwall (dans les marches libres) ainsi qu'au royaume nain Orzammar, ils ne sont pas considérés comme des établissements respectables. Malgré tout, cela n'est pas plus tabou que de visiter une taverne ou une maison de jeu, en gardant en tête que les services proposés ne sont pas gratuits. En dehors, il existe évidemment bien d'autres types de bordels au sein de Thédas mais ceux-ci sont clairement moins mis en avant, faute d'être illégaux dans certains endroits. Des prostitué(e)s détachés de ces lieux subsistent également, travaillant principalement en solitaire avec plus de risques derrière.

reproductions interraciales
Il faut savoir que les elfes évitent le plus possible de se reproduire avec d'autres races, chose très mal vue étant donné qu'elle mène à la disparition de leur espèce ; l'enfant ne prenant pas directement de l'elfe mais de l'autre race.

Entre humain et elfe → Peu commune mais mieux "acceptée" que celles plus bas, l'union entre un humain ainsi qu'un elfe donnera automatiquement naissance à un humain avec du sang elfe dans ses veines ; et quelques fois des oreilles semi-pointues.
Entre humain et nain → Extrêmement rare, l'union entre un humain et un nain porte rarement ses fruits en raison du taux très faible de fertilité d'un nain lorsqu'il tente de se reproduire avec une autre race. Si malgré tout un enfant naît, il sera en taille plus petit qu'un humain mais plus grand qu'un nain.
Entre elfe et nain → L'accouplement entre un elfe et un nain est beaucoup plus rare toujours en raison du taux très faible de fertilité d'un nain. Si malgré tout un enfant naît, il sera un nain avec du sang elfe.


avatar
Épouse du créateur
▲ MESSAGES : 325
▲ LOCALISATION : DANS L'AU-DELÀ.

Voir le profil de l'utilisateur http://thedawnwillcome.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut