CONCEAL, DON'T FEEL (EZEQUIEL)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Ven 5 Jan - 17:30


Conceal, don't feel

Les épreuves se sont enchaînées assez rapidement, elles n'étaient pas si nombreuses que ça mais éprouvantes et surtout, longues ; s'étalant sur trois jours. Maintenant terminées Ezequiel est officiellement réintégré dans leurs rangs, enfin à peine en vérité, car Itzal attend dans le couloir qu'il termine sa courte entrevue avec le Maître de guilde. De nature plutôt patiente, ça ne l'empêche pas de sentir qu'il est bien long. Que se passe-il à l'intérieur ? Il n'aime pas ça mais il n'est pas invité à entrer alors il soupire un bon coup et observe sa main droite. Non, le doigt ne repoussera pas, oui, la plaie cicatrise bien.

Second soupire en si peu de temps. Voilà maintenant que Itzal songe à nouveau, comme quand il n'est pas occupé et se retrouve face à lui-même, à ce qui s'est passé entre eux après la première journée des épreuves. Depuis aucun des deux n'a ré-abordé le sujet, pour le mieux sûrement, après tout n'est-ce pas ce qu'ils avaient décidé ? Le Corbeau essaye d'agir comme avant, comme si rien ne s'était passé malgré sa mémoire qui le lui rappelle constamment. Sans évoquer la vision de son cadet amoché et probablement encore pas mal épuisé mentalement qui lui pince le cœur, à son grand étonnement, lui qui pensait ne plus ressentir ce genre de choses. Tout se bouscule ces derniers temps en somme, surtout à l'intérieur de sa caboche... De son corps.

Enfin Ezequiel sort et sans attendre, le maître assassin décolle doucement son dos du mur où il était installé, les bras croisés. « Alors ? » Il pense qu'une sortie dans l'une des tavernes d'Antiva lui ferait du bien ce soir ; à voir si le plus jeune est intéressé. Ces derniers jours il n'a fréquenté que le quartier général, en ce qui le concerne la vue de dehors lui manque, même s'il ne se sent pas de repartir immédiatement sur un contrat ; surtout tant que l'enclin n'est pas terminé. Et à ce propos il se demande si l'ancien Garde n'en sait pas plus à ce sujet, s'il pourrait lui fournir quelques informations croustillantes sur la situation actuelle dernièrement. Ce qui l'intéresserait bien serait en ce qui concerne une certaine tête couronnée qu'il ne peut encore aborder pour négocier ; Hereward. Seulement celui-ci est en Ferelden et le jeune œuvrait en Orlaïs.


avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 5 Jan - 23:55

Conceal, don’t feel.
Les épreuves sont enfin terminées, trois jours à subir des tortures physiques et mentale. Et maintenant il se trouve face au grand chef, Ezequiel ne l’écoute que d’une oreille, il est épuisé mentalement, il veut en finir rapidement et changer d’air. Dans l’immédiat il n’a qu’une envie, c’est de boire et de dormir, c’est tout, rien de plus. Lorsque le chef termina son petit monologue, Ezequiel le salua puis quitta rapidement les lieux, une fois dans le couloir il repéra le maitre assassin.

-Alors ? Bah me revoilà de nouveau officiellement un Corbeau. Et en gros, le chef m’a fait comprendre qu’à la moindre erreur j’étais mort…Pas de manière aussi direct, mais bon.

Trois jours s’étaient passés depuis le petit…accident, ils n’en avaient plus jamais parlé, Ezequiel faisait en sorte de garde une certaine distance avec Itzal désormais. Il ne disait aucun mot là-dessus mais il lui arrivait d’y penser, se demandant parfois ce qui pourrait se passer de plus, mais juste l’espace de quelques secondes, pas plus.

-J’ai besoin d’un verre, tu m’accompagnes ?

Ca ne serait pas la première fois qu’ils iraient boire ensemble, ils l’avaient déjà fait dans le passé…Mais cette fois il ne ferait pas la même erreur que récemment, il resterait raisonnable sur la boisson, hors de question de faire une erreur encore. Le jeune Corbeau prit la direction de l’extérieur du QG sans vraiment prêter attention au maitre le suivant, à l’intérieur des murs du quartier général des Corbeaux il devait faire attention.
Ils finirent par arriver dans une taverne, peut-être un peu trop remplie mais tant pis, le jeune crétin pointa une table dans un coin de la salle, les meilleures places pour être tranquille et juste boire.



Codage par Libella sur Graphiorum
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Sam 6 Jan - 11:52


Conceal, don't feel

Les propos ne l'étonnent guère, il est censé que le Maître de guilde prévienne ainsi le plus jeune des conséquences au moindre faux pas où cette fois-ci, ce sera le dernier. Même Itzal se demande si un second écart de sa part serait capable d'être racheté après toutes ces mésaventures ; il en doute. Ce n'est pas bon de jouer avec la patience des Corbeaux, maître assassin expérimenté ou non. « Je vois. » Se contente-il simplement avant de hocher positivement la tête puis de le suivre ; c'était son but de toute manière. En chemin il se méfie néanmoins des regards, préférant rester dans l'ombre des torches jusqu'à leur sortie, rapidement suivie d'une taverne proche du QG. Bondée. Tant pis. L'aîné emboîte le pas à Ezequiel sans piper mot ; c'est une fois installé qu'il fait signe à la serveuse dans leur zone pour deux bonnes pintes. C'est sa tournée. Voilà presque une éternité qu'il n'a pas eu l'occasion de déguster une bonne bière provenant d'Antiva, rien de comparable à cette pisse à Orlaïs, dernièrement, mais au moins la compagnie de Ezra avait compensé ce détail. Là son gosier savoure pleinement la boisson et c'est après une grande gorgée que ses prunelles se posent vraiment sur Ezequiel en face de lui.

Une seconde gorgée puis sa langue se délie : « Trois ans. En trois ans, j'imagine que tu as des choses à me raconter, nous n'avons encore eu l’occasion d'en discuter. » Il ne l'assomme pas de questions mais une curiosité est là, au fond, même sur certains détails qu'il ne veut se l'avouer. Son cadet a-t-il noué des liens là bas ? Regrette-il sa décision de revenir à la maison ? Oh évidemment si c'était un oui pour cette dernière réponse, Itzal garderait plus qu'un goût amer en bouche, cela sonnerait encore comme une trahison... Seulement même pour lui le retour à la maison n'est pas plaisant. Son doigt amputé en témoigne, de là où il se trouve, il ne sait où maintenant ; peut-être donné en reste aux chiens. Toujours fidèle aux siens, à l'organisation, pourtant, il ne s'imagine pas un instant finir sa vie autrement que parmi eux. Il continue avec une lassitude qui s'installe progressivement et qui paraît nettement plus marquée depuis que sa carapace s'est fissurée par la faute de Ezequiel ; les morceaux recollés juste après menacent encore de s'effondrer.


avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Sam 6 Jan - 22:44

Conceal, don’t feel.
L’alcool arriva rapidement sur leur table, Ezequiel avala très vite une gorgée du liquide, le gout de la bière antivan lui avait manqué, dans la Garde il n’avait pas réussi à mettre la main sur un seul alcool antivan, une horreur. Le jeune corbeau promenait son regard sur la salle, un vieux réflexe, toujours observé pour ne pas être surpris en cas d’attaque. La voix d’Itzal l’obligea à ramener son regard vers lui.

-Hé bien étrangement, pas tant que ça. La vie d’un garde c’vachement monotone en fait. Soit on s’entraine soit on court après les engeances…Et parfois on descend dans les tréfonds, rien de bien excitant en réalité.
Il avala cul sec le reste de la choppe et fit signe de nouveau à la serveuse de revenir, oui il allait se retenir sur la boisson mais il avait de la marge avant d’être ivre mort et d’embrasser une personne bien trop proche de lui.

-D’ailleurs aussi, les autres Gardes étaient très doués pour faire la gueule. Certains étaient plutôt sympa, comme cette Dalaani mais par contre y’en avait un, un vrai dépressif…C’était un noble…Al…Alaric je crois. Le gars est venu à la garde parce que y’avait eu un mort dans sa famille. Franchement si tous les gens réagissaient comme lui, la Garde serait bien remplie désormais.

Oui il avait eu des connaissances plutôt amicales dans la Garde, mais rien de semblable à des vrais amis, ce qu’il avait ici avant sa ‘trahison’. Ezequiel avala une gorgée puis s’installa contre le dossier de sa chaise.

-Et toi ? En  trois ans tu as dû avoir pas mal de travail, j’me trompe ?

Codage par Libella sur Graphiorum
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 7 Jan - 12:44


Conceal, don't feel

Itzal n'a aucune intention de l'interrompre alors il en profite pour prendre quelques gorgées de plus, le temps qu'il termine, qui lui confie quelques détails... Pas réellement croustillants. Les noms ne lui parlent pas, non sans étonnement, même si le bout d'histoire de l'un lui arracherait presque un rire sarcastique. « C'est absurde, c'est sûr. » Siffle-il, d'accord avec les propos de Ezequiel. Quelle idée de rejoindre la Garde après ça... Juste pour ça Itzal ne sera jamais capable de comprendre certains engagements, certaines actions, qui bien souvent sont à l'opposé de ses convictions. Ce qu'il retient néanmoins de cette organisation, d'après son cadet, n'est pas des plus attrayants.

Avant que le silence ne s'insinue encore entre eux, l'aîné est interrogé. En trois ans, oui, certes... « Pas mal, comme tu dis. Une majorité de nobles, de marchands endettés, je ne compte plus, la liste est longue. Mais je garde en tête l'un de mes plus gros contrats... J'imagine que la nouvelle de la mort du fils du Roi de Ferelden t'es parvenue ? » Sa dernière phrase, question susurrée à son oreille, l'oblige à être plus proche de son acolyte mais également à être plus attentif sur les individus à proximité. Aucun n'écoute heureusement et il remercie le brouhaha de la taverne de masquer le plus gros de leur conversation. Si il confie à Ezequiel ce fameux contrat, mené à bien malgré son erreur nullement percée à jour, pour l'heure, il n'envisage pas de l'en informer. Il faut qu'il règle cette affaire dès que possible afin d'être débarrassé, s'il l'est. C'est l'une des choses qui le travaille le plus en ce moment, ça et les incidents avec le plus jeune.

Le Corbeau termine sa seconde pinte lui aussi, puis commande à nouveau, recouvrant une distance raisonnable avec Ezequiel le plus rapidement possible. « Tu envisages de repartir sur un contrat bientôt ? Tu dois être un peu rouillé, depuis le temps. » Ce n'est pas un reproche, plutôt un constat. Itzal n'est pas contre lui donner à nouveau quelques conseils même si beaucoup de choses ont changées depuis, mais il serait idiot de l'envoyer à l'abattoir aussi vite après s'être échiné à le sortir d'affaire.


avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 7 Jan - 21:38

Conceal, don’t feel.
C’est bien ce qu’il pensait, Itzal n’était pas resté inactif durant les trois ans, bien au contraire…Ce n’était pas étonnant en même temps, il faisait partie des meilleurs assassins. Et lorsque le maitre Corbeau lui murmura l’un de ses contrats dans son oreille, un petit sourire fit son chemin sur son visage et pas seulement parce qu’il était content d’apprendre que ce meurtre était l’œuvre d’Itzal…Non, cette proximité soudaine lui rappela un certain événement qui avait eu lieu plusieurs jours plus tôt. Oui ils n’en avaient plus discuté et Eze’ faisait en sorte de garder ses distances, mais il avait le droit d’être content quand c’était l’autre qui se rapprochait non ?

-Oui j’en ai entendu parler. J’me trouvais p’tet dans un coin paumé mais les nouvelles de ce genre vont vite.

Le plus vieux des deux recula et commanda sa seconde choppe, avant de lui demander ce qu’il comptait faire.

-D’abord je vais aller voir Aliyah, trois ans sans lui donner de nouvelles, elle va m’en vouloir. Puis oui, je compte bien reprendre des contrats tout simples. Il faut que je me remette dans le bain assez rapidement.

Le jeune crétin voulait d’abord retourner voir certaines têtes familières et amicales, il n’avait pas eu le temps depuis son retour, et Aliyah était l’une d’elles. La jeune femme était comme une grande sœur depuis qu’il était tout jeune, les deux faisant partie de la même ‘famille’, ils avaient passé énormément de temps ensemble et Eze’ lui rendait régulièrement visite dès qu’il revenait à Antiva après un contrat. Trois ans s’étaient écoulés, elle devait lui en vouloir de n’avoir donné aucune nouvelle, à moins qu’elle le prenne elle aussi pour un traitre.

-Je vais juste essayer d’éviter Orlais pendant un petit moment…La Garde n’est pas non plus très tendre avec ses traitres.

Il avala de nouveau plusieurs gorgées de bière puis remarqua que sa choppe était vide…Ca allait trop vite, il devait se calmer, ils étaient assis que depuis peu dans la taverne.
   

Codage par Libella sur Graphiorum
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Mer 10 Jan - 16:03


Conceal, don't feel

Forcément, la nouvelle s'est vite propagée même dans les coins paumés, il faut dire que ce n'est pas moindre. Si désormais l'heure est aux préoccupations de l'enclin ce n'est pas pour autant que cette nouvelle est oubliée, surtout pas pour le Roi qui pleure encore son fils, très sûrement. Itzal ne pense pas avoir de remords, c'était son travail, et il ne peut comprendre ce type d'affection ; surtout n'ayant jamais connu son père. Et si il devait prendre en pitié chaque cible, il ne serait pas allé aussi loin chez les siens. Encore et toujours ses flagellations l'aident. Sans attendre, tandis que le sujet dévie, il commande à nouveau à boire pour lui ainsi que son acolyte.

Ce prénom résonne encore à ses oreilles : Aliyah. Le maître assassin sait qu'elle était proche de Ezequiel, et inversement, mais est incapable de dire comment elle se porte à l'heure actuelle. Il faut dire qu'il était pas mal absent ces derniers temps, lui aussi. Pour toute réponse un signe de la tête suffit, il trempe d'ores et déjà ses lèvres dans la boisson qui arrive.

Puis la conversation évolue, de retour sur les désormais anciennes obligations du plus jeune avec la Garde. « Ils doivent être suffisamment occupés avec l'enclin, pour l'instant. Quel sort réservent-ils pour leurs traîtres ? » Honnêtement Itzal est plutôt curieux, comme les rejoindre est parfois une punition en elle-même, si ce n'est la mort quel sort peuvent-ils bien leur réserver ? Il doute qu'ils soient adeptes de la torture de leurs renégats et les garder enfermés serait une perte de temps. Son intérêt est piqué, comme le prouve son contact visuel avec Ezequiel ; puis il remarque que celui-ci est déjà prêt à reprendre une autre bière. « Dis-moi, tu as une bonne descente. Qu'est-ce qui t'arrives ? » Le Corbeau aurait très bien pu évoquer la fameuse soirée où l'alcool était là aussi ingurgité trop rapidement mais inutile de le faire, même s'ils ne l'évoquent pas le souvenir est encore chaud des deux côtés. Pour sa part, finalement pas mieux loti, il ne tarde pas à finir son verre.


avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 15 Jan - 22:48

Conceal, don’t feel.
-Ils réservent le même sort que les Corbeaux avec leurs traitres, la mort. Franchement, même si elle vaut pas grand-chose, je tiens à ma vie.Il enchaina de nouveau sur une nouvelle choppe.Enfin, te faire attraper et exécuter, c’une mort rapide, c’est presque sympa. Te laisser trainer dans la nature, ça te condamne à une mort plus lente, donc bon dans les deux cas tu meurs.

La mort prématurée à cause de la souillure…Ca c’était le détail que les gardes avaient tendance à oublier de dire aux recrues, avant leurs unions. Ezequiel avait relativement mal vécu cette petite annonce, autant les cauchemars c’était emmerdant mais vivable, autant savoir qu’il allait finir par mourir dans même pas trente ans…Ca lui restait en travers de la gorge. Le jeune corbeau garda sa choppe en main et observa le contenu, ne relevant pas le regard à la question de l’autre assassin.

-J’ai…Pas grand-chose, je veux juste oublier…Les trois jours qui sont passés et tout le reste.

Il s’était passé trop de choses depuis sa désertion de la Garde, pas des mauvaises choses, enfin si peut-être…Il n’en savait rien, juste qu’à cause de tout cela, c’était devenu un peu plus compliqué. Et pour ne pas arranger les choses, Ezequiel doutait toujours sur sa décision d’être revenu parmi les Corbeaux, était-ce vraiment la bonne décision.
Le jeune crétin fini par relever le visage, un petit sourire sur le visage, il ne devait pas montrer qu’il doutait, si un Corbeau le voyait ainsi c’était mauvais.

-Et toi, tu as un contrat en vue ou pas encore ?

Codage par Libella sur Graphiorum
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 19 Jan - 17:53


Conceal, don't feel

Ce n'est pas tant la mort assurée qui étonne Itzal pour les traîtres de la Garde, après tout cela ne le concerne pas, mais il est forcément interpellé par les dernières paroles de son acolyte. Automatiquement il le questionne, haussant un sourcil interrogateur. « Une mort plus lente ? Qu'est-ce que tu entends par là ? » Un secret rattaché à l'entrée chez les Gardes des Ombres, non ? A l'organisation tout simplement ?

Puis finalement retourne sur le tapis le sujet considéré comme tabou, même survolé, Itzal grince un peu des dents ; il ne peut pas dire qu'il n'a rien demandé cette fois-ci. C'est un silence qui s'amène alors durant lequel sa choppe de bière est considérablement vidée. Une sorte de réponse muette, à bien y réfléchir, même si le Corbeau essaie de ne rien laisser paraître sur son faciès. Ces trois jours... Impossible d'oublier peu importe la quantité d'alcool que son foie accueillera. Il est facile de prétendre, de mentir, mais à l'intérieur il connaît la vérité. C'est le plus difficile.

Heureusement pour Itzal, malgré son silence, Ezequiel n'insiste pas : la conversation se détourne naturellement. « Pas encore. Je vais rester à Antiva encore un petit moment. » Un vide se creuse à nouveau, invisible mais bien présent, et il est le premier à le ressentir, même s'il aimerait que cela ne le perturbe pas autant. Il espère que la boisson l'aidera à l’omettre au moins cette soirée ; une autre bière est commandée.

▲ ▲ ▲

Quelques heures plus tard, toujours les mêmes. Si Itzal connaît bien ses limites, c'est l'une des rares fois où il s'en moque et continue de boire comme si il ne verrait pas le jour se lever demain, pour étouffer ce qui commence à le bouffer de l'intérieur, comme si il avait attrapé une maladie incurable. Le responsable ? Ezequiel. D'ailleurs, il aurait bien besoin de se soulager à sa manière : les lanières lacérant son dos déjà bien amoché lui manquent. La douleur ne doit pas être remplacée par la douceur.

Une idée complètement stupide lui passe par la tête. Son cerveau associe maintenant la présence du Valisti avec la tendresse, sans prendre en compte l'incident avec son doigt ; et si il faisait en sorte que l’interprétation change ? Afin de l'associer à la douleur et ainsi être moins perturbé pour les temps à venir. Mais cette idée reste tout de même celle d'un vieux Corbeau alcoolisé. « Ezequiel... J'aimerais que tu m'aides pour quelque chose. Viens. » Il termine sa dernière boisson au sein de la taverne, invitant le plus jeune à le suivre, pour retourner dans leur tanière et plus exactement le coin privé de Itzal. Là où ses lanières l'attendent toujours, où il s’attelle tout seul à la tâche, à la manière d'une libération. Cette fois-ci il espère convaincre Ezequiel d'être la main qui s'en charge, profitant de son état ; peut-être ivre acceptera-il plus facilement.


avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 19 Jan - 21:32

Conceal, don’t feel.
Ezequiel avait un peu trop ouvert sa bouche, normal qu’Itzal pose des questions maintenant, mais le jeune Corbeau avait il le droit de lui répondre ? Il n’était plus garde, il n’était plus obligé de garder des secrets, non ? Il n’était pas très sûr de lui. Le plus jeune se pencha légèrement vers son confrère pour éviter de ne parler trop fort.

-C’est…hm…c’est plus ou moins un secret. Tu te souviens que je t’ai vaguement parlé de l’Union ? C’est une sorte de rituel un peu spécial, pour la faire courte, une fois garde il te reste un peu moins de trente ans à vivre…Donc voilà, traitre ou pas, les gardes crèvent tous.

La suite des paroles du plus jeune jeta un froid entre les deux Corbeaux, il n’avait pas clairement mentionné ce qu’il s’était passé mais ils savaient tous les deux de quoi il parlait. Ezequiel se contenta de hocher lentement la tête en écoutant la réponse de l’autre homme, si lui rester à Antiva alors le crétin irait vadrouiller un peu partout…Non il ne voulait pas l’éviter…Bon un petit peu peut-être.
Ӝ

Il avait surement trop bu…Encore…Enfin il savait encore plus ou moins ce qu’il faisait, c’est pour cela que pour le moment il n’avait encore rien fait de bizarre. Il remarqua qu’Itzal aussi semblait boire énormément, la dernière fois ça c’était plutôt mal fini, enfin pas vraiment mal…Eze’ avait juste fait une petite erreur, une toute petite erreur qui jetait un froid entre les deux.

Ezequiel se posait beaucoup trop de questions depuis ce baiser, le volontaire, pas celui dont il ne se rappelle rien. Rien que d’y penser le remuer énormément, c’était loin d’être la première qu’il embrassait quelqu’un, mais c’était bien la première fois que ça lui prenait autant la tête. Le jeune imbécile avala le reste de sa bière quand Itzal lui demanda de le suivre. Il cligna des yeux plusieurs fois avant que son cerveau réagisse et qu’il se lève. Avant l’alcool dans son sang il tituba légèrement avant de pouvoir réussir à mettre un pied devant l’autre.
Le jeune Corbeau suivi le plus vieux jusqu'à un endroit qu’il ne connaissait pas. Ezequiel lança un regard interrogateur à Itzal.

-Je suis censé t’aider à quoi ?

Il s’appuya le dos contre un mur, ne tenant plus très bien debout et surtout, il voulait garder une certaine distance avec l’autre…Il savait qu’il risquait de faire une bêtise encore et il ne le devait absolument pas. Ezequiel ne voulait pas perdre l’amitié d’Itzal maintenant qu’il était de retour à Antiva.


Codage par Libella sur Graphiorum
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Sam 20 Jan - 11:58


Conceal, don't feel

C'était donc ça. Une assurance de mort prématurée, peu importe si fuite il y a, une fois intégré le piège se referme sur les Gardes des Ombres ; mais les Corbeaux sont-il si différents ? Un traître est déjà mort, lui aussi. Itzal n'émet aucune réflexion particulière mais hoche simplement la tête, tandis que la conversation se détourne, que le silence s'insinue entre deux questions, les choppes vides s'entassant sur la table.

▲ ▲ ▲

Sobre, le lendemain, Itzal regrettera très probablement cette proposition ; surtout si le plus jeune refuse une fois face à l'outil. C'est une partie de son jardin secret qu'il n'a jamais réellement dévoilé à quiconque, et encore moins invité quelqu'un à y prendre part. Même ce lieu privé où il s'adonne à cette activité, à proximité du quartier général, n'est fréquenté que par lui. Ezequiel est le premier et sûrement le dernier à pénétrer ici ; le plus âgé le mène jusqu'à ce qui ressemble plus à un grenier lugubre qu'autre chose, avec des lanières posées sur une table. Ces dernières sont encore recouvertes de sang sec en souvenir de sa dernière séance de flagellation et ne sont jamais réellement nettoyées en profondeur, Itzal se contentant d'un sceau d'eau si besoin est.

Avant de répondre, il pose déjà dans un coin ses effets personnels encombrant ainsi que son haut qu'il ôte, dévoilant des cicatrices entassées au fil des années ; peut-être que le jeune Corbeau ne les avait jamais aperçues ou tout du moins pas sous cet angle. Autant dire qu'il n'en a pas honte mais qu'il n'expose pas ainsi son corps dénudé, même partiellement. Et là, c'est dans un objectif très précis : il attrape le bout des lanières puis les tend à son acolyte appuyé dos au mur le plus proche. « J'aimerais que ce soit toi qui t'en occupes, cette fois. J'en ai besoin... pour évacuer. » Pour ne pas devenir fou ; il se confie à moitié. Reste à savoir si il acceptera cette tâche qui ressemble plus à une épreuve qu'autre chose, mais qui est réellement une demande personnelle. « Fais-moi mal. » Ajoute-il finalement, ses prunelles encrées dans les siennes, la boisson alcoolisée encore dégoulinante dans ses veines.

Spoiler:
Fais-moi mal, Ezequiel Ezequiel Ezequiel Hihi
https://www.youtube.com/watch?v=AR4xxdcAlpY


avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 21 Jan - 0:19

Conceal, don’t feel.
Il se demandait ce qu’Itzal pouvait bien faire dans un endroit pareil ? Et combien de personnes avaient connaissance de ce lieu ? Il ignorait pourquoi Itzal l’avait mené jusqu’ici, à vrai dire il ne comprenait pas trop comment penser l’autre assassin, il n’arrivait pas à le comprendre. C’était frustrant pour le plus jeune, il avait plus ou moins beaucoup foiré en l’embrassant mais il essayait d’oublier tout ça, mais bizarrement il avait l’impression que désormais c’était bien pire. Ezequiel tenait beaucoup à l’autre…En tant que mentor ou grand-frère, non il ne pensait pas à autre chose…Enfin si, la pensée l’avait peut-être effleuré il y a quelques jours mais seulement quelques secondes.

Il finit par demander ce qu’il est censé faire, l’autre ne lui répond pas immédiatement, se débarrassant avant de ses affaires et de son haut. Le jeune Corbeau observa les cicatrices sur le dos de l’autre…Il se doutait que le plus vieux en avaient mais pas autant à cet endroit, il détourna le regard avant qu’Itzal ne lui fasse de nouveau face. Puis vint enfin la réponse à sa question précédente. Ezequiel regarda les lanières puis Itzal, puis de nouveau les lanières, mettant un moment à faire le rapprochement.  
Le plus jeune s’écarta rapidement du mur puis fit quelques pas en arrière, l’incompréhension la plus totale étant affichée sur son visage.

-Qu’est-ce que ? Attend…Du regard il chercha une excuse, une sortie, n’importe quoi pour ne pas le faire.Attend c’est quoi cette histoire ? Je…Pourquoi ?

Il avait bu pour essayer d’oublier les trois jours de torture et d’épreuve et Itzal lui demandait ça ? Il ne pouvait pas le faire, il baissa le visage, regardant ses chaussures.

-Je ne peux pas Itzal…Non, je ne veux pas te faire du mal alors s’il te plait me demande pas ça.

Il était un assassin donc oui tuer des gens ne le dérangeait pas, mais faire du mal à une personne qu’il appréciait c’était hors de question. Il avait beau avoir énormément bu il n’était pas encore arrivé au point où il ne réfléchissait plus du tout. Décidemment il ne comprenait absolument pas Itzal.

Codage par Libella sur Graphiorum
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 21 Jan - 12:00


Conceal, don't feel

La proposition est refusée, quand bien même le plus jeune est alcoolisé, ça n'aide pas. C'est plutôt Itzal qui semble à bout de nerfs et qui relâche toute la pression accumulée, étouffée, alors qu'il la gérait convenablement jusqu'à présent : mais là Ezequiel ne veut pas suivre. Il restera associé à la tendresse aux yeux du mentor alors que tout aurait été plus simple si il avait pris sur lui. Le fait est que celui-ci n'arrive pas à le comprendre et finalement, il se demande, est-il normal ? Non. Même certains de ses acolytes les plus décalés parmi les Corbeaux ne parviendraient peut-être pas à en saisir le sens profond ; même lui commence à être en proie au doute. Et il n'a pas encore répondu à la question légitime du cadet : pourquoi ?

En plus des restes de la bière ayant usé son gosier à forte de s'y engouffrer, une amertume toute autre s'y glisse, la sensation d'avoir révélé une partie intime de lui sans bénéfice en retour. Si il avait été sobre, il aurait très probablement interdit froidement à Ezequiel de ne plus remettre les pieds ici ni d'évoquer tout ceci, il lui aurait demandé de sortir, mais il s'approche plutôt ; attrapant assez brusquement avec ses mains toute la partie de ses joues - sa mâchoire. Le contact visuel est incontournable et Itzal lâche la bombe. « J'en ai besoin pour ne pas devenir fou. J'en ai besoin pour continuer, cette douleur me fait me sentir en vie, et à cause de toi je m'en détourne pour la douceur. Tu me rends faible et je ne peux pas me permettre de l'être. » Si ses paroles sonnent comme des aveux, après avoir de nouveau acculé le plus jeune, il se détourne en reprenant les lanières qu'il avait laissé tomber au sol dans son élan.

Le maître assassin s'éloigne puis se stoppe vers le centre de la pièce, comme d'habitude, sans indiquer à Ezequiel de prendre congé. Il ne se rhabille pas, oh non, il a autre chose en tête. « Si tu ne veux pas je le ferais, comme je le fais toujours. » Je n'aurais pas dû t'emmener ici au final résonne en parallèle dans son esprit mais ses lèvres sont déjà closes et sans lui accorder un regard il démarre la flagellation : le premier coup, les lanières heurtant violemment la peau abîmée du dos en rouvrant certaines blessures. Pour sa part il ne réfléchit plus vraiment ; l'alcool l'aide au moins à ceci en cet instant.


avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 21 Jan - 21:05

Conceal, don’t feel.
Ezequiel voit bien que sa réponse ne satisfait pas du tout Itzal, ils avaient trop bu et maintenant tout partait en cacahuète. Le plus jeune n’osait pas relever son visage, mais il n’eut pas vraiment le choix, le plus vieux le forçant en prenant son visage entre les mains. Les paroles le surprirent énormément et le blessèrent aussi, entendre dire qu’il rendait faible quelqu’un était loin d’être un compliment. Le jeune ne détourna pas le regard même s’il en avait très envie, mais il était presque choqué de voir Itzal autant réagir…Il avait tellement l’habitude de le voir totalement calme et presque glaciale.

Puis l’autre Corbeau fini par lâcher le visage du jeune crétin, Eze’ regarda ailleurs pendant quelques secondes, voulant ignorer les paroles de l’autre. Quand Itzal s’arrêta au centre de la pièce, Ezequiel tourna les talons et voulu partir d’ici, il n’avait pas sa place ici et il ne voulait surtout pas voir l’autre se faire du mal.

Cependant il se dit que fuir sans rien dire n’allait rien arranger, bien au contraire ça allait rendre leurs entrevues bien plus gênantes. Par contre ce qu’il avait envie de dire à l’autre homme n’allait pas aider non plus…Itzal l’avait blessé, il en avait assez d’être responsable de tout.

-J’te signale t’es pas le seul à avoir des soucis…Enfin chacun réagit différement. Le jeune imbécile se déplaça pour se mettre face à l’autre homme, un petit sourire en coin.La douleur te fais sentir vivant ? Donc je suppose que le jour où tu t’es senti vraiment vivant c’est quand t’a planté une dague dans le cœur de ton petit frère ? Et si tu recommençais avec quelqu’un d’autre ?

Il haussa légèrement un sourcil, plutôt fière…Oui il s’en souvenait qu’Itzal l’avait vaguement confondu avec son petit frère il y a longtemps et quand les deux étaient vraiment ivres. Ezequiel ne l’avait jamais plus évoqué, sachant que c’était un souvenir qui n’appartenait qu’à Itzal, mais aujourd’hui, l’alcool et les paroles blessantes l’avaient plus ou moins énervé.

Codage par Libella sur Graphiorum
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 21 Jan - 21:59


Conceal, don't feel

Comme un plaisir solitaire, désormais dos à Ezequiel qui semble-il reste planté là, le maître assassin martèle son échine ; le spectacle n'en est qu'à son commencement mais est déjà sanglant. Pourtant il est interrompu quand face à lui, le plus jeune énonce à son tour des vérités blessantes. Et si en temps normal Itzal reste calme, maître de ses émotions, il ne s'attend pas à ce que son frère cadet soit ainsi évoqué. Sa main stoppe tout mouvement, la surprise s'affiche un instant, même son cœur rate un battement en raison de la situation particulière. Mais bientôt une colère spéciale le prend par les tripes ; interne, elle remue en lui, au milieu d'un océan d'amertume et de tout un tas de ressentiments insaisissables, de regrets étouffés, d'incompréhension couronnée par une épaisse couche de déni et de crainte.

Le Corbeau se montre très réactif : il lâche les lanières, attrape sa dague au milieu de ses affaires au sol puis enroule sa paume libre autour du cou de Ezequiel. « Pas bête, et si je recommençais avec toi ? » Il est sérieux, heurté par les propos véridiques certes, mais pas totalement : il n'a jamais ressenti de plaisir en se retrouvant les mains tâchées du sang de Pepito, en sentant la vie quitter sa faible carcasse. Si pourtant il ne contredit pas ses acolytes qui le prétendent, ignorant plutôt, il n'en est pas capable face au brun. « Si tu veux savoir, ce jour-là, je dirais plutôt que je suis mort en même temps... Intérieurement. Si je ne l'avais pas achevé, les Corbeaux s'en seraient chargés, avec ma tête en prime. » L'alcool, lui et Ezequiel ne font décidément pas bon ménage. La carapace vacille, laisse des ouvertures parfois trop grandes puis se referme aussitôt et sans vraiment réfléchir, sa langue s'active ; trop une fois encore.

Itzal ne relâche pas le sot, la dague plus tôt attrapée est pointée en direction du cœur de celui-ci. Puis finalement détournée vers son propre cœur, un instant, tandis qu'il s'éloigne en fixant intensément la lame encore propre ; comme s'il ne savait pas quoi en faire. Dans son mutisme soudainement installé, il arrive à attendre ce qui semble être une goutte de sang provenant de son dos qui chute au sol, en pleine contradiction intérieure. Il ressent des choses mais ne parvient pas à les exprimer clairement, à être en accord avec lui-même, à comprendre tout. Et maintenant Ezequiel doit le croire encore plus détraqué ; il soupire.


avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut