I don't want to leave you anymore | Aliel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Jeu 1 Fév - 15:03




Ariel & Aloïs
I want you in my life forever


Aloïs cligna des yeux, laissant sa vision s’habituer à la luminosité de la pièce. Pendant un instant, et même s’il avait reconnu le plafond de la chambre de son compagnon, il ne comprenait pas ce qu’il pouvait bien faire ici. Le Templier se souvenait de l’horreur qui s’était abattu sur Jader, des Engeances, de l’incendie, de la douleur – qui était d’ailleurs toujours présente. L’effroi de la guerre, de ne pas pouvoir gagner, de ne pas pouvoir sauver de vie. Le plafond qui lui tombait dessus, brisait son poignet et sa certitude de ne jamais revoir Ariel. Etait-il ?... Non. Il avait à nouveau fermé les yeux avec un gémissement un peu pitoyable, mais son poignet le faisait trop souffrir et lui semblait bien trop lourd pour qu’il soit mort. Il se souvenait, à présent, du bateau, du voyage jusqu’à Lydes et... « Ariel ! ».

Son cœur se mit à battre plus fort alors qu’il ouvrait enfin les yeux, totalement, cherchant autour de lui d’un air perdu. Lorsque son regard se posa enfin sur son compagnon, tout près de lui, le Templier s’autorisa un sourire. Il voulut se redresser et, par réflexe, s’appuya sur ses deux mains, avant de lâcher un grondement sourd de douleur. Ce fut à ce moment-là, néanmoins, qu’il réalisa qu’il était non seulement couché, mais en plus nettoyé, changé et... Plus ou moins soigné, sa main étant « plâtrée ». Il afficha à nouveau un air perdu, et tendit un bras pour toucher Ariel, comme pour s’assurer qu’il était bel et bien là. « Ariel... Je suis désolée » répéta-t-il plus doucement en se rappelant s’être plus ou moins effondré dans ses bras, le soulagement d’être rentré à la maison passé. Tout son corps lui faisait mal, mais cela restait supportable et, plus que les nombreuses brûlures superficielles, il devait surtout ménager son poignet. « Combien de temps... Je dors depuis combien de temps ? »

Il ne quittait plus Ariel des yeux – son Soleil était actuellement son seul réconfort. Doucement, il parvint à se relever légèrement pour s’appuyer contre la tête de lit, et tendre piteusement son bras valide vers son compagnon. Il voulait un câlin, il voulait un baiser, il ne voulait plus jamais, jamais le quitter. « C’était... C’était horrible... » souffla-t-il doucement en sentant sa gorge se serrer et une larme brûlante rouler sur sa joue. Brûlantes comme ses lèvres inquiètes qui voulaient se délier, comme le souvenir âpre du feu autour de lui et sur sa peau : « Mon Soleil... Embrasse-moi, et dis-moi que tout va bien ici, je t’en supplie... »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________




Awards (merci ! ❤️) :
avatar
My Sun isn't in the sky.
▲ MESSAGES : 451
▲ OCCUPATION : Templier
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Epée, bouclier et dagues sont ses armes de prédilection. Son passe-temps favoris et l'une de ses passions reste la couture, et il est vraiment doué. Dans l'intimité, il peut se montrer poète, romantique et très bon danseur.
▲ LOCALISATION : Orlaïs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Mar 6 Fév - 17:28




I don't want to leave you anymore

I'm not going to let you leave this place

    Oh, comme Ariel aurait aimé pouvoir faire plus que prendre son mal en patience, à tourner en rond comme un lion en cage, tandis que sa famille et l'homme qu'il aimait se jetaient dans la  gueule du loup. Ou plutôt, la gueule des Engeances. Son statut de Chevalier d'Orlaïs lui avait paru bien inutile, alors qu'il parcourait nerveusement les couloirs, Juliette dans les bras, en essayant de ne pas lui communiquer ses angoisses. Armand avait frôlé la mort, et voilà qu'il repartait déjà au coeur de la bataille. L'en dissuader ? Ariel y a songé, mais n'a même pas essayé. Les de Lydes sont têtus, c'est ainsi.

A présent, il faut voir le résultat. Jader est tombée, et même s'il a récupéré tout le monde en un seul morceau -et en plus une enfant ramenée par Alaric à laquelle ce dernier semble s'être déjà bien attaché- Aloïs est dans un état relativement... Lamentable. Au fond, ce n'est rien de grave. Un poignet cassé, quelques contusions, une grosse frayeur... Rien de mortel, et c'est ce qui rassure l'héritier de Lydes.
Néanmoins, voir son amour dans cet état reste quelque chose de difficile à vivre. Ce qui ne l'empêche pas de rester à son chevet la plupart du temps, ne s'accordant des pauses que pour s'occuper un peu de sa fille, ou se reposer l'espace de quelques dizaines de minutes.
Jusqu'à ce que, enfin, Aloïs ne revienne à lui. Doucement, Ariel passe une main sur la joue de son amant en un geste rassurant.

- Calmes-toi, tout va bien. Tu es resté inconscient un peu plus d'une journée, ça a permis de te soigner correctement, c'est déjà ça. Tout en laissant sa paume calée contre la joue du Templier, le de Lydes se penche pour venir effleurer ses lèvres des siennes, tendrement. Tu m'as inquiété. Est-ce que tu aurais faim, ou soif ? Tu vas devoir rester alité encore un peu et reprendre des forces, juste pour être sûr que tout aille bien. Alors n'envisages pas me fausser compagnie avant un bon moment, sinon je jure devant Andrasté que je t'attache au montant du lit.

Oui, il est sérieux ; et oui, il le ferait.

.SHADOW

_________________

« I won't let you drown, When the water's pulling you in, I'll keep fighting, I'll keep fighting, The rain's going to follow you wherever you go, The clouds go black and the thunder rolls, And I see lightning, I see lightning, When the World surrounds you, I'll make it go away, Paint the sky with silver lining, I will try to save you, Cover up the grey, With silver lining »

  (c) Bloody Storm
avatar
In Blood and Tears
▲ MESSAGES : 37
▲ OCCUPATION : Héritier de la famille de Lydes - Chevalier d'Orlaïs
▲ LOCALISATION : Lydes, majoritairement

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Jeu 8 Fév - 20:35




Ariel & Aloïs
I want you in my life forever


La présence d’Ariel à ses côtés était un véritable soulagement pour Aloïs, comme un baume naturel, tranquillisant sa panique, apaisant son anxiété et calmant même quelque peu la douleur de son poignet. C’était psychologique, il le savait : toute son attention était portée sur la seule chose qui comptait pour lui ; le reste était laissé de côté pour un temps. Détailler cet être magnifique qu’est son compagnon l’apaise, lui fait oublier les horreurs qu’il a pu voir. Le contraste est saisissant entre Ariel et les monstres qu’il a pu affronter, entre la tranquillité de Lydes et le chaos de Jader... La gorge d’Aloïs se serre, mais il tente d’oublier ce qu’il a pu voir, se concentrant sur le visage de son rayon de soleil personnel, sa bouche, ses paroles.

Un peu plus d’une journée ?... Aloïs accuse le coup, hagard. Plus d’une journée – en effet, ça avait laissé tout le loisir du monde à un médecin ou il ne savait qui de s’occuper de son cas. « Je suis désolé... » répéte-t-il doucement, en finissant par se calmer lorsqu’il sent les lèvres de son bien-aimé effleurer les siennes. Il sait que ce sentiment d’apaisement ne durera pas, mais il s’y accroche avec toute la force de son esprit. « Oui, mais je ne veux pas que tu partes. » ses doigts valides cherchent le vêtement d’Ariel pour s’y agripper tandis que ses yeux s’écarquillent légèrement. Il avait soif plus que faim, mais il ne voulait pas voir le brun s’éloigner, quitter la pièce. Pas dans l’immédiat. Qu’il fasse appeler quelque serviteur : n’étaient-ils pas là pour ça ?

Un soupire s’échappe de ses lèvres, et le blondin a l’impression que rien ni personne ne serait capable de lui arracher un sourire actuellement, même si son compagnon est sur le point d’y arriver – laissons un peu de suspense. Son regard dérive à nouveau dans le vide, quelque part autour d’Ariel. Au moins, tout va bien ici, même si son état a inquiété. « Je suis désolé, » répéta-t-il doucement, « je... » Son cerveau prend du temps avant d’imprimer ce que viens de dire Ariel, et il secoue finalement la tête en laissant un sourire s’étirer sur ses lèvres, amusé. « Eh bien, peut-être que je ferai semblant de partir, alors, lorsque je serais remis sur pied, et... Tu pourras m’attacher à loisir. » Un instant, une étincelle passe dans ses yeux, son sourire se fait plus franc, plus taquin, alors qu’il cherche le regard d’Ariel avec malice, ayant une toute autre vision de la chose en tête.

Puis, finalement, l’étincelle passe et, rapidement, il redevient sérieux. « Je ne veux plus te quitter, Ariel... Je ne veux plus jamais partir... » soupire-t-il sans vraiment faire attention à ce qu’il dit, sans se rendre compte qu’il ouvre grand la porte aux idées qu’Ariel lui soufflent et lui répètent depuis qu’ils sont ensemble – idées qui ont certainement fini par se frayer un chemin jusqu’à son esprit. « Tu es l’amour de ma vie... » souffle-t-il, la gorgée serrée. « Je n’ai pensé qu’à Juliette et toi... J’ai eu si peur... Si peur qu’on soit séparé... »


HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________




Awards (merci ! ❤️) :
avatar
My Sun isn't in the sky.
▲ MESSAGES : 451
▲ OCCUPATION : Templier
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Epée, bouclier et dagues sont ses armes de prédilection. Son passe-temps favoris et l'une de ses passions reste la couture, et il est vraiment doué. Dans l'intimité, il peut se montrer poète, romantique et très bon danseur.
▲ LOCALISATION : Orlaïs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 12 Fév - 10:51




I don't want to leave you anymore

I'm not going to let you leave this place

    Les doigts d'Ariel caressent doucement la joue de son amant tandis qu'il le contemple silencieusement, à l'écoute. Il ne l'avouerait probablement jamais à haute voix, mais il a eu peur de le perdre, et cette simple pensée lui coupe le souffle. D'un signe de la main, le de Lydes interpelle une jeune domestique, si discrète qu'elle se faisait jusque là parfaitement oublier dans un coin de la pièce, et lui ordonne de quelques mots brefs d'aller demander en cuisines à ce que l'ont prépare quelque chose pour Aloïs.

La servante partie, Ariel reporte toute son attention sur le Templier, avec un sourire amusé. Malgré tout, il ne perd pas le nord, le Martell. C'est rassurant de voir qu'il peut encore plaisanter et sourire. Ce merveilleux sourire dont l'aîné ne se lassera jamais, il en est certain.

- Cesse de t'excuser. Et ne donne pas de crédit à mes mauvaises idées, sinon je vais avoir de les mettre en pratique. pouffe-t-il en glissant une main dans la sienne, entrelaçant leurs doigts. Néanmoins, bien vite le ton redevient plus grave. L'héritier de Lydes laisse échapper un infime soupir... Mais ne manque pas cette perche monumentale qui lui est tendue, qu'il compte bien évidemment saisir. Ce serait trop bête de la manquer.

- Alors reste. Ne pars plus. Quitte les Templiers, au diable Val Royeaux et son maudit Cercle. Si tu m'aimes vraiment, si je suis bel et bien l'amour de ta vie, ne m'inflige plus pareille inquiétude. Je te veux auprès de moi, chaque jour qu'Andrasté fera.

Oui, c'est purement égoïste. Ariel en est conscient, même s'il préfère se dire que de cette façon, il sera plus à-même de le protéger. La vérité, c'est qu'il en a assez de voir toutes les personnes les plus précieuses à ses yeux se disperser aux quatre coins de Thedas pour risquer bêtement leur vie.

.SHADOW

_________________

« I won't let you drown, When the water's pulling you in, I'll keep fighting, I'll keep fighting, The rain's going to follow you wherever you go, The clouds go black and the thunder rolls, And I see lightning, I see lightning, When the World surrounds you, I'll make it go away, Paint the sky with silver lining, I will try to save you, Cover up the grey, With silver lining »

  (c) Bloody Storm
avatar
In Blood and Tears
▲ MESSAGES : 37
▲ OCCUPATION : Héritier de la famille de Lydes - Chevalier d'Orlaïs
▲ LOCALISATION : Lydes, majoritairement

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 12 Fév - 22:39




Ariel & Aloïs
I want you in my life forever


Aloïs n’a jamais tant aimé cette capacité qu’ils avaient, avec son compagnon, à pouvoir se comprendre sans mot. Quand Ariel envoie l’une des domestiques – que le Templier n’avait d’ailleurs même pas vu – lui faire préparer quelque chose, le soulagement qui passe dans son regard est immense. Il ne veut surtout pas être seul, il ne veut personne d’autre qu’Ariel ; le seul qui parvient encore à le faire sourire alors qu’intérieurement, le blondin est hanté par les images de la ville en feu, des Engeances, par les cris de ceux qu’il n’a pas pu sauver. Le sourire qu’il a pu afficher, le sous-entendu lubrique qu’il a pu glisser, tout disparaît rapidement pour redevenir sérieux. Sa gorge se serre tandis qu’il murmure ce qu’il a sur le cœur, serrant doucement entre ses doigts ceux qu’Ariel à entrelacés aux siens.

Un voile sombre passe dans son regard. Doucement, du pouce, il caresse la main d’Ariel sans la lâcher, des yeux plein de tristesse posée sur son amour. Aloïs est touché, presque plus blessé que lorsque ce plafond en feu lui est tombé dessus. Comment Ariel peut-il un seul instant douter de son amour, ou faire mine d’en douter, et s’en servir contre lui ? Le Templier détourne le regard, ne pouvant le supporter. Il a dû mal à retenir les larmes qui veulent s’échapper ; c’est trop pour lui, et le Templier finit par sangloter avec autant de retenu qu’il en est capable. « Tu es injuste... » Bien que sa voix soit brisée, le blondin tente de garder contenance. Durant quelques secondes, la pression qu’il exerçait sur la main d’Ariel diminue tandis qu’il hésite à la lâcher... Mais Aloïs ne peut s’y résoudre. « Si tu savais... Si tu savais comme c’est dur, d’être loin toi et de... »

Aloïs se coupe, parce qu’il a perdu sa phrase, parce qu’il se perd, parce qu’il ne sait plus quoi dire – surtout parce qu’il ne veut pas hoqueter comme un idiot entre deux paroles. Mais il repense à tous ses voyages éreintants et bien trop réguliers qu’il faisait, lui, pour venir rendre visite à son amant, à Lydes. Et à la discussion qu’il a eu avec Marian... « Tu sais, il y a des choses que je ne t’ai pas dit... Que je n’ai dit à personne, en fait. » un léger sourire finit par étirer ses lèvres. Un sourire fatigué, et son regard esquivait toujours celui d’Ariel. « J’ai sauvé un mage... J’ai aidé un mage à s’échapper, une fois... » Il en est un peu fier même si, par la suite, il a toujours craint qu’on ne le démasque. « Ariel... Mon Soleil... Tu n’as pas le droit de douter de moi, toi aussi... » Le jeune homme finit par reposer les yeux sur son compagnon, lentement. Il est épuisé de se demander où est sa place, depuis de si longues années. Il est épuisé de lutter contre Ariel, depuis de si longues semaines.

« Je... D’accord. » Après quelques secondes sans répondre, la sentence tombe. Un léger sourire s’étire sur ses lèvres, et il lâche doucement la main d’Ariel pour glisser la sienne sur sa joue, dans ses cheveux. Petit à petit, la tristesse disparaît de son regard, comme s’il renaissait, comme s’il redécouvrait son amant, s’émerveillant un peu plus à chaque seconde qui passaient. « Si tu te sens capable de me supporter tous les jours... Et de supporter mon... Seuvrage... J’ai bien trop envie de rester avec toi pour te prouver chaque jour que mon amour n’a pas de limite... » Le Templier ferme les yeux, quelques secondes, en s’imaginant la vie aux côtés d’Ariel sans avoir à faire une semaine de voyage. Et son sourire s’étire finalement un peu plus, pour devenir radieux : « Chéri... J’ai tué une Engeance. »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________




Awards (merci ! ❤️) :
avatar
My Sun isn't in the sky.
▲ MESSAGES : 451
▲ OCCUPATION : Templier
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Epée, bouclier et dagues sont ses armes de prédilection. Son passe-temps favoris et l'une de ses passions reste la couture, et il est vraiment doué. Dans l'intimité, il peut se montrer poète, romantique et très bon danseur.
▲ LOCALISATION : Orlaïs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Jeu 15 Fév - 11:43




I don't want to leave you anymore

I'm not going to let you leave this place

    Ariel vient de faire montre d'un égoïsme monstrueux ; il le sait. Ô combien il en est conscient. Le regrette-t-il ? Pas réellement. C'est ainsi qu'il est, au moins en est-il conscient, ce qu'il juge être déjà pas si mal que ça. Il pourrait faire des efforts pour s'améliorer, mais il n'en a pas vraiment envie. Pourquoi serait-ce à lui de changer ? Il se convient parfaitement ainsi.
En revanche, il s'en veut de blesser Aloïs. Ses mots l'ont atteint, il le voit bien. Un pincement au coeur, il ne le quitte pas du regard pour autant. Il obtiendra ce qu'il veut. Autant pour lui que pour le propre bien de son amant. S'il venait à le perdre, le de Lydes avait l'impression que son monde s'effondrerait. Bien sûr, il aurait encore sa fille, sa magnifique petite princesse, mais ce ne serait pas pareil.

Aux révélations du Templier, Ariel ne peut retenir une expression de surprise. Il a aidé un mage à s'échapper du Cercle ? Andrasté lui vienne en aide si jamais Seneca l'apprenait... Raison de plus pour qu'il vienne vivre à Lydes, auprès de lui. Si loin, à Val Royeaux, il n'aurait jamais le temps d'intervenir en sa faveur. Et il n'est pas certain que Aveline fasse quelque chose pour lui, même en connaissance de cause. Elle ne voudrait pas compromettre sa position à la cour impériale, et même s'il lui en voudrait, Ariel comprend ses raisons. Evidemment. A Orlaïs, il en va ainsi. Les apparences priment sur le reste.

Pourtant, c'est un sourire qui vient bien vite éclairer la mine de l'héritier de Lydes, alors qu'il se penche une nouvelle fois vers Aloïs pour déposer un baiser sur sa joue. Il a gagné. Son amour restera finalement avec lui, et cessera ses allers retours infernaux. La persévérance, ça paie toujours.

- Evidemment que je suis capable de te supporter tous les jours, idiot. Sinon je ne t'aurais jamais demandé de vivre avec moi. ... Tu as tué une Engeance ? Mais tu n'es pas Garde des Ombres, qu'est-ce qui t'a pris ? Il faut que tu sois comme tous les héros et autres chevaliers des grandes histoires, n'est-ce pas ? Inconsidérément courageux. pouffe-t-il en lui volant un baiser, un sourire toujours accroché aux lèvres.
Je suis si fier de toi.

Enfin, la domestique revient avec un plateau comportant à peu près tout ce dont pourrait rêver Aloïs pour soulager sa faim et sa soif, qu'elle dépose révérencieusement sur la petite table voisine du lit, avant de s'incliner respectueusement et de sortir sur le commandement d'Ariel.

.SHADOW

_________________

« I won't let you drown, When the water's pulling you in, I'll keep fighting, I'll keep fighting, The rain's going to follow you wherever you go, The clouds go black and the thunder rolls, And I see lightning, I see lightning, When the World surrounds you, I'll make it go away, Paint the sky with silver lining, I will try to save you, Cover up the grey, With silver lining »

  (c) Bloody Storm
avatar
In Blood and Tears
▲ MESSAGES : 37
▲ OCCUPATION : Héritier de la famille de Lydes - Chevalier d'Orlaïs
▲ LOCALISATION : Lydes, majoritairement

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Jeu 15 Fév - 23:14




Ariel & Aloïs
I want you in my life forever


Aloïs savait pertinemment qu’un jour ou l’autre, il aurait cédé à Ariel. Parce que, au fond, même s’il essayait de se prouver quelque chose à lui-même... Il en mourrait d’envie. Mais que son compagnon lui arrache cette victoire de manière si violente était, quelque part, vraiment blessant. Il sait très bien que, contrairement à Ariel, il était trop romantique – certainement trop pour son propre bien. Mais il aurait vraiment aimé que les choses se passent autrement. Peut-être, finalement, en avait-il trop attendu d’Ariel. Peut-être était-il trop naïf pour voir que, depuis le début, il se faisait manipuler. Aloïs parle pour sauver les apparences, mais il est soudain assailli par le doute. Toute l’admiration qu’il toujours pour le de Lydes et qui, habituellement, transparait dans son regard... Tout a disparu. Il ne reste plus que la froide déception d’un esprit qui s’égare et se pose trop de questions. Se fait-il manipuler depuis le début ? Cela ne serait pas étonnant, pour un adepte du Grand Jeu. Son sourire s’efface, progressivement, pour ne plus laisser place qu’à un masque glacial de neutralité, surtout face à l’air surpris d’Ariel. Si même son Soleil doutait de lui... Le Templier avait juste envie de quitter la pièce, et de s’isoler pour réfléchir. « Ariel, je ne sais pas si... »

Ce n’est qu’un murmure, une phrase qui meurt au fond de sa gorge avant d’être achevée. Les lèvres d’Ariel sur ses joues on quelque chose d’électrisant, et semble réveiller le Templier chamboulé. Doucement, il relève les yeux vers ceux d’Ariel, observe son sourire, et ses lèvres lui font echo sans qu’il ne s’en rende compte. L’adrénaline pulse soudainement dans ses veines, comme pour sortir de ce cauchemar, de ces pensées négatives qui ne cessent de tourner dans son esprit depuis qu’il a vu Jader en flamme. Et ses yeux. Ses yeux ne mentent pas. Il le sait, il en est certain. Comment a-t-il pu laisser un nuage passer devant son soleil personnel ? Comment a-t-il pu se laisser pervertir, et laisser pervertir l’image qu’il a de son amour, par la douleur et la peur qui ne le quitte plus depuis plusieurs jours ? Quelques larmes chaudes coulent à nouveau le long de ses joues, tandis qu’il se redresse pour venir chercher un autre baiser, oubliant son corps meurtri pour embrasser Ariel, glisser sa main sur sa joue, ses cheveux, sa nuque, l’embrasser jusqu’à y perdre son souffle, se moquant éperdument du retour de la domestique. Comment a-t-il pu douter, lui, l’inébranlable amant ? Ce n’est plus à Ariel qu’il en veut, mais bien à lui-même. Parce que c’est bien pour ses qualités, autant que ses défauts, que le Martell est tombé amoureux du de Lydes. Et vient d’en retomber amoureux, encore.

« Je l’ai tué parce qu’elles nous ont attaqué... J’en ai tué une, et blessé une autre... Je n’ai jamais cherché à être un héros. » un sourire un peu plus timide étira ses lèvres tandis qu’il le dévorait du regard, avant de pouffer un peu. Il était épuisé, et il se détestait pour ça. Pour ces sauts d’humeur, ces doutes qui n’ont pas lieu d’être, et qu’il ne partagerait jamais. Il était celui qui croyait en Ariel et en leur amour plus qu’en tout autre chose... Il était le romantique, et cela ne devait pas changer. De son bras libre il chercha à attirer Ariel contre lui. Aloïs avait besoin de le sentir, de l’avoir près de lui. « Tu es fier de moi, vraiment ? » Il sait très bien que oui, il suffit de regarder son amant pour le voir, mais il ne peut s’empêcher de demander, oubliant un instant les vertues de la modestie. Ce n’est pas souvent qu’on lui dit explicitement être fier de lui. Ses doigts effleurent la mâchoire de son compagnon, un moment, avant qu’il ne murmure : « Ariel... Ne me laisse pas faire de bêtises, s’il te plaît. Jamais. »

Evidemment, son amant ne peut pas savoir de quoi il parle exactement, mais c’est mieux ainsi. En souriant, Aloïs vient chercher un autre baiser, rapide, léger, avant de bien vouloir relâcher un peu Ariel pour se réinstaller confortablement pour manger, masquant au mieux sa grimace de douleur lorsqu’il doit se tortiller pour s’asseoir bien droit. « Je peux écrire ma lettre de démission dès que j’ai terminé de manger, si tu veux. Comme ça, ce sera fait, on ne pourra pas revenir dessus. » il hocha solennellement la tête, avant d’esquisser un sourire un peu plus taquin : « Est-ce que mon Seigneur aurait l’amabilité de me servir un peu de poulet, de pommes de terre et un grand verre d’eau ? » Aloïs pouffa un peu, en le détaillant avec cet air d’amoureux transi qu’il avait parfois – assez souvent, finalement. « Moi aussi, je suis fier de toi... Même quand je ne vais pas bien... Même quand je doute des choses les plus fondamentales... Tu es là, juste là, tu me rappelles quelles sont les choses essentielles et tu me fais sourire... »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________




Awards (merci ! ❤️) :
avatar
My Sun isn't in the sky.
▲ MESSAGES : 451
▲ OCCUPATION : Templier
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Epée, bouclier et dagues sont ses armes de prédilection. Son passe-temps favoris et l'une de ses passions reste la couture, et il est vraiment doué. Dans l'intimité, il peut se montrer poète, romantique et très bon danseur.
▲ LOCALISATION : Orlaïs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut