❧ « You're lost, really ? » [FB - Lennart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Jeu 8 Fév - 13:21



You're lost, really ?
Lennart & Airanwyn

« It’s a lot easier to be lost than found. It’s the reason we’re always searching and rarely discovered—so many locks not enough keys. »
Avec un soupir,
Airanwyn plonge son visage dans le seau d'eau juste devant lui. Elle est glaciale, mais ça a le mérite de terminer de le réveiller, en plus d'être une toilette sommaire. De toute manière,
ça ne sert à rien de s'embêter à se laver correctement, vu qu'il s'apprête à partir couper du bois, et non pas à se rendre à une soirée mondaine. D'ailleurs, il y a de fortes chances qu'il ne sache plus comment se comporter dans ce genre d'événements, ça remonte à tellement longtemps depuis la dernière fois... Puis, ce n'est pas comme si ça lui manquait. La trogne rapidement nettoyée -toilette de chat qu'ils appellent ça avec son fils- l'homme s'habille avec les premières nippes trouvées, chaudement. La température est loin d'être clémente par les temps qui courent, surtout à l'aube.

Sur la pointe des pieds, Airan sort de la petite maison (pas dans la prairie mais au milieu des montagnes, celle-là), se saisit de sa hache, de quelques cordes, et s'enfonce dans la forêt. Aujourd'hui, il aurait pu rester chez lui, à simplement débiter les troncs déjà abattus en fagots. Ca aurait été moins fatiguant. Le souci, c'est qu'il a repéré un vieux pin, salement amoché par la dernière tempête, qui menace de s'écraser sur une tanière occupée par la meute de loups du coin lors de la belle saison. La louve de tête y donne naissance
à ses petits et les y élève, Airanwyn ne voudrait pas que cette petite famille se retrouve sans domicile au dernier moment. Surtout que si le clan doit chercher une nouvelle antre,
ils pourraient avoir la mauvaise idée de se rapprocher de leur cabane, et ça, le bûcheron n'y tient pas des masses. Tant que la cohabitation peut rester pacifique, il s'estime content.

Il lui fallut environ trois heures pour atteindre l'arbre en question, puis finalement le mettre à terre du bon côté. N'ayant pas besoin de bois supplémentaire, et celui-ci étant de toute manière vermoulu sur pratiquement toute sa surface ou infesté de prasites, Airan préféra le laisser sur place. Au moins, il nourrirait le sol.
Néanmoins, sur le chemin du retour, il perçoit comme des bruits de pas. Confus, hiératiques. Caractéristiques de ceux qui cherchent leur chemin. Quelqu'un de perdu,
dans un coin pareil ? Il faut vraiment qu'il ou elle se soit sacrément égaré, vu l'endroit !
Mais il ne peut pas laisser cette personne errer à l'aveuglette comme ça, surtout que le temps se couvre méchamment. Le tonnerre gronde déjà dans le lointain, et il ne fait pas bon être dehors par ce genre d'intempéries.

En quelques minutes, il rejoint le malheureux perdu, et constate avec une certaine surprise qu'il s'agit de toute évidence  d'un jeune noble. On a voulu lui faire une mauvaise farce en l'égarant dans les bois ou bien... ?

- Eh, vous avez besoin d'aide ?

A l'évidence oui, mais bon, il préfère demander quand même.
(c) DΛNDELION

_________________


There’s no shame in fear, my father told me


what matters is how we face it
avatar
In Blood and Tears
▲ MESSAGES : 8
▲ OCCUPATION : Bûcheron
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Epée à double tranchant - Rapière - Combat à mains nues - Lancer de couteaux - Arbalète

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Jeu 8 Fév - 22:08




Airanwyn & Lennart
“Sometimes,” he whispered, his lips brushing his cheek, “you need to be lost in order to be found.”


Qu’est-ce qu’il lui avait pris, de venir ici ? C’était ce que Lennart se répétait depuis de longues heures à présent. Il avait la gorge sèche, les yeux humides et était épuisé. En réalité, la réponse à sa question était simple : il était là parce que son père voulait qu’il soit là. C’était à cause de lui qu’il avait pris un bateau pour Kirkwall, avec pas grand-chose d’autre qu’un arc et un couteau de chasse. Une bourse d’or, aussi, et quelques vêtements de rechange, mais certainement pas assez pour passer une saison de chasse. Parce que son père ne voulait certainement pas qu’il revienne de cette chasse : depuis combien de temps essayait-il d’éloigner son dernier fils de sa demeure ? D’effacer de son existence l’avorton qui, en naissant alors qu’il n’était pas désiré, avait pris la vie de sa bien-aimée ?

Et il allait y arriver. Lennart en était persuadé. Voilà presque deux jours qu’il tournait en rond dans ces montagnes, gelé, affamé. Il avait bu lentement à sa gourde, mais elle aussi était à présent à sec. Il allait mourir, seul, dans ces bois, et son géniteur aurait le plaisir de n’avoir pas un seul sou à débourser pour l’enterrer... Vu qu’on ne le retrouverait certainement pas. Lennart déglutit difficilement en s’adossant à un arbre pour se reposer quelques minutes. Il aurait pu se changer en cygne, mais – dans la panique – il n’y avait pas pensé. Puis, lorsque la fatigue l’avait calmé, il n’avait plus eu la force de faire quoi que ce soit d’autre que d’errer à la recherche d’un chemin. De toute manière, il avait bien tenté de percer la canopée pour retrouver sa route, mais... Le résultat n’avait pas été très concluant.

Fermer les yeux, voilà bien la dernière chose à faire. Pourtant, c’est ce qu’il fit – quelques secondes, avant d’entendre un bruit sourd d’arbre qui tombe. Le jeune noble sursaute, une main sur son cœur, tendant le cou. Il avait entendu dire qu’un sanglier pouvait renverser un arbre en le chargeant, mais il ne savait pas s’il pouvait apporter beaucoup de crédit aux histoires contées par ses aînés. Néanmoins, peut-être... Non, il faudrait être fou : mais pourtant, Lennart a l’espoir que quelqu’un soit quelque part, dans les bois. Tous ses sens aux aguets, l’adrénaline coulant à nouveau dans ses veines, il se remet à errer, à droite, à gauche, vers – il l’espère – la source du bruit. Pourtant, ce n’est pas lui qui en trouve l’auteur, mais bien l’inverse.

Lennart ne réagit pas immédiatement aux paroles de l’homme qui vient de lui apparaître. Il reste un instant totalement idiot devant lui, hésitant entre l’hallucination et la réalité. Parce que même dans ses rêves les plus fous... Son sauveur n’aurait pas pu être aussi bel homme. Le jeune blond se reprend bien vite, néanmoins, rompant la distance entre lui et... Le bûcheron, un air de désespoir total sur le visage. « Aidez-moi, je vous en supplie » parvient-il à articuler, retrouvant soudainement l’usage de la parole : « Ca va faire deux jours que je suis dans cette forêt, et si vous n’êtes pas ici pour m’achever, aidez-moi... S’il vous plaît. » sa gorge se serre un instant, luttant contre la panique qui tente de revenir. Sans s’en rendre compte, il est venu se saisir du bras de l’homme et pourrait presque passer pour un fou ; rougissant légèrement, il secoue la tête en reprenant : « Pardon, je... Je m’appelle Lennart. Lennart O’Wittelsbach et... Et oui, je suis perdu... » Reprenant quelque peu le contrôle de lui-même, Lennart plonge ses yeux dans ceux de son sauveur. Et s’il s’agit d’une hallucination, et que la mort se présente d’une manière si attirante... Alors il veut bien la suivre sur le champ.

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________



Love doesn't discriminate between the sinners and the saints
©crack in time
avatar
In Blood and Tears
▲ MESSAGES : 45
▲ OCCUPATION : Apostat
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Métamorphose (cygne) ; Magie de Soin ; Magie élémentaire (eau) ; Arc ; Rapière ; Cuisine ; Ecriture

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Jeu 15 Fév - 11:02



You're lost, really ?
Lennart & Airanwyn

« It’s a lot easier to be lost than found. It’s the reason we’re always searching and rarely discovered—so many locks not enough keys. »
Ce n'est pas tous les jours qu'on trouve ce genre de créatures égarées dans les profondeurs de la forêt.
Pour le coup, Airanwyn ne va pas s'en plaindre. Le jeune homme qui lui fait face est tout ce qu'il y a de plus charmant, même la mine épuisée. Malgré la situation qui ne se prête pas du tout à ce genre de choses, il y a une part de lui qui ne peut s'empêcher de se demander si son sourire serait aussi doux qu'il se l'imaginait... Puis il se colle métaphoriquement une gifle, ce n'est pas le moment !
Le Trevelyan fronce légèrement les sourcils quand l'inconnu sous-entend qu'il pourrait être là pour l'achever. Pour qui le prend-il, au juste ? Ce n'est pas un sauvage. Même s'il doit avouer que, effectivement, son air ébouriffé et la hache ne doivent pas vraiment aider à ne pas le considérer comme une menace. Mairon en aurait beaucoup ri, tiens. Avec un soupir,
il pose son outil et tapote la main qui vient de lui saisir le bras.

- Allons, pas de panique. Je n'ai jamais tué qui que ce soit, et je ne compte pas commencer aujourd'hui. Je vais vous emmener chez moi, dans un premier temps. Vous pourrez vous y restaurer et prendre un repos bien mérité. Dans votre état, ce serait complètement inconsidéré de vous ramener jusqu'à Kirkwall tout de suite. D'autant plus que le temps se couvre méchamment...

En douceur, Airan reprend sa hache en main, la calant sur son épaule, et sans prendre la peine de décrocher la main de Lennart de son bras, il l'entraîne à sa suite au travers des arbres.

- Oh, et où avais-je la tête, moi... Je suis Airanwyn. Comme toujours, il garde son nom de famille pour lui. D'un pas tranquille, surveillant du coin de l'oeil que son protégé du moment parvienne à le suivre sans trop de difficulté, il parcourt le chemin qui les ramènerait à sa cabane. Comme il s'y attendait, il leur fallut plus de temps qu'il n'aurait espéré, mais par chance le ciel eut la décence d'attendre qu'ils soient à cinq minutes de la maison pour se mettre à déverser des trombes d'eau.

La porte ouverte, il fait entrer Lennart et ferme solidement le battant quand il entre à sa suite. C'est à ce moment-là que son fils adoptif pointe le bout de son nez, la curiosité éveillée par le bruit.

- Tiens, tu ramasses des gens et plus des champignons dans les bois, maintenant ?
- Eh, il s'est perdu, ça fait deux jours qu'il tourne en rond. Il a eu de la chance que je lui tombe dessus. Ne sois pas si médisant et va faire chauffer de l'eau pour un bain, il va en avoir besoin.
- Bon, bon, j'y vais... râle le jeune elfe en disparaissant par une porte.

Un sourire amusé sur le visage, Airanwyn lève brièvement les yeux au ciel puis reporte bien vite son attention sur son invité.

- Ne faites pas attention, il est toujours un peu grognon. Mais il est adorable. Le temps qu'il s'occupe de ça, vous voulez manger quelque chose, boire peut-être ?
(c) DΛNDELION

_________________


There’s no shame in fear, my father told me


what matters is how we face it
avatar
In Blood and Tears
▲ MESSAGES : 8
▲ OCCUPATION : Bûcheron
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Epée à double tranchant - Rapière - Combat à mains nues - Lancer de couteaux - Arbalète

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Jeu 15 Fév - 19:03




Airanwyn & Lennart
“Sometimes,” he whispered, his lips brushing his cheek, “you need to be lost in order to be found.”


Lennart ne peut s’empêcher de détailler le visage de son sauveur comme s’il s’agissait de la plus belle chose qu’il ait vu depuis toujours. En fait, c’était littéralement la plus belle chose qu’il ait vu depuis au moins deux jours. Plus, même, si on comptait son voyage – mais ce n’était pas vraiment le moment de penser à tout ça. Les joues du mage s’empourprèrent légèrement tandis qu’il secouait la tête. « Ce n’est pas ce que je voulais dire, mais... » sa gorge se serra légèrement, et il secoua la tête pour lui-même, se traitant mentalement d’idiot. Il n’avait jamais voulu supposer que parce qu’il avait à faire à un bûcheron, cela faisait de lui un sauvage... « Je pense que certaine personne voudraient ne plus me voir. Mais... A vrai dire, vous êtes plutôt charmant, je n’aurai jamais cru trouver quelqu’un comme vous au milieu des bois... » Il se racla la gorge, les bonnes vieilles habitudes reprenant le dessus. Flirter, n’importe qui vous direz que c’est comme une seconde nature chez lui. Pourtant, cette fois, ça lui semble vraiment important. « Merci... » rajoute-t-il doucement avec un léger sourire.

Il doit avouer que pouvoir passer la nuit autre part que dans ces bois l’enchantait. Surtout s’il se trouvait en si charmante compagnie... Lennart garda sa main sur le bras de l’homme – Airanwyn, donc – puisque celui-ci ne prit pas la peine de la déloger. Cela apportait au jeune blond beaucoup plus de réconfort qu’il ne voudrait bien se l’avouer, même s’il finit par le lâcher lorsque le chemin à travers les fourrés ne lui permis plus de coller le bûcheron autant qu’il le voudrait. Lennart voyait bien qu’il ralentissait Airanwyn, et il s’en voulu lorsqu’ils finirent par se prendre des trombes d’eau sur la tête. Une partie de lui voulait les abriter un minimum des intempéries, mais une autre voulait éviter de montrer à un inconnu qu’il était mage... Pour le moment. Il espérait au fond de lui qu’ils ne seraient bientôt plus si inconnu que ça – et tandis qu’il détaillait avec attention le dos de l’homme qui lui ouvrait la porte, Lennart s’en voulait presque d’avoir de telles pensées à ce moment précis.

Et plus encore lorsqu’un jeune adolescent aux oreilles pointues apparaît soudainement lorsqu’ils sont enfin dans la maison. Le mage écoute l’échange en silence, penaud, avant de se tourner légèrement vers son sauveur et hôte ; « Je... Je ne veux pas déranger... » Pour la première fois de sa vie, Lennart s’inquiète d’être de trop dans la demeure d’un homme. Il ne voit pas pourquoi cet étrange sentiment s’empare de lui, soudainement : un fils, un frère, un cousin où il ne savait quoi ne l’avait jamais empêché d’user de ses charmes au maximum, alors pourquoi aujourd’hui ce serait différent ? Quelque chose lui disait que ce n’était pas uniquement parce qu’il était fatigué. Lorsque le jeune elfe disparaît, et qu’Airanwyn s’adresse à nouveau à lui, un léger sourire reparaît sur le visage de Lennart. Rien que le fait d’être à l’abri en charmante compagnie le fait se sentir un peu mieux.

« Oh... Je ne dirais pas non à un peu d’eau et n’importe quoi à manger, en effet... » Il suit l’homme dans la maison, en prêtant attention à tous les détails de cette demeure, si différente de la sienne. Mais son regard, loin d’être dégoûter ou de porter un jugement, est plutôt éblouit. Il ne peut s’empêcher de trouver la maison charmante, aussi charmante que son propriétaire. « Est-ce qu’on peut plutôt se tutoyer ? » Automatiquement, Lennart revient coller Airanwyn, attiré comme un aimant. Un petit sourire, un peu timide, s’installe sur son visage tandis que ses bras enserrent gentiment l’un de ceux du bûcheron. « Et si tu me permets... J’aimerai t’aider, s’il te plaît. » Il ne voulait pas être un poids, il ne voulait pas être servi comme il pouvait l’être chez lui. Ses grands yeux cherchaient ceux du bûcheron et, doucement, son sourire s’élargit, comme si cet homme pouvait le ravir et le rassurer simplement par sa présence. Et, ça, c’était quand même perturbant. « Même si ces bras ont de gros muscles, je ne voudrai pas les faire trop travailler. » rajouta-t-il, taquin, flirtant comme pour se protéger de ces étranges émotions qui le faisait se sentir un peu trop bien pour la situation.

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________



Love doesn't discriminate between the sinners and the saints
©crack in time
avatar
In Blood and Tears
▲ MESSAGES : 45
▲ OCCUPATION : Apostat
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Métamorphose (cygne) ; Magie de Soin ; Magie élémentaire (eau) ; Arc ; Rapière ; Cuisine ; Ecriture

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut