Firecamp | ft. Jolana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Ven 6 Avr - 20:56




Jolana & Osha
“I'm tired of running away”


Moira était morte – et sans sa bann à sa tête, Osha ne donnait pas cher de la peau des femmes mages en Oanheid. Au-delà de la douleur d’avoir perdue son amante, il y avait l’urgence de quitter les lieux. De fuir, une nouvelle fois, si elles voulaient survivre – Jolana et elle. Peut-être n’auraient-elles pas été chassées, pendues ou brûlées vives, si elles étaient restées. Peut-être auraient-elles eu le même accueille que la bann, mais... Dans le doute, elles n’avaient pas voulu tenter l’expérience. Il y avait de toutes manières plus de chance qu’elles se retrouvent avec la tête au bout d’une pique qu’en sécurité.

Osha avait donc rassemblé les maigres affaires qui lui semblaient indispensables, et avait taillé la route en compagnie de l’autre mage que Moira avait placé sous sa protection. La Cousland ne savait en réalité pas grand-chose de sa compagne, qui restez assez... Secrète. Et elle n’avait jusque-là pas insisté pour en savoir plus, ne désirant pas se montrer intrusive : pourtant, ce soir, après plusieurs journées à arpenter Férelden ensemble vers (du moins, Osha l’espérait) Hautecime, elle avait néanmoins décidé qu’il était peut-être temps de faire connaissance. Du moins, un peu amplement... Ce qui pouvait en réalité s’avérer difficile lorsqu’on ne savait pas quoi dire sur soi-même.

Après une chasse fructueuse – trois lapins, ce n’étaient pas rien – et un feu de camp à l’aube, Osha pris un moment pour réfléchir en observant la viande cuire. « On pourrait aller vers Gwaren... Il paraît que le Tiern fait passer des mages en sécurité. » Elle n’en était pas sûre, évidemment : on ne pouvait être sûre de rien. Mais c’était déjà une possible piste à exploiter... L’aînée en profita d’ailleurs pour rebondir : « Tu n’as vraiment nulle part où aller ? » Son ton était doux. Elle ne voulait pas donner l’impression qu’elle tentait de se débarrasser d’elle, parce que n’était absolument pas le cas : elle était juste curieuse, et n’avait pas vraiment trouver d’autre moyen de tenter de bifurquer vers une conversation un peu plus personnelle. « Ma famille dirige Hautecime, mais ils me pensent morte depuis si longtemps... » avoue-t-elle doucement, sur le ton de la confidence, espérant ainsi l’encourager à s’ouvrir un peu.

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Sam 7 Avr - 20:39

Firecamp
Jolana & Osha
Who has smelled the woodsmoke at twilight, who has seen the campfire burning, who is quick to read the noises of the night? ▬ Rudyard Kipling

Fuir, encore une fois.

Voilà des mois que Jolana était sur la route, des mois qu'elle progressait dans cet endroit étrange et irritant qu'était "Ferelden" sans savoir où elle allait, ou ce qu'elle pouvait attendre du futur. Des mois à craindre les engeances, les templiers, les inconnus ; des mois à ne plus comprendre sa vie. On aurait pour croire que pour une jeune femme ayant grandit dans les inospitalières Montagnes de Givres, visiter les lowlands serait une synécure : mais c'était tout l'inverse. Tout était différent, ici, et elle avait beau savoir qu'elle devait s'y habituer - elle ne pouvait plus rentrer chez elle, plus avant longtemps en tout cas - elle ne parvenait pas à prendre ses marques. Enervée et confuse, elle se sentait hors de son élément et se demandait de plus en plus souvent pourquoi les Dieux avaient cru bon de lui permettre de survivre à la catastrophe qui avait détruit son village.

Elle avait cru trouver un peu de répis dans la demeure d'une femme nommée Moira, la chef d'une région qui lui rappelait un peu son propre lieu de naissance. Cette dernière l'avait accueillie chez elle en apprenant qu'elle était mage, l'encourageant même à utiliser ses dons en lui offrant une protection du reste du monde... Mais voilà, Moira était morte, désormais, et Jolana s'était retrouvée de retour à la cade départ... à une exception près. Car, désormais, la mage ne voyageait plus seule. Une autre mage, une femme plus âgée du nom de Osha, était dans la même situation qu'elle - et c'était ensemble qu'elles avaient fui quand le moment était venu.

Ca faisait à présent plusieurs jours qu'elles voyagaient ensemble.

Jolana ne savait pas vraiment que penser d'elle. Elle était heureuse, clairement, d'avoir un guide pour explorer ces régions inconnues : et cette Osha la connaissait bien, en plus, un atout indéniable. D'un autre côté, elle ne savait pas grand chose d'elle, et comment faire confiance à une inconnue aux traditions étranges ? Certes, l'autre n'avait pas l'air méchante, mais Jolana ne pouvait s'empècher de rester froide, distante, comme elle l'avait été avec tous ceux qui avaient croisé son chemin depuis qu'elle avait quitté sa contrée natale.

Pour l'heure, néanmoins, leur collaboration se passait plutôt bien. Toute lowlander qu'elle était, cette fameuse Osha était compétante, Jolana devait l'avouer - capable de marcher sans se plaindre et de chasser sans problème, en plus d'avoir une bonne idée d'où elle allait, ce qui était, encore une fois, une bénédiction. Mieux encore, elle respectait son silence - évitant de lui poser des questions désagréables ou stupides. Elle était, somme toute, quelqu'un que Jolana pouvait respecter. Et ce soir-là, auprès d'un feu de camp crépitant et après une fructueuse chasse, elle se sentait presque chez elle en sa compagnie.

C'était tout naturellement que l’aînée avait pris la direction de leur équipe. Quand elle lui parla de son idée d'aller chercher de l'aide dans un endroit nommé "Gwaren", Jolana ne put qu'hocher la tête. Si un homme susceptible de les aider se trouvait là-bas, alors pourquoi ne pas y aller ? Qu'elle alternative avait-elle, de toute façon ? Sans Osha, elle était perdue. Gwaren était une destination aussi bonne qu'une autre...

Elle poussa un soupir en observant la viande cuire, mais releva les yeux à la question de l'autre mage.

Un endroit où aller...


Jolana fit un geste négatif de la tête. Nulle part, non... Sans quoi elle serait déjà bien loin d'ici. Elle ne comptait pas aller plus loin dans ses explications, mais elle n'eut pas à le faire, car sa compagne continua en parlant d'elle-même. Ses étranges explications attisèrent la curiosité de l'avvar. Sa famille la croyait morte ? Une histoire devait se cacher là derrière. Elle se demanda à quoi ressemblait Hautecime, cet endroit au joli nom dont elle était originaire. Bien sûr, elle n'en avait jamais entendu parler... mais d'un autre côté, elle supposait que jamais Osha n'avait entendu parler de Dragon's Head Hold.

Elle s'éclaircit la gorge, prenant enfin la parole. "Je crois qu'ils seraient heureux de te revoir en vie." Elle ignorait tout de l'histoire de cette famille, mais cela, au moins, semblait évident : si elle même avait pu retrouve un membre de sa famille, ou même n'importe quel habitant de son village, en vie, elle en aurait été transportée de joie. Elle aurait tout donné pour cela. "Mes parents sont morts. J'aimerais bien pouvoir rentrer chez moi, mais..." Elle laissa sa phrase en suspens, levant une main vers le feu comme pour dire, "je ne peux pas". Malgré le temps qui passait, parler de tout cela restait difficile.


▬ Gasmask

_________________

through hell or high water
AND I HOPE FOR A TRACE TO LEAD ME BACK HOME FROM THIS PLACE BUT THERE WAS NO SOUND THERE WAS ONLY ME, AND MY DISGRACE
Spoiler:
avatar
there's no turning back
▲ MESSAGES : 80
▲ OCCUPATION : Chasseuse, apostate, abomination
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Chasse, pistage, pièges, tir à l'arc // Magie de soin // Magie spirituelle // Magie élémentaire (glace)
▲ LOCALISATION : Perdue dans Ferelden

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 13 Avr - 20:19




Jolana & Osha
“I'm tired of running away”


Faire connaissance avec Jolana semblait devenir nécessaire, surtout si elles devaient voyager ensemble. Evidemment, même si elle avait préféré rester totalement muette vis-à-vis d’elle-même, Osha n’aurait jamais abandonné la cadette : mais apprendre à se connaître un minimum lui semblait décemment plus agréable. Qui sait, après tout, combien de temps auraient-elles à cheminer ensemble ? Des jours, des semaines, des mois, des années ?... En ces temps troublés, il était difficile de savoir. Néanmoins, sa compagne de route ne semblait pas très loquace : elle ne répondit à sa question que part un signe négatif de la tête, et Osha supposa qu’elle ne voulait pas se livrer plus que ça à ce propos, si bien qu’elle continua en parlant d’elle, espérant peut-être qu’en se livrant un peu, la jeune en ferait de même.

« Je ne sais pas trop. Cela fait si longtemps, maintenant... J’ai peur qu’ils ne me croient pas, et qu’ils me rejettent. Plus d’une personne aimerait être l’héritière Cousland. » Elle haussa légèrement une épaule, en écoutant la suite des paroles de sa cadette. Ses lèvres esquissèrent une moue désolée, suivant du regard la main vaguement tendue vers le feu pour s’y perdre en contemplation, quelques secondes : « Je suis désolée... » Osha se réinstalla comme il fallait dans l’herbe, de manière à pouvoir vérifier la cuisson des lapins sans se torde de manière peu confortable, et repris d’une voix douce : « Si tu ne veux pas en parler, je comprends. Mais si tu veux... Ou si tu as besoin de te confier, aujourd’hui, demain, peu importe, n’hésite pas à le faire. »

Elle proposait cela avec sincérité, mais l’aînée ne savait pas réellement si la cadette verrait ça d’un bon œil. Dans le sens où, certes, elles voyageaient ensembles, mais ne se connaissaient pas encore réellement. « Je sais qu’on ne se connait pas vraiment, encore, mais... Je me disais que ce serait peut-être mieux de faire plus ample connaissance, justement... » commença-t-elle avec un sourire : « Si tu veux... Tu n’as qu’à me poser une question. J’y répondrai au mieux. »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Mar 17 Avr - 20:02

Firecamp
Jolana & Osha
Who has smelled the woodsmoke at twilight, who has seen the campfire burning, who is quick to read the noises of the night? ▬ Rudyard Kipling

Évoquer ses parents rendait Jolana plutôt triste, le choc de les avoir perdu si soudainement refaisant surface. Eux, et tout le reste de son village... C'était logique, dans le fond, qu'elle se sente si perdue depuis sa fuite dans les lowlands. Tout ce qu'elle avait connu depuis toujours avait disparu. N'importe qui d'autre aurait été aussi confus qu'elle. Et pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de s'en vouloir. Elle aurait du être plus forte que ça...

Elle ramena ses jambes contre elles en regardant les lapins chauffer. Oui, peut-être que parler, comme le suggérait sa compagne, lui aurait fait du bien... Pourtant, elle n'en avait aucune envie. Pourquoi ? Peut-être parce qu'elle ne connaissait pas encore assez bien Osha, ou qu'elle était une personne trop secrète et enfermée sur elle-même. En tout cas, elle répondit, assez froide: "Je n'ai pas besoin d'en parler. C'est fait, c'est trop tard." Les avvars avaient pour philosophie que tout était fait pour changer. Sa famille, son village... rien de tout ça n'avait été sensé durer pour toujours. Elle aurait du l'accepter... Mais faute d'y parvenir, elle pouvait au moins le prétendre, même si la vérité devait être évidente.

Ce n'était pas comme si Osha n'avait aucun problème de son propre côté. Selon ses dires, elle avait été séparée de ses parents depuis si longtemps qu'elle doutait même qu'ils la reconnaissent... Être prise pour un imposteur par sa famille devait être une terrible expérience, Jolana pouvait comprendre qu'elle le redoute. Enfin, de toute façon, ce n'étaient pas vraiment ses oignons.

Sa guide jugeait qu'elle devaient faire plus ample connaissance, et il fallait bien avouer qu'elle avait raison. Qui savait combien de temps elles voyageraient ensemble ? Elles devaient apprendre à ce connaître, si elles voulaient pouvoir compter l'une sur l'autre. Pourtant, entre les choses qu'elle ne pouvait pas dire et celles dont elles ne voulait pas parler, Jolana avait un peu peur que la conversation n'aille pas très loin. Mais elle acquiesca quand même. Elle ferait de son mieux pour être sincère... En on verrait bien ce qui en résulterait.

Heureusement, ce fut la plus âgée qui se désigna en premier pour répondre à une question. Jolana se trouva un peu hésitante pour ce qui est de la poser. Que lui demander ? Au final, ses interrogations concernaient plutôt le monde qui les entourait, pas Osha elle-même. Mais elle finit par prendre la parole, en ayant conscience de démontrer ainsi son ignorance totale quant à Ferelden et son histoire. "Tu as dit que tu venais de Hautecîme ? C'est un endroit important, alors ?" Si beaucoup de gens rêvaient d'être l'héritier de la famille qui le dirigeait, ça devait l'être. "Pourquoi tu n'y vis plus ?" Une question un peu brusque, plus que Jolana ne l'aurait voulu, mais elle n'avait pas la retenue de son aînée.


▬ Gasmask

_________________

through hell or high water
AND I HOPE FOR A TRACE TO LEAD ME BACK HOME FROM THIS PLACE BUT THERE WAS NO SOUND THERE WAS ONLY ME, AND MY DISGRACE
Spoiler:
avatar
there's no turning back
▲ MESSAGES : 80
▲ OCCUPATION : Chasseuse, apostate, abomination
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Chasse, pistage, pièges, tir à l'arc // Magie de soin // Magie spirituelle // Magie élémentaire (glace)
▲ LOCALISATION : Perdue dans Ferelden

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 13 Mai - 20:28




Jolana & Osha
“I'm tired of running away”


Osha esquissa un léger sourire attristé à l’intention de Jolana. Mais, après tout, peut-être avait-elle raison. Peut-être ne devrait-on pas continuer à évoquer le passé, encore et encore. Ce qui était fait était fait, et personne ne pourrait jamais revenir en arrière pour changer quoi que ce soit... N’est-ce pas ? Cela ne changeait pas le fait que l’aînée pensait que parler pouvait faire du bien, aider à exorciser. A condition qu’on ne ressasse pas éternellement ce passé... Sujet compliqué, qui l’aurait bien poussé à réfléchir plus amplement si elle en avait eu le temps. Quoi qu’il en soit, Osha ne comptait pas forcer sa compagne à parler si elle ne le voulait pas : elle n’était pas là pour l’obliger à quoi que ce soit, et se dit qu’elle se confierait bien à elle un jour, si elle en avait envie et besoin. Laissons le temps au temps.

C’est pour cela qu’elle lui laissa la possibilité de poser des questions en première. Sa situation et son âge la faisait relativiser. Elle avait longtemps caché ses origines, tenté de les oublier elle-même, mais elle savait à présent que cela pouvait l’aider. Elle n’avait plus vraiment de scrupule à s’en servir puisque sa survie, parfois, pouvait en dépendre ; elle avait juste des remords de ne rien avoir fait plus tôt. Elle hocha donc la tête en souriant, avant de répondre aux questions comme elle le pouvait ; « Oui... C’est une ville côtière, au nord, assez importante... Cela dit, je ne sais pas comment ils gèrent toute cette situation, avec les mages... » Elle soupira légèrement en haussant une épaule ; « C’est pour ça que je suis partie. On a jugé plus prudent de s’éloigner de la ville, avec les chasses aux mages... Mais je ne sais pas réellement s’il y a une bonne solution pour les gens comme nous. »

Nouveau soupire. « Les gens comme nous » ; étaient-elles réellement différentes des autres, au fond ? Bon, Jolana, peut-être un peu plus, dans un sens. Elle semblait un peu perdue, ici. Cela ne l’empêchait pas de trouver les décisions de la Divine ridicule... Comment pouvait-elle penser accomplir les paroles du Créateur et d’Andrasté ? Reportant son attention sur leur pitance, Osha se pencha un peu vers le feu avant de déclarer ; « C’est presque cuit, encore quelques minutes... » puis elle s’étira un peu avant de demander, à son tour ; « Comment as-tu atterri chez Moira ? On a... Eu de la chance, quelque part, de s’y trouver. C’est plus agréable et sûre de voyager à plusieurs... »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Sam 26 Mai - 16:54

Firecamp
Jolana & Osha
Who has smelled the woodsmoke at twilight, who has seen the campfire burning, who is quick to read the noises of the night? ▬ Rudyard Kipling

Il y avait une certaine mélancolie dans la voix d'Osha, quand ell parlait de sa ville d'origine... à moins que ce ne soit la tristesse de Jolana elle-même qu'elle voyait reflétée en sa compagne d'infortune. Toutes deux, semble-t-il, avait été forcées de quitter leur maison : elles avaient plus de choses en commun qu'on aurait pu le croire, au premier abord... Leur exil, leur fuite, leur magie à cacher... Il était heureux qu'elles se soient trouvées.

-"Je n'ai jamais vu la mer", commenta Jolana, à la fois pour changer de sujet et pour tenter d'au moins partager quelque chose de sa vie privée. "A part dans le monde des esprits... Mais mes souvenirs en sont flous." Son esprit guide, l'esprit d'apprentissage lié à elle depuis des années, l'avait déjà guidée en rêve vers des mers et des océans dans l'immatériel. Les choses étaient probablement très différentes dans le monde physique, cependant. Elle savait très bien que plusieurs mers existaient à Thédas mais n'avait jamais marché jusque là. Peut-être en aurait-elle l'occasion, à présent.

Les lapins cuisaient bien, l'odeur de plus en plus appétissante donnait faim à la jeune apostate... Elle se sentirait bien mieux avec l'estomac rempli. Osha lui posa une question à propos de sa présence chez Moira, et elle sourit : ça, au moins, elle pouvait en parler. "Elle m'a attrapée en train de chasser sur son territoire... Je savais pas qu'on ne pouvait pas - je ne comprend toujours pas vraiment, en fait, le gibier n'appartient à personne... Mais... Je lui ai dit que j'étais mage, que je savais soigner les gens, alors elle m'a proposé sa protection." Jolana savait qu'elle était vraiment passée près de la catastrophe, ce jour-là. Si elle avait fait cet aveux à n'importe quel noble plus proche de la Chantrie, elle se serait retrouvée morte ou apaisée. "J'ai cru que peut-être que les Dieux m'avaient menée là parce que c'était ma place, mais finalement, peut-être pas... Peut-être que même eux ne savent pas où je suis sensée aller." Mais Osha avait raison. C'était plus agréable de voyager ensemble, d'avoir quelqu'un sur qui compter en cas de problème. Elle se releva, reportant son attention sur la viande en train de cuire. "Ca va être bon, non ?" Elle tenta déjà de se saisir d'un des deux lapins. En toute franchise, elle était affamée, et peu lui importait qu'il manque une petite minute de cuisson. Elle s'assit en tailleurs et souffla dessus.

-"Tu sais, je viens des Frostbacks et je ne comprend vraiment pas grand chose à cet endroit-ci. Mais toi, je crois que tu aurais bien vécu, chez moi. Tu sais chasser, et être une mage, c'est une bonne chose de là d'où je viens."
Même son prénom sonnait comme un nom avvar...


▬ Gasmask

_________________

through hell or high water
AND I HOPE FOR A TRACE TO LEAD ME BACK HOME FROM THIS PLACE BUT THERE WAS NO SOUND THERE WAS ONLY ME, AND MY DISGRACE
Spoiler:
avatar
there's no turning back
▲ MESSAGES : 80
▲ OCCUPATION : Chasseuse, apostate, abomination
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Chasse, pistage, pièges, tir à l'arc // Magie de soin // Magie spirituelle // Magie élémentaire (glace)
▲ LOCALISATION : Perdue dans Ferelden

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 11 Juin - 13:21




Jolana & Osha
“I'm tired of running away”



A certain moment, Osha ne savait pas réellement si elle regrettait sa maison – et si oui, laquelle. Ses deux premières vies lui manquaient, qu’allait-il advenir de la troisième ? Elle savait avec assurance qu’il n’y avait plus rien pour elle chez son père adoptif. Elle avait même le sentiment que si elle y allait, elle ne l’y retrouverait pas. De toute manière, tant que la situation ne se serait pas arrangée, elle n’allait pas prendre de risques inutiles – que ce soit pour elle, pour Jolana, pour n’importe qui d’autre. Elle avait l’impression qu’elle avait la vie de la jeune femme sous sa responsabilité, peut-être parce qu’elle était l’aînée : quoi qu’il en soit, elle prenait ce devoir de « protection » qu’elle s’imposait elle-même très à cœur.

La Cousland est, quelque part, surprise par l’annonce de sa compagne. Pour elle qui a vécu sur ses rives, n’avoir jamais vu la mer semble inconcevable. Néanmoins, il était certain que plus de personnes était dans le cas de la jeune mage que dans celui de son aînée... « Je te montrerai la mer alors, un jour. » affirma-t-elle dans un sourire. De toutes manières, qu’elles aillent à Kirkwall ou qu’elles s’arrêtent à Hautecime... Elles la verraient certainement. L’innocence et la méconnaissance qu’avait Jolana de leurs coutumes et lois (de leur monde en général) l’amusait, sans aucune moquerie ou méchanceté. C’était même presque vivifiant. « C’est vrai que nos lois peuvent parfois paraître... Etrange. » confirme-t-elle. Après-tout, elles venaient certainement de braconner à nouveau pour pouvoir manger ces lapins qui venaient de cuir. « Mais c’est un mal pour un bien, quelque part... »

Qui sait ce qu’il serait arrivé à la jeune mage si Moïra ne lui avait pas mis la main dessus, finalement ? « Les voies du Créateur sont impénétrables... » murmura-t-elle d’une vois une peu lasse, avant d’ajouter : « Ou de n’importe quelle autre divinité, d’ailleurs. » Elle préférait croire qu’ils avaient un peu de libre arbitre. Mais, comme pour Jolana, elle ne comprenait pas très bien où le destin ou n’importe quoi d’autre voulait qu’elle aille. Chahutée d’un monde à un autre depuis qu’elle était tombée dans cette rivière, elle ne comprenait plus trop quel était le fil de sa vie. Mais tant qu’elle n’était pas morte, elle n’allait certainement pas se plaindre... « Oui, c’est bon. » répondit-elle avec un sourire amusé, avant de prendre elle-même un morceau de lapin.

Osha imita rapidement sa compagne, soufflant un peu sur la viande avant de pouvoir mordre dedans. Manger faisait un bien fou, elle devait l’avouer, et elles en avaient bien besoin si elles voulaient tenir la cadence. Elles ne s’imposaient pas forcément un rythme effréné, mais être constamment sur ses gardes s’étaient révélé épuisant, à la longue. Elle prit un instant pour considérer les paroles de Jolana, mâchant soigneusement le morceau de lapin avant de l’avaler ; « Si nous pouvions aller dans les Frostback, ce serait certainement plus simple. Je suppose qu’ils ne tuent pas les mages pour ce qu’ils sont... » Elle soupira légèrement. Connerie de Chantrie. « Mais je suppose également qu’on ne peut pas s’y rendre. » rajouta-t-elle d’une voix douce. Si Jolana était ici aujourd’hui, et si elle ne pouvait pas rentrer chez elle, il devait bien avoir une raison. Certainement une terrible raison qui faisait qu’elles étaient finalement bien mieux ici...

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut