¬ no, i'm gonna stop breathing. ✵ adrian [f]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Jeu 12 Avr - 12:20



― no, i'm gonna stop breathing. ―
to spite the air. (flashback)

mon souffle est rapide et pourtant, je n'ai mené aucune course effrenée. c'est la peur qui me tiraille soudainement. peur de découvrir ce paysage étrange, composé d'une nature vivace qui s'étend à perte de vue. peur de se rendre compte à quel point le monde est assez grand pour s'y perdre. que je pourrais ainsi continuer à errer, sans but ni fin, jusqu'à ce que le manque de lyrium finisse par se faire sentir et que la paranoïa ne devienne encore plus grande qu'elle ne l'était déjà. aussi étrange que cela puisse paraître, je n'avais guère crainte de retomber sur mon ancien propriétaire qui aurait pris la décision de venir me reprendre comme il se devait être. j'avais une confiance exacerbée en ma personne, pensant que si je devais me battre contre lui, alors je gagnerais. j'étais né pour cela ; me combattre et vaincre. qu'il ne soit qu'un banal mortel ou un magicien. et même si je devais perdre, alors il était hors de question de périr à genoux. je venais de faire preuve de trahison en quittant la ville lorsqu'elle se trouvait encore à feu et à sang. je n'avais aucunement épaulé mes propriétaires comme j'aurais dû normalement le faire. je m'étais pacifiquement rebellé, moi aussi. néanmoins, je ne regrettais pas. tévinter avait perdu sa splendeur d'autrefois. les grands mages dominant ce milieu s'étaient quelque peu affaibli, n'étaient plus prompt à la violence pour se faire respecter. car quels maîtres pouvaient ainsi laisser des serviteurs désirer obtenir un peu plus de liberté ? comment les considérer en déité s'ils ne deviennent plus souverains de leurs possessions ? il y avait de quoi se remettre en question. se demander s'ils ne valaient pas mieux que les elfes qu'ils considèrent en sous-race. en gladiateur accompli et admiré par la populace avide de sangs, je supposais que je devais valoir bien plus que ces seigneurs qui passent leurs journées à se paresser et à se contenter du peu qu'ils possèdent. du jouet chétif, j'étais devenu un combattant aguerri. moi j'avais évolué. pas eux. je soupire. qu'importe. c'est du passé tout ça, il fallait désormais se contenter du présent. Et actuellement, je devais partir en chasse si je ne voulais pas dépérir de faim. je sors donc mes deux dagues chilanum, m'apprêtant à poursuivre ma route plus discrètement jusqu'à ce que je n'entende des pas. au départ, je n'y prête pas vraiment attention, pensant que ce n'est là que le fruit de mon imagination qui me joue des tours ; les hallucinations provoquées par le manque du lyrium qui me manque plus que tout à l'heure qu'il est, si l'on en oublie la viande. mais non. un visage finit par être découvert. des traits qui ne manquent pas d'interpeller si l'on connait un minimum l'histoire tévintide. je sors presque automatiquement des buissons, semblable à un esprit qui fait son apparition, d'une manière presque calme face à l'homme. ≪ - vous êtes une illusion. ≫ affirmais-je, sûr de moi. cela ne faisait aucun doute. mon esprit voulait me jouer des tours. il voulait jouer avec moi, m'empêcher de partir et me rattacher un minimum à ce pays que j'avais fuis. me rappeller d'où je venais malgré mon exil. je ne me laisserais pas duper aussi facilement.

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 13 Avr - 20:31




Phoenix & Adrian
No, I'm gonna stop breathing


Adrian voyageait depuis déjà plusieurs jours, pour ne pas dire plusieurs semaines. Son périple, qui l’avait en premier lieu poussé à quitter sa patrie pour défendre la rébellion des mages à Kirkwall, puis à y revenir uniquement pour se préparer à se rendre en Tévinter, était en bonne voie. Il voyageait seul, car il savait qu’il n’avait rien à craindre. Il parait en reconnaissance et, si personne ne voulait de lui à Minrathie, si la terre de son père et de ses ancêtres n’avaient rien à lui offrir, alors il rentrerait sagement chez les Pentaghast, ce qui ne serait pas pour déplaire à sa mère. C’est en partie pour ça qu’Adrian n’était parti qu’avec une bourse bien remplie, de quoi se défendre, se sustenter et, surtout, ses papiers en poche et son médaillon autour du cou. Il ne s’était pas encombré de domestiques et d’affaires qui prendraient du temps à être transporter : il ferait venir le nécessaire s’il s’installait en Tévinter. Dans le cas contraire, ce ne serait que perte de temps – et d’argent. C’est d’ailleurs pour la même raison qu’il n’avait pas engagé de mercenaires ou quoi que ce soit d’autre pour le protéger : il était parfaitement capable de se défendre seul.

C’est pourquoi il garda son calme lorsqu’un homme sorti des fourrées, tout aussi calmement que lui. Néanmoins, sa main droite s’était relevée pour se poser sur le bâton fixé dans son dos, au cas où, et l’autre était déjà prête à lancer quelques sorts. Néanmoins, son vis-à-vis ne semblait pas hostile, aussi repositionna-t-il doucement son bras contre son flanc. Ce n’était pas là de l’inconscience : il savait qu’en cas de pépin, la magie martiale serait son amie. Sa plus grande amie. Et une petite démonstration de magie temporelle ne pourrait pas lui faire de mal non plus. Aux paroles de l’homme, pourtant, un grand sourire vint s’étirer sur ses lèvres. « Moi ? Une illusion ? Je sais que je suis beau, mais tout de même ! » s’esclaffa-t-il avant de secouer la tête. « Et vous, qu’êtes-vous ? Un démon peut-être ? Allons bon, dites-moi plutôt qui vous êtes, et pourquoi vous pensez que je ne suis pas réel. »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________

avatar
Rebellions are built on hope
▲ MESSAGES : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 20 Avr - 11:58



― no, i'm gonna stop breathing. ―
to spite the air. (flashback)

je reste impassible bien que, dans cette situation, un bon nombre d'individus auraient probablement agit délibérément en attaquant l'individu, poussé par la folie. d'un côté, il est vrai que j'hésitais à en faire de même. après tout, ça pouvait être un bon moyen afin de savoir si l'individu était vraiment réel ou non. Si j'avais affaire là à un esprit ou à une personnalité en chair et en os. L'homme se mit alors à rire face à ma réflexion, ce qui me fit froncer les sourcils et me poussa à me mettre en position de défense. Je n'appréciais pas trop ses grands airs qu'il se donnait. Et plus encore en sachant que je ne savais aucunement comment considérer l'individu. Pouvait-il être un ennemi ? un allié ? Qu'est-ce qui pouvait pousser quelqu'un à voyager ainsi en pleine forêt ? ...Tout en ayant l'air terriblement familier. Quelque chose n'allait pas. Chez lui ou chez moi. Quand il me demanda qui j'étais et pourquoi je pensais à une telle chose, je n'osais pas répondre tout de suite. Je voulais répondre correctement. Savoir si je pouvais avoir une preuve que tout cela était bien réel et que mon esprit ne me jouait pas des tours. ≪ - Vous êtes Dorian Pavus... Mais vous ne pouvez pas l'être... ≫ répondis-je n'osant encore me présenter sans avoir la véritable identité de mon interlocuteur. Qui plus est, le nom des Pavus m'était pleinement familier puisque je servais jadis Tibère Pavus avant ma fuite. Si je devais à nouveau tomber sur l'un d'eux sans connaître pleinement leur allégeance, je savais que je pouvais à tout instant être contraint de faire marche arrière avant de me faire exécuter comme une bête que l'on envoie à l'abattoir. Il serait dommage d'avoir mené un aussi long chemin pour finalement revenir à la case départ. Mais comme je l'avais dis précédemment, j'étais prêt à en découdre s'il le fallait. Mage ou non, je devais certainement résister encore un peu à la magie avec le peu de lyrium qui devait encore couler à travers les veines.

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Jeu 10 Mai - 22:12




Phoenix & Adrian
No, I'm gonna stop breathing


Oh, que la situation l’amusait. Dire le contraire serait un mensonge, un odieux mensonge : il adorait littéralement ce qui était en train de se passer. Il n’avait même pas encore mis un seul pied à Tévinter que voilà un homme – ou un elfe, pardon – le prenant pour Dorian Pavus. Adrian devait avouer qu’une part de lui était flatté et fier, et... Bien qu’il hésita un bref instant, il décida de rentrer dans le jeu de l’inconnu. Enfin, pour lui, ça ne semblait pas être un jeu, et le Nevarran savait que c’était s’amuser à l’insu de son pauvre vis-à-vis, mais la situation était beaucoup trop tentante pour ne pas être saisie. « En effet, vous marquez un point. Ma célébrité me suis-donc partout – pitié, ne me sautez pas dans les bras en m’appelant votre Héros. Je n’ai fait qu’aider à sauver le monde, après tout. Pas besoin d’en faire un drame. »

Son sourire ne quittait pas ses lèvres, son regard pétillait. Doucement, il relâcha l’emprise qu’il avait sur son bâton, le laissant sagement dans son dos. Il pouvait éviter l’affrontement, il en était quasiment certain. Les mains en avant, paumes présentées d’un air inoffensif, il s’avança doucement : « J’ai fait un saut dans le temps, n’est-ce pas ? C’est pour ça que vous pensez que je ne peux pas être... Réel ? » Adrian prit un air ennuyé, en se pinçant l’arrête du nez avec un soupire. « Je savais bien que je n’aurai pas dû continuer à étudier cette magie-là après être rentré à Tévinter... Et encore moins vouloir partager ça avec Lavellan... » Faisant mine d’être perdu dans ses pensées, voir perdu tout court, comme s’il venait de se rendre compte qu’il n’était en effet pas où il devrait être, il reporta soudainement son attention sur l’elfe : « Mais ça ne dit pas qui vous êtes. Ni si vous pouvez m’aider, d’ailleurs... »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________

avatar
Rebellions are built on hope
▲ MESSAGES : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Sam 12 Mai - 10:29



― no, i'm gonna stop breathing. ―
to spite the air. (flashback)

je suis de plus en plus plongé dans la confusion. je m'attendais à ce qu'il disparaisse comme l'esprit qu'il était ou qu'il ne me dise qu'il ne pouvait tout bonnement pas être dorian pavus bien qu'il lui ressemble grandement. non. au lieu de cela, il affirme l'être et en rajoute une couche en disant que cela ne servait à rien de le remercier pour ses actions passés. je grogne, brandissant mes dagues afin de lui montrer que je ne comptais pas rire. et encore moins le remercier. s'il pense que le monde est désormais sauvé ? il se trompe. la discorde est partout là où on cherche bien. à travers tout les pays. et un jour, le véritable chaos bouleversera à nouveau le monde. on tiendra le coup jusqu'à ce qu'il n'y ait plus personne pour stopper la menace. et c'est ainsi. ≪ - je ne compte pas vous faire une quelconque étreinte ! ≫ lançais-je vivement avant de l'écouter déblatérer la suite, expliquant qu'il s'était un peu trop amusé avec la magie pour finalement voyager dans le futur. je fronce les sourcils. ah oui ? d'un côté, je me dis que cela expliquerait, en effet, pourquoi l'homme se retrouve ici. mais ne possédant aucun don, je ne saurais aucunement affirmer si cela est réellement possible ou pas. je m'interroge quelque temps, mais je suis vivement coupé par le-dit pavus qui change presque complètement de sujet, me questionnant sur mon identité et si je pouvais l'aider. je fais la moue, répondant plutôt sèchement. ≪ - ...je ne suis personne et j'ai plus rien à voir avec les pavus ! qui plus est, je ne suis pas un mage ! débrouillez-vous tout seul ! ≫. la vérité, c'était que je ne préférais aucunement m'embarquer dans des histoires qui ne me concernaient pas alors que j'avais, moi-même, des problèmes à régler que je considérais plus urgent. et puis, il avait beau être une personnalité sympathique, le seul fait de porter le titre des pavus suffisait à me pousser de croire que je devais m'en tenir un maximum éloigné pour mon propre bien. on ne sait jamais.

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 13 Mai - 20:22




Phoenix & Adrian
No, I'm gonna stop breathing


L’elfe est perplexe, et Adrian peut le comprendre. Lui-même, à sa place, n’aurait certainement pas gobé ce qu’un inconnu lui racontait en se faisant passer pour Dorian Pavus. Mais après tout, c’était lui qui avait commencé ! Jamais Adrian ne se serait lancé là-dedans de lui-même si son vis-à-vis ne s’était montré si... Réceptif à la plaisanterie. L’entourloupe. Appelez ça comme vous voulez. Le Nevarran pris cependant un air choqué lorsque l’elfe lui annonça qu’il ne voudrait certainement pas l’étreindre ; il pinça les lèvres, levant les bras d’un air déçu : « Comme vous voulez ! » Mais son sourire en coin revient bien rapidement. Il lui fallait des informations et, même s’il en connaissait en réalité certaines, il en ignorait d’autre. Comme : qui était cet elfe perdu dans les bois ?

Mais la réponse qui s’échappa des lèvres du bougre face à lui claqua sèchement. Bon. Le voilà réfractaire, bravo, Adrian. Félicitation. Prenant une posture décontractée, un peu désappointé, il posa une main sur sa hanche en laissant pendre son autre bras : « Allons bon, vous ne pouvez pas être personne, ce n’est pas possible... Ah moins que... » Il fronça légèrement les sourcils, réfléchissant : « Vous seriez un esclave ? Ce qui expliquerait que vous ne voulez plus rien avoir à faire avec ma famille... » Un soupire vint ponctuer sa phrase avant qu’il ne conclue : « Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas là pour vous ramener à Tévinter. Lavellan m’a donné bien des leçons à ce sujet... Je voudrais juste des réponses à mes questions. »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________

avatar
Rebellions are built on hope
▲ MESSAGES : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Sam 19 Mai - 11:26



― no, i'm gonna stop breathing. ―
to spite the air. (flashback)

il semble déçu lorsque je refuse de l'étreindre. tant mieux. pour qui m'avait-il pris ? je ne suis pas un enfant de cœur répandant la joie à travers tout le royaume, bien au contraire. rare sont les avis positifs que l'on tire de ma réputation. pour beaucoup d'individus, je ne suis qu'une bête sauvage, dressée pour tuer. un limier que l'on envoie dans les arènes promettant un carnage sanguin et morbide prochain. à la rigueur, voir qu'un pareil individu puisse accepter un tel contact avec ma personne me poussait encore plus à être sur la défensive. cela aurait pu être un piège. ses bras se seraient refermés sur moi afin de me désarmer, qui sait ? afin que je ne sois pleinement pas en mesure de me défendre, jouant d'un jeu de dupe pour me mettre k.o. oui, il ne fallait pas se laisser faire. surtout que même s'il avait semblé désenchanté, quelques minutes plus tôt, son sourire ne manqua pas de revenir au galop. c'était bien trop louche. et le pire, c'est qu'il arriva peu à peu à découvrir mon identité même si j'avais cherché à la voiler. en vain. mais je rétorque, furieux. ≪ - je ne suis l'esclave de personne ! mon maître n'est plus. ≫. je brandis mes dagues, ne sachant plus s'il fallait attaquer pour mieux se protéger où s'il fallait attendre encore un peu avant d'être assuré réellement des attentions de l'individu même si celui-ci affirme qu'il ne compte pas me forcer à retourner à Tévinter. ≪ - très bien. que voulez-vous ? ≫ fis-je, presque impatient d'en finir, n'appréciant jamais tourner autour du pot pendant longtemps. j'ai toujours été quelqu'un de direct, franche et d'honnête. je n'ai jamais apprécié les situations floues et plus encore depuis que je suis en manque de lyrium, depuis mes hallucinations.

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 10 Juin - 20:06




Phoenix & Adrian
No, I'm gonna stop breathing


La patience de l’elfe s’égrène, Adrian en est de plus en plus conscient. Surtout lorsque celui-ci sort ses dagues, faisant reculer le Pavus d’un pas ; automatiquement, ce dernier lève ses mains, plus en signe de reddition qu’en signe d’agression, même si un halo vert et quelques étincelles de même couleur semble parcourir ses doigts. Il est prêt à « faire feu », si jamais l’autre homme bondissait sur lui. S’il ne tenait pas à l’agresser, il ne comptait pas non plus se laisser mourir. Son pacifisme avait des limites. « Oh, oh ! Du calme ! D’accord, tu n’as pas de maître, excuse-moi. » Est-ce que son vis-à-vis serait prêt à passer à l’acte ? A lui sauter dessus et tenter de le tuer ? Certainement ; il semblait danser au fond de ses prunelles la flamme de la détermination, la rage de vivre, libre. Finalement, l’homme semble enclin à l’écouter. Un minimum. Il ne valait sans doute pas jouer avec son ambition, et Adrian n’était plus certain que se faire passer pour Dorian soit une excellente idée. Tant pis, il allait mettre de côté les questions amusantes du type « On est en quel année, et quel Divin et Archonte sont à la tête de l’Empire ? » pour quelque chose de plus... Pratique. « Ne me dis pas qui tu es, ce n’est pas grave. Je m’en moque, si cela peut te rassurer, et lorsqu’on se séparera je ne saurais toujours rien de toi. Peu importe ce que tu fuis, cette chose ne te retrouvera pas par ma faute. » Tenter de rassurer l’individu, en premier lieu. Et baisser les mains crépitantes de magie, aussi, même s’il restait sur la défensive tant que les dagues étaient au clair. « Dis-moi juste, si tu le peux, la route la plus courte pour aller à Tévinter. Par où es-tu passé ? » Il hésita, avant de rajouter : « Tout ça a dû bien changer depuis... Le temps. »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________

avatar
Rebellions are built on hope
▲ MESSAGES : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 15 Juin - 11:19



― no, i'm gonna stop breathing. ―
to spite the air. (flashback)

quand je brandis mes dagues dans sa direction afin de le menacer, cela a le don de le faire reculer. il comprend désormais très certainement qu'il ne valait pas mieux jouer d'avantage avec ma petite personne s'il désirait rester indemne. j'étais satisfait. malgré ma crainte de me retrouver également en mauvaise posture, mon allure de guerrier faisait encore son petit effet. c'est une bonne chose à savoir. néanmoins, en réalité, je ne pouvais m'empêcher également de m'inquiéter face aux capacités magiques de mon interlocuteur. car il y a bien longtemps que le lyrium ne parcourait plus mon être. je n'avais plus aucune source pour pouvoir batailler correctement contre un mage. surtout s'il s'avère être expert dans la matière. aussi valait-il mieux rester sur ses gardes et rester prudent. c'est d'ailleurs pour cette même raison que je pris la décision de ne rien faire, me contentant d'accepter ses excuses lorsque le pavus les prononça. ≪ - merci. ≫ fis-je alors plus calmement avant de ranger les armes bien que je ne me retrouvais aucunement pleinement rassuré après ce qui venait de se passer. certes, c'était moi qui avait provoqué l'événement, mais tout de même. le manque me poussait perpétuellement à rester sur mes gardes pour un oui ou pour un non. il ne cessait de me rappeler que le moindre faux-pas pouvait me reconduire un tout moment vers tévinter. et que si je venais à être récupérer, je n'aurais certainement plus aucune chance pour m'en sortir ensuite. je devrais exister encore en tant que gladiateur et mourir. ainsi, même lorsque le pavus tenta de m'apaiser affirmant que, par la suite, on ne se reverra plus jamais, cela ne fonctionna pas vraiment. surtout quand il me questionna sur la route que j'avais pris. impossible de le lui révéler. pensait-il sincèrement que je pourrais lui donner le seul moyen qui m'avait permis d'échapper à mes bourreaux ? non. à la rigueur. je pouvais toujours improviser. lui indiquer une autre direction qui différait que celle que j'avais pris. la deuxième solution que m'avait proposé rhéa lorsque nous nous sommes rencontrés. ≪ - il faut... prendre un bateau et aller sur l'eau... ≫ tentais-je d'expliquer vainement en agitant la tête. car je n'avais guère vu l'océan et les bâtiments permettant de naviguer dessus. qui plus est, je n'étais pas le genre d'homme qui savait mentir et user de son imagination pour brouiller les autres. mon propriétaire n'avait seulement fait de moi une créature fidèle et honnête, en rien un fourbe comédien. ≪ - oui. tout a changé. c'est d'ailleurs pour ça que je pars. je n'ai plus vraiment ma place là-bas. ≫ fis-je après que l'homme ait fait la remarque. pour moi, tévinter n'en valait plus la peine.

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 18 Juin - 11:38




Phoenix & Adrian
No, I'm gonna stop breathing


La réponse donnée par son vis-à-vis fait froncer les sourcils d’Adrian. Il aurait certainement dû se douter qu’il resterait vague, ou qu’il refuserait de lui indiquer le chemin pris. S’il était un esclave en cavale, il y avait peu de chance qu’il veuille retourner sur la terre de ses glorieux ancêtres où il n’y avait, pour cet elfe, qu’une vie de servitude sans possibilité de grimper les marches de la réussite dans le futur. Un soupire échappa à Adrian, qui laissa sa magie disparaître lorsque « Jean » rangea ses dagues. Il ne connaissait pas son prénom ? Eh bien, il allait l’appeler Jean – voilà tout. Il se dépêcha d’ailleurs d’en informer le principal intéressé : « Un bateau sur l’eau, hein... D’ailleurs, je vais vous appeler Jean. Vous ne voulez pas me donner votre prénom – pas de soucis. Jean, ça va convient à merveille. »

Un sourire ravi illumina à nouveau son visage tandis qu’il croisait les mains, adoptant une posture plus détendue ; après tout, Jean n’allait pas l’attaquer, n’est-ce pas ? Pas après qu’il l’ait baptisé ? Quoi qu’il en soit, sa curiosité fut néanmoins piquée, encore une fois. « Tout a changé ? Comment cela ? » Quelque part, il serait étonnant que Tévinter ait cessé de pratiquer l’esclavagisme... Bien que cela surprendrait en bien notre mage mi-Pavus mi-Pentaghast. « J’espère que vous trouverez votre place ailleurs, en tous cas. Vous y avez déjà réfléchi ? »

HRP. Je me suis permis de lancer un petit dé d'imprévu parce que je suis devenue fan de ces dés parce que je me suis dit que ça pourrait être drôle, avec ces deux lascars Mouhaha
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________

avatar
Rebellions are built on hope
▲ MESSAGES : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 18 Juin - 11:38

Le membre 'Adrian Pavus' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'IMPRÉVUS HORS CITÉ' :
avatar
Rebellions are built on hope
▲ MESSAGES : 591

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut