Running out of freedom | ft. Harellan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Jeu 10 Mai - 22:18




Harellan & Aelia
Running out of freedom


Elle aurait dû se montrer plus prudente. Même si ce souvenir lui arrachait invariablement un sourire (le spectacle du Duc couinant comme un gosse apeuré avait quelque chose de terriblement drôle et jouissif), Aelia devrait à présent apprendre à faire plus attention. Si son petit secret – le fait qu’elle soit mage – était toujours bien caché, elle ne voulait pas risquer de finir tuée sous la forme d’une souris. Au moins, ironie du sort, c’était elle-même en personne que Ruben avait mis sur cette « affaire d’importance capitale ». Elle avait pu faire croire qu’elle s’en était occupée même si elle avait également fait comprendre que ses compétences particulières n’avaient pas grand-chose à avoir avec le fait de chasser les rongeurs. La Dalatienne ne savait d’ailleurs pas vraiment comment prendre ça – certainement comme un « compliment » venant de la part d’un shem comme le Duc.

Avec un soupire las, profitant d’une absence dudit Duc, elle avait attrapé sa fidèle compagne (son épée à deux mains) afin de pouvoir l’aiguiser et s’en occuper un peu. Elle n’en avait pas grande utilité ici, sauf quand il s’agissait de débarrasser les terres de Ruben de quelques êtres ou prédateurs indésirables. Voire l’accompagner à la chasse. La blonde traversait un couloir, ignorant les regards que lui lançait parfois les autres domestiques – ceux qui n’étaient pas elfes semblaient, plus que les autres, observer ses Vallaslins avec intérêt. Elle n’aurait su dire s’il s’agissait d’une bonne ou d’une mauvaise chose... Même si elle n’avait, en réalité, que peu de doutes sur la question. Aelia se rapprochait du grand hall pour sortir, lorsqu’elle apperçu un elfe qui semblait avoir des problèmes d’uniforme. En plus, elle ne reconnaissait pas son visage. Fronçant légèrement les sourcils, elle s’arrêta pour s’acheminer vers lui ; « Eh, toi ! » le héla-t-elle. « Qu’est-ce que tu fais ? »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Sam 12 Mai - 12:12



― running out of freedom. ―
save your culture. (act. i., scene. i)

mon clan dalatien devait se mordre les doigts en sachant tout les risques que je pouvais bien prendre au nom des vrais elfes et malgré mon jeune âge. mais n'est-ce pas ce qu'il fallait faire pour voir notre espèce renaître sous un jour nouveau et pleinement meilleur ? certainement. il fallait passer à l'offensive. attaquer ces shems de plein front et montrer qui est l'espèce dominante sur cette planète ! aussi, quoi de mieux que de prendre d'assaut une bâtisse aussi resplendissante que celle des gens biens-nés ? je m'en sentais pleinement capable. enfin... pas de massacrer toutes les personnes qui vivraient à l'intérieur, mais au moins d'y pénétrer sans problème ; suffisait de se transformer en une petite mésange et de passer par une fenêtre ouverte, puis le tour était jouée ! chose que j'ai fait sans même penser un seul instant aux conséquences qu'il pourrait y avoir me concernant. tout ce que je voulais, c'était m'amuser en trouvant un moyen afin d'embêter les humains. et plus précisément les nobles, actuellement. pourquoi pas dérober leurs biens pour les cacher quelque part ensuite ou les emporter avec moi ? oh oui. ça, ça risque d'être drôle ! eux-mêmes s'étaient appropriés tout ce qu'ils pouvaient bien nous prendre aussi ! c'était à notre tour de nous imposer de la même manière afin qu'ils se rendent compte de leurs erreurs. de toute manière, qu'est-ce que je ne considère pas comme mon propre territoire ? on aura beau délimiter les territoires, imposer des murs et des ponts que cela ne m'empêchera pas pour autant de dépasser les limites. je suis une créature libre, moi. hélas, j'ai beau chercher à me faire discret pour éviter malgré tout les ennuis lorsque j'entends des domestiques passer que je me fais malgré tout repérer lorsqu'une personne arrive non loin. impossible de me cacher désormais, il est trop tard. Cette dernière me demande ce que je faisais ici. J'allais lui répondre promptement comme je parle habituellement aux êtres humains avant de me rendre compte que je fais face à une elfe. une elfe qui possède des vallaslin. ≪ - hey, mais... c'est moi qui devrait te poser cette question ! t'es une dalatienne, tu as des vallaslin alors que tu travailles pour les shems ! et dire que je veux en porter et qu'une traîtresse comme toi qui travaille pour les humains, en possède ! ≫ gueulais-je comme un perdu, ne cachant aucunement ma jalousie. ≪ - oh, tu as une épée ! s'tu veux, mes amis et moi-même te pardonnons si tu m'aides à prendre d'assaut ce château ! ≫ me repris-je cependant, pensant qu'elle choisirait forcément mon camp avant de prendre celui de l'humain parce que nous sommes de la même nature. ≪ - ah moins que tu ne sois qu'une pauvre poule mouillée ! ≫ terminais-je, moqueur avant de ricaner, persuadé qu'elle n'hésiterait plus suite à la pique que je venais tout juste de lancer.

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 13 Mai - 20:22




Harellan & Aelia
Running out of freedom


Aelia en reste bouche-bée, sur le coup. « Qui est cet enfant ? », voilà ce qui lui traverse l’esprit lorsqu’elle voit cet elfe plus jeune qui lui semble encore être un gamin. Elle ne comprend pas ce qu’il fait ici, parce qu’elle ne l’a jamais vu auparavant. De plus... Comment est-il rentré dans la demeure ? Restant parfaitement calme face à ses insultes, elle arque en premier lieu simplement un sourcil. Le garnement à du cran, elle ne peut pas lui enlever ça. Un peu trop pour elle, peut-être, qui se contente de croiser les bras en le laissant déblatérer. Alors lui aussi était un elfe dalatien ? Voilà qui lui compliquait la tâche. Elle travaillait peut-être pour le Duc de Firmin, à présent, mais elle n’en restait pas moins attachée à son peuple d’origine. Elle n’avait pas oublié d’où elle venait, et si livrer cet avorton à ses maîtres auraient été la solution de facilité... Elle ne pouvait plus s’attacher à faire ça. « Fais attention à ce que tu dis... » siffla-t-elle, avant qu’il ne la coupe en voyant son épée.

Elle cligna des yeux, abandonnant quelques secondes sa posture droite et sévère. Prendre le château d’assaut ? Une drôle d’idée. Elle, une pauvre poule mouillée ? Encore plus drôle, comme le prouve d’ailleurs le rire qui l’agite soudainement. Il fallait croire que la manipulation ne fonctionnait pas tant que ça, finalement : mais en même temps, elle venait de s’imaginer à la porte du château, à deux, tenter de le défaire pierre par pierre avec un espadon et les petites mains du jeune elfe. Décidément, elle se retint même de lui ébouriffer les cheveux ; « Je suis désolé, gamin, mais ça ne fonctionne pas avec moi. Et comme tu l’as si bien dit, je travailles ici, alors si tu hurles encore une fois... Ce n’est malheureusement pas moi qui vais avoir des problèmes si quelqu’un rapplique. »

Elle croise les bras, à nouveau, et penche la tête pour le détailler, l’observer. Trop dissident pour l’engager. Trop Dalatien pour le livrer. Elle pouvait toujours le faire déguerpir d’un bon coup de pied dans le derrière, mais elle craignait qu’il ne soit trop têtu pour se laisser faire. Autant tenter de jouer d’autres cartes ; « Alors tu es un Dalatien aussi, hein ? Pourquoi tu es partie te perdre si loin des tiens ? » Aelia hésita un instant, avant de se pencher légèrement vers lui avec un petit sourire en coin, faisant mine de lui faire une confidence : « Tu dois savoir que mes vallaslins sont ceux de Mythal ? La mère de tout, la protectrice, patronne de la justice... Tu aurais aimé porter lesquels ? »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Sam 19 Mai - 10:45



― running out of freedom. ―
save your culture. (act. i., scene. i)

la jeune dalatienne tente de rester calme, restant dans une posture droite et ne réagissant qu'à peine à mes provocations. elle rit même lorsque j'évoque le fait d'attaquer le château à nous deux avant de jouer soudainement de la menace, évoquant le fait qu'elle travaillait bien ici et que je pourrais avoir des ennuis si je continuais à être bruyant. je souris avant de brandir mon petit poignard, fier. ≪ - alors quoi ? tu vas dire aux humains que je suis ici, elvhen'alas ? qu'ils viennent, tes amis les shems ! je leur trancherai la tête ! ≫ fis-je, méchamment. en effet, j'avais beau être encore un jeune adolescent à l'apparence innocente, la culture de mon clan m'avait forgé à leur image ; une créature sauvage et sanguine, n'hésitant pas à attaquer volontairement les humains. et si, jusqu'à maintenant, je n'avais jamais eu l'occasion d'arracher la vie de l'un de ces êtres infâmes, je m'y étais préparé pendant de longues années, afin de venger mes géniteurs. aussi, je pensais que cela serait l'occasion ou jamais d'en découdre avec ces individus. que si je pouvais les prendre par surprise, cela serait encore mieux. d'ailleurs, j'étais prêt à agir maintenant, mais il semblerait que la jeune elfe ait pris la décision de changer de sujet, préférant encore se perdre sur un sujet que je préférais d'avantage par rapport à la culture humaine ; la mienne. elle me questionne quant à cette décision de voyager tout seul avant de parler des vallaslin. je lui réponds. ≪ - je suis à la recherche d'elvhenan. je veux être celui qui rendra les terres à notre peuple... et toi ? qu'est-ce que tu fais à la botte d'un shem, hein ? ≫ demandais-je, curieux de connaître sa raison même si je la considérerais forcément mauvaise. quel dalatien aimerait se rapprocher de la sorte des humains ? j'enchaînais ensuite sur la réponse à propos des vallaslin. ≪ - je ne sais pas encore exactement lequel. il y a bien falon'din, dirthamen, june ou elgar'nan... mais encore faudrait-il que j'arrive à supporter les marques sans broncher ! c'est dur, ça fait mal ! ≫ m'exclamais-je, mécontent. et dire qu'avant, je me demandais comment les dalatiens faisaient pour arriver au stade final aussi aisément, mais dorénavant, je me demandais comment une dalatienne avait pu passer tout ces étapes pour finalement tout abandonner et vivre avec les humains ! il fallait certainement avoir beaucoup de crans. et moi, je devais probablement avoir beaucoup de malchance pour faire autant d'efforts et ne rien recevoir en retour, considéré comme puéril.

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 11 Juin - 14:06




Harellan & Aelia
Running out of freedom


Il ne la fait broncher mais, cependant, il l’amuse beaucoup – ça, il n’y a pas à dire. Après sa proposition incongrue de prendre le château à eux deux (chose qu’elle aurait aimé croire possible, cela dit. Ou bien elle aurait aimé le voir lancer des boucs ou ce genre de chose contre les murs du château), voilà qu’il la menaçait de trancher la tête de ses shems : elle rit, à nouveau, doucement, tentant de cacher son hilarité pour ne pas le vexer plus que cela. Pourtant, c’était bien elle qui avait sa large épée dans son dos, même si elle comptait l’aiguisé un peu. Et même si ça l’agacerait grandement de devoir trancher la tête d’un de ses semblables, elle serait bien obligé de le faire s’ils devaient en arriver à de telles extrémités. « Ma nuvenin. » lui lança-t-elle avec un sourire en coin, avant de décider qu’il serait sage de changer de sujet.

Evitons le conflit, eh. Aelia était généralement plutôt douée pour ça, même si elle n’en donnait pas l’air. Elle essayait d’être prête à tout, dira-t-on. Son regard brillait d’amusement et d’un intérêt renouvelé pour le jeune elfe en face d’elle. « Tu as bien du courage, gamin. J’aime ça. » affirma-t-elle avec un léger sourire. Après tout, ce n’est pas parce qu’elle avait rejoint les shems qu’elle avait totalement tourné le dos aux siens. Même s’ils ne comprendraient certainement pas, elle restait fortement attachée à ses pairs. « C’est moi qui dirige la maison, ici ! » souffla-t-elle doucement, retrouvant son étincelle d’amusement au fond du regard. Bon, ce n’était pas réellement vraie, d’accord : mais disons qu’à coup de pirouette, de flatterie, de « loyauté » et de travail accompli promptement, elle avait su se hisser un peu plus haut parmi les domestiques du Duc. De son point de vue. Ruben de Firmin lui faisait-il confiance, à sa manière, comme elle en avait l’impression ? Rien n’était moins sûr, quelque part, et elle restait sur ses gardes. Les shems, et surtout les nobles d’Orlaïs, étaient si fourbes et changeant... « Si j’ai un moyen d’avoir un peu d’influence sur la Cours d’Orlaïs, je pourrais tenter de venir en aide à nos pairs. » affirma-t-elle. Même s’il semblait que la dernière qui s’y était essayé... N’avait pas franchement réussi.

Un nouveau sourire vint décorer ses lèvres lorsqu’il se mis à parler des Vallaslins. Elle se retint même de lui ébouriffer les cheveux, mais elle tenta de se le représenter avec celles dont il parlait. Il semblait à la fois si innocent et si déterminé... C’était assez drôle et émouvant. Agréable, aussi, de parler avec un Dalatien, même s’il avait tout l’air d’un chieur. « Ce ne fait pas si mal que ça. Enfin... Tout dépend de toi, à vrai dire. » Dire qu’elle n’avait pas souffert était un mensonge, mais le résultat et la signification des Vallaslins valaient bien toutes les peines du monde. « Et je suppose que c’est pour ça que tu veux prendre des châteaux, trancher des têtes de shems... Pour gagner tes Vallaslins ? »

HRP.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 15 Juin - 1:13



― running out of freedom. ―
save your culture. (act. i., scene. i)

quand j'affirme être en mesure d'attaquer les humains qui habitent en ces lieux, elle se mit à rire à nouveau calmement. je ne pus m'empêcher de gonfler mes joues, quelque peu peiné de remarquer qu'elle ne croyait aucunement en mes capacités, certainement parce que j'étais bien trop jeune même pour me défendre contre un seul et unique adulte ; que je n'avais donc absolument pas l'expérience nécessaire pour un quelconque combat. ≪ - Ma emma harel. ≫ fis-je alors, en espérant être convaincant même si j'avais le sentiment de ne pas l'être moi-même. certainement parce qu'elle possédait une arme plus grosse que la mienne. pour autant, je n'avais pas peur. je me disais que je possédais une fierté que chaque dalatiens devaient probablement posséder eux-mêmes. et par fierté, j'entendais que si cette dalatienne tenait vraiment à son peuple, désirant lui faire honneur, elle devait également faire tout son possible pour se retenir pour ne pas se jeter sur moi afin de me trahir. dans ce nouveau monde dominé par les humains, les véritables elfes devaient se serrer les coudes. aussi affirma-t-elle admirer le courage dont je faisais preuve malgré le milieu où je me trouvais et sans nul doute malgré ma douce jeunesse. à l'entendre, je ne pus m'empêcher d'avoir les yeux scintillant d'enchantement. ≪ - Tu ne peux pas savoir tout ce que j'ai traversé pour en arriver là ! ≫ affirmais-je, comme si j'avais tout vu et tout entendu. En réalité, il est vrai que j'ai connu quelques moments où je ne pus faire autrement que de me montrer brave face aux événements inattendus. Notamment lorsque les shems attaquèrent le campement et que je n'étais qu'un mioche pleurnichard et inquiet, désirant seulement à ce qu'on me rende mes parents. Néanmoins, ce n'est pas comme si la vie n'avait fait que de me rendre des injustices. Il est vrai aussi que j'avais beaucoup eu l'occasion de m'amuser même lorsque la situation ne s'y prêtait pas vraiment... Comme aujourd'hui, en fait ! Et qu'est-ce que ce fut amusant d'entendre l'elfe affirmer maîtriser la demeure et être capable d'accomplir la tâche que je m'étais donné si seulement elle pouvait avoir un peu plus d'importance. ≪ - Ma harel lasa ! tu n'es qu'une pauvre petite soubrette, ici ! Clairement pas la maîtresse des lieux ! ≫ m'exprimais-je avant de croiser les bras afin de montrer que l'on ne pouvait guère me duper aussi aisément. D'ailleurs, je restais également tout aussi sur mes gardes lorsqu'elle s'exprima sur les vallaslins... Alors selon elle, ça ne ferait pas mal ? Bien sûr que si ! Au moins un minimum ! Sinon, j'ose croire que je n'en serais pas là aussi, la face immaculée... Ou alors, serait-elle en train de dire que je suis une pauvre créature fragile ? Moi ? Certainement pas ! ≪ - Bien sûr que si que ça fait mal ! Ou du moins, un peu. Et oui ! Je veux prouver ma valeur auprès des miens ! Leur montrer de quoi je suis capable ! ≫ fis-je. c'est probablement le seul moyen pour mettre en avant mon mérite, mes qualités. prouver que je pouvais également m'élever, devenir un adulte.

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut