RSS
RSS



 
23 MAI 2017 - OUVERTURE DU FORUM
(univers Dragon Age, un siècle après les jeux)
N'hésitez pas à jeter un coup d’œil du côté des Postes Vacants
ainsi que des Scénarios, tous très attendus !
Nous manquons de monde chez les Nobles et dans la Chantrie mais aussi de Nains !
En parallèle, nous avons une grande majorité de Gardes des Ombres.

 :: L'IMMATÉRIEL :: IMMATÉRIEL Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Path of dreams - Marianis

avatar
▲ MESSAGES : 91
▲ OCCUPATION : Recrue de la garde des ombres
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Fenara est une mage, elle possède un baton orné d'une grosse pierre de serpent par où est canalisée sa magie. Elle maîtrise la magie naturelle, plus précisément celle liée à la terre, ainsi que la magie spirituelle et quelques sorts de la branche d'entropie. Niveau magie, elle est une rêveuse, une somniari, elle a apprit à maîtriser cette capacité auprès d'un maître et elle évite d'en parler. Son père lui a également apprit à tirer à l'arc même si la magie sera la première capacité qu'elle utilisera
▲ LOCALISATION : Fort Bastel
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 29 Mai - 11:56

Path of dreams

C'était comme basculer dans le vide, mais calmement, avec contrôle et calme, sans peur. Sentir autour de soi des énergies qu'aucun autre endroit ne laissait s'exprimer, avoir la magie pure frôler sa peau, n'y laissant que l'emprunte d'un frisson. Ouvrir les yeux sur ce que même un rêve ne pouvait avoir de détails mais que la réalité n'était pas capable d'inventer. Se réveiller dans l'immatériel et savoir qu'on y était, y contrôler ses mouvements, choisir ce que l'on y ferait, tout cela était un don peu commun. Rares sont ceux qui marchent à travers le voile et s'en souviennent. Ou y survivent, tout simplement. Fenara faisait partie de la minorité à être capable de parcourir la terre des Esprits, ou l'antre des démons, dépendant du point de vue que l'on prenait. Les dalatiens pensaient qu'il n'existait pas de bons esprits, Fenara n'était pas d'accord. Ce n'était pas une question de bien et de mal; le monde, autant éveillé qu'à travers le voile, n'était pas simplifiable entre le noir et le blanc. Rien de ce qui n'existait était aussi manichéen. Aussi, la compagnie des esprits n'était pas quelque chose qu'elle craignait, au contraire, elle la recherchait. Le savoir qu'ils pouvaient apporter, leur manière de concevoir, l'inspiration qu'ils étaient capables d'offrir n'avaient de limites que celle qu'on décidait d'y imposer. Ainsi on pouvait autant apprendre d'un esprit du choix que d'un démon du désir, tant est qu'on y gardait son indépendance et du recul, comme dans absolument tout.

Regardant ruines et pierres flottantes, évitant les veines de lyrium, les flaques étranges, grimpant sur une roche, changeant complètement la gravité précédente, Fenara n'était pas perdue, elle savait où elle allait. Son regard se perdit un instant dans le ciel, au loin, on pouvait apercevoir la Cité Noire, elle semblait à portée de main, comme si en tendant le bras on pouvait en toucher les portes. Mais elle était aussi loin qu'impénétrable, car peu importe combien on marchait, jamais la distance ne semblait s'amoindrir comme s'agrandir. Dans le trouble étrange composant le ciel de l'immatériel, on pouvait encore parfois entrevoir des volutes vertes, comme d'anciennes cicatrices dans le Voile, souvenir d'un temps à la fois proche et éloigné. Mais le temps n'était pas à la rêverie, elle aurait d'autres sommeils pour observer, ce n'étaient pas les nuits qui manquaient. Fenara attendait quelqu'un.

Pourtant, arrivée sur le lieu de son attente, aucune trace de l'être qu'elle attendait; pas de silhouette gracile apparaissant dans la plaine détruite; l'immateriel était désert de son attente. Elle soupira; qui elle attendait avait sa volonté propre, ainsi les rendez-vous n'étaient jamais réellement promis ni acquis. Tant pis, elle apprendrait une prochaine fois.
Du coin de l'oeil elle vit un feu-follet, l'un de ces esprits trop faibles pour prendre forme ou signification voleter au croisement d'un des nombreux chemins parcourant le monde des rêves; par curiosité ou ennui, Fenara le suivit. Pour découvrir à l'horizon, en contre-bas, sur une autre idée de la gravité, une personne; un autre rêveur. Cela lui était évident, clair et ne fit qu'attiser sa curiosité. Ainsi, elle s'approcha de la jeune femme, qui qu'elle fut, endormie ailleurs, elles partageaient la même expérience et c'était toujours intéressant d'en apprendre sur les autres âme ayant ce don
. "Bonsoir, votre errance en ces lieux vous apporte-t-elle satisfaction ?" La question semblait sortie de nulle part et pourtant elle était importante; même si ce n'était pas réellement un moyen conventionnel de lancer une conversation, ce dont l'elfe s'excusa avec manière "Excusez ma curiosité impolie, j'en oublie de me présenter. Je suis Fenara." Elle ne trouvait pas nécessaire de préciser qu'elle n'était ni esprit ni démon, si il y avait confusion, elle serait amusante. Toutefois  la jeune mage restait, silencieusement et discrètement, sur ses gardes; ce n'était pas car elle était mentalement dans l'Immatériel et physiquement dans un lit au coeur d'un Fort qu'elle était en sécurité; c'était même le parfait contraire.




_________________

Ir tela’ena glandival, vir amin tel’hanin. Ir tela las ir Fen halam, vir am’tela’elvahen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marianis Caelina
L'Enfer Blanc
▲ MESSAGES : 363
▲ OCCUPATION : Apprentie et ambassadrice de l'Archonte de Tévinter.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Un sceptre élégant, immaculé, surmonté d'un saphir. Rêveuse initiée aux magies entropique et spirituelle. Affinité au feu, métamorphose en corbeau.
▲ LOCALISATION : Empire Tévintide ou en vadrouille dans Thédas.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Juin - 16:07
Marianis & Fenara
⚜ Path of dreams ⚜

   
Désordre. C’est le mot qui effleure les lèvres lorsqu’on prend conscience pour la première fois de cet endroit qu’est l’Immatériel. Instabilité et duplicité. Un lieu en perpétuel mouvement, remodelé au gré du temps ou de ses désirs. Capacité rare appartenant aux Rêveurs comme Marianis. La frêle Tévintide s’aventure sans crainte sur ces terres irréelles qu’elle aime à considérer comme son vaste terrain de jeu. Un lieu soumis à ses caprices, un lieu où elle se joue du danger pourtant bien réel, incarné en démons. Les résidents légitimes de l’Immatériel ne l’ont jamais particulièrement intéressé à moins d’avoir des connaissances à lui apporter. Elle préfère à les tourmenter, se montrer plus rusée qu’eux en bonne joueuse qu’elle est. Jeune femme jouant avec le feu en toute insouciance, mais dont la masque cache un démon peut-être encore bien pire que ceux qui rôdent dans l’Immatériel. Comme une enfant capricieuse souhaitant avoir tous ce qu’elle ne peut toucher, c’est la Cité Noire qui provoque sa curiosité, objet de fantasmes et d’interrogations. But à atteindre juste pour pouvoir dire qu’elle a fait ce que chacun pensait impossible, mais aussi pour assouvir sa curiosité à l’égard de la Cité. Le temps déforme l’histoire et les faits réels, la superstition et l’obscurantisme des peuples également. Quelle vérité renferme-t-elle réellement ?

Mais une voix inattendue l’arrache à ses pensées, l’amène à se retourner vers l’intruse troublant sa contemplation. Une elfe rousse, rare rencontre différente des esprits et démons habitant cet endroit. Le visage de Marianis est neutre, ses pâles iris observent avec curiosité sa consœur. Car que peut-elle être d’autre, si ce n’est une autre Rêveuse ? « Il est difficile de parler de satisfaction lorsqu’on ne peut atteindre ce qui éveille son intérêt. » La commissure de ses lèvres se relève légèrement. Son sourire a quelque chose de trop lisse pour être sincère ou pour transmettre une émotion. « Enchantée. Mais vous ne devriez pas décliner votre identité avec autant de facilité. Ces lieux sont trompeurs, et on ne peut savoir qui l’on va y rencontrer. » Une souris qui s’agite sous son nez félin, voilà l’impression que Fenara lui offre. Comme si une source soudaine de distraction se présentait à elle. « Vous pouvez m’appeler Marianis. » Contradiction avec les paroles énoncées auparavant, alors qu’elle offre son véritable prénom à l’inconnue. Mais ceux qui ne vivent sans aucune forme de risque ont des vies bien monotones.

⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________

OISEAU DE MALHEUR
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▲ MESSAGES : 91
▲ OCCUPATION : Recrue de la garde des ombres
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Fenara est une mage, elle possède un baton orné d'une grosse pierre de serpent par où est canalisée sa magie. Elle maîtrise la magie naturelle, plus précisément celle liée à la terre, ainsi que la magie spirituelle et quelques sorts de la branche d'entropie. Niveau magie, elle est une rêveuse, une somniari, elle a apprit à maîtriser cette capacité auprès d'un maître et elle évite d'en parler. Son père lui a également apprit à tirer à l'arc même si la magie sera la première capacité qu'elle utilisera
▲ LOCALISATION : Fort Bastel
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Juin - 14:35

Path of dreams

Sans avoir besoin de suivre un regard, au simple son des paroles et au sens des mots, il était possible de connaitre le plus profond désir des hommes, surtout quand ils l'effleuraient de leur phrase. Fenara tourna la tête un instant pour observer la proche et lointaine Citée Noire; de tout ses voyages en ces lieux, jamais l'envie de franchir les portes de la sombre citée ne l'avait prise. Savoir ce qu'elle était, ce qu'elle avait été par contre...On pouvait en apprendre beaucoup sur un lieu sans en dépasser l'entrée, il suffisait de demander à ceux le côtoyant. Mais les Esprits de Sagesse répondaient par énigmes, ceux de Foi refusaient de répondre, et les esprits de Compassion ne faisaient que se lamenter de la douleur causée par la citée. Nulle Connaissance n'était prête à répondre ou même visible quand Fenara se posait ses questions; aussi, l'Immatériel lui refusait de tout connaitre; réduisant l'hubris de sa volonté de savoir à une simple curiosité; l'égo et  l'orgueil avaient déjà causé la chute de trop de chose et le malheur de bien des vivants.

Retournant son regard sur l'immaculée présence avec qui elle partageait en ce moment le domaine des rêves, Fenara eut un sourire à l'entendre de sa contre-présentation. Marianis. Le nom comme l'accent avaient des teintes de Tevinter; mais dans le royaume au delà du voile, les pays n'avaient guère d'importance.  L'avertissement, ou le conseil, il s'agissait là de la même chose, de la mage poussait Fenara à une certaine réflexion; le monde des rêves était aussi là pour ça.
"Le danger n'est jamais réellement où on peut l'attendre, et toujours motif à surprise, ne pensez-vous pas ? Notre corps retrouvera-t-il son esprit à son réveil, ou notre esprit aura-t-il toujours un corps à son retour, c'est le jeu de hasard auquel nous devons jouer dès que nos yeux se ferment." Rêver n'était pas sans risque. Le plus commun restant de se perdre, littéralement ou non, dans l'immatériel, de succomber aux abominations, de n'être plus qu'un songe qui se perd tandis que qui l'ont était dans le monde réel n'avait plus rien à voir avec nous, si le dit corps était encore en vie.

"Quant aux habitants de ces lieux" Fenara désigna les silhouettes d'esprits que l'ont pouvait apercevoir par intermittence là où, au loin, le regard de portait. "Leurs intentions sont souvent plus claires que le coeur des hommes." S'appuyant sur son bâton, jouant avec la gravité, elle quitta le sol qui était sous ses pieds pour rejoindre le même niveau que la blanche Marianis sans perdre équilibre un seul instant; parfois elle se sentait plus à l'aise en ces lieux qu'éveillée, mais c'était un sentiment dangereux et faux; un leurre qui ne la duperait pas, même si parfois il était appréciable. "Le danger n'est-il pas créé par ceux capables de le comprendre ? La peur n'ayant d'écho dans l'âme seule de ceux qui la connaisse, qu'elle soit incarnée en démon ou non." Fenara hocha légèrement la tête avant de continuer son raisonnement "et vous, qui m'offrez un avertissement sous forme de conseil... Dois-je ressentir une crainte de vos intentions ?" Les rêveurs avaient beau partager un don, ce n'était pas car on avait un univers entier en commun avec quelqu'un que l'on pouvait lui offrir coeur et foi.




_________________

Ir tela’ena glandival, vir amin tel’hanin. Ir tela las ir Fen halam, vir am’tela’elvahen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marianis Caelina
L'Enfer Blanc
▲ MESSAGES : 363
▲ OCCUPATION : Apprentie et ambassadrice de l'Archonte de Tévinter.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Un sceptre élégant, immaculé, surmonté d'un saphir. Rêveuse initiée aux magies entropique et spirituelle. Affinité au feu, métamorphose en corbeau.
▲ LOCALISATION : Empire Tévintide ou en vadrouille dans Thédas.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Juin - 19:14
Marianis & Fenara
⚜ Path of dreams ⚜

   
L’Enfer Blanc se rit du danger. Dans son insolence et sa folie, elle pense pouvoir traverser les flammes sans en subir de dommage. Le feu n’est qu’une illusion de l’esprit, une limite inconsciemment invoqué par ce dernier. Pourtant à trop vouloir s’approcher du soleil, on se brûle les ailes. Ses lointains ancêtres tévintides en sont le parfait exemple. Et pourtant elle est là, elle ne craint pas le danger. Elle est le danger. Pensées immuables dans son esprit qui ne peuvent que s’appliquer à la réalité, du moins dans sa propre logique. L’Immatériel ne peut lui refuser cela, en vaste terrain de jeu en proie à ses caprices qu’il est. N’est-ce pas ? Aucun doute ne perturbe son esprit, l’orgueil l’aveugle pour le meilleur et surtout le pire. A se demander comment un être né en apparence si pur peut contenir une telle noirceur en lui. Un fin sourire orne distraitement ses lèvres. « La vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue sans le piment du jeu, ne croyez-vous pas ? Elle serait terne et fade. Celui-ci n’en est qu’un parmi tant d’autres. N’éveille-t-il pas en vous une quelconque forme d'exhalation ? »

Son esprit n’a guère la notion de la possibilité de perdre un jeu. Dans celui-ci, dans son royaume, elle est la reine. « Je n’ai aucune réponse à vous offrir. Pensez-vous que vous devez me craindre ? Pensez-vous que je désire inspirer la crainte ? La vérité dépend de votre point de vue autant que du mien. Il est simple de basculer d’un état à un autre. » Reine de tous, reine de rien. En ces lieux, lorsqu'elle s’abandonne à la contemplation et à l’errance, il est vain de chercher à entretenir une conversation stable avec elle, comme si la nature chaotique de l’Immatériel déteint sur elle. La malice se mélange avec symbiose à la douceur sur ses traits de poupée de porcelaine. « Voyez cela comme un jeu de hasard comme un autre, ni plus ni moins. Parfois les choses sont plus simples qu’elles en ont l’air. Mais je suis curieuse de votre impression à ce sujet. » Tout est prétexte à s’y prêter. L’elfe est bien mal tombée en sa présence. Elle-même ignore encore de la manière dont se soldera leur rencontre. Cet endroit fait tourner son humeur et ses lubies comme une girouette dont les mouvements sont rendus imprévisibles et chaotiques par la tempête.


⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________

OISEAU DE MALHEUR
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DAWN WILL COME :: L'IMMATÉRIEL :: IMMATÉRIEL-
Sauter vers: