we're not lovers, we're just strangers (armand)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Mar 30 Mai - 18:14

we're not lovers, we're just strangers.when i wake up all alone i remember what you told meLa lune éclaire de ses rayons argentés les rues malfamées de la capitale prestigieuse, dévoilant les visages des prostitués du bordel, qui pour la plupart, sont habillés de manière outrageuse. Alariel, lui, porte sa tunique en cuir habituelle, sa plus belle, celle dont il est le plus fier. Ornée d'un symbole dont il ne comprend pas la signification -le langage elfique étant hors de sa portée-, il hérite cette tunique de son mentor Gollor, un mage qui lui a aussi offert un magnifique sceptre qu'il ne peut malheureusement pas emporter partout tant la méfiance envers les mages est encore d'actualité. Si les autres prostitués restent sagement devant des sortes de tentes -censées leur permettre de garder un minimum d'intimité-, l'elfe lui, ne reste pas inactif. Il se promène dans le bordel, utilisant sa démarche gracieuse telle une arme de séduction massive envers les passants. Alariel n'est pas le seul elfe présent dans ces rues sordides, mais il est probablement le plus heureux d'être là. Pour certains, la prostitution est dégradante, honteuse et sale. Pour lui, ce n'est qu'un moyen comme un autre de sauver sa famille, malmenée par la maladie de son père. Malgré les années, l'elfe conserve sa motivation et sa curiosité des premiers jours.  A ses yeux, chaque client est unique et mérite une attention particulière. Qu'importe son statut social, sa richesse et sa race, quand bien même Alariel préfère les jeunes humains nobles. D'ailleurs, au gré de sa promenade d'échauffement, il remarque l'un d'eux qui marche maladroitement sur les pavés, son visage dissimulé par un masque, accessoire typique de la noblesse Orlésienne.  Un grand sourire déchire les lèvres du jeune elfe qui s'avance joyeusement vers lui, tout en adoptant une démarche volontaire et sensuelle censée attirer l'inconnu dans ses filets. Il n'est pas rare de voir des nobles braver la misère des lieux pour s'offrir quelques heures de plaisir -pour les plus endurants-, mais quelque chose chez celui-ci attise la curiosité d'Alariel qui se plante devant lui, ses oreilles pointues bien visibles. L'elfe est conscient que ses atouts physiques peuvent autant provoquer le désir que la répulsion chez les humains. Un risque qu'il prend presque tous les jours et qui suscite régulièrement la haine de ses frères. « Bienvenue parmi nous, monseigneur. » Alariel se penche maladroitement pour adresser une petite courbette à l'homme qui lui fait face avant de se relever rapidement. L'elfe a beau passer des heures à observer les nobles et leurs étranges coutumes, il ne connait pas encore tous les usages de ce milieu si particulier qu'il côtoie parfois en accompagnant ses clients lors de soirées mondaines Orlésiennes. Il plante ses yeux sur le masque de l'inconnu qu'il détaille avec attention durant de longues secondes. « Que puis-je faire pour vous ? » Son ton est poli et étonnement sincère. Si le noble décide de le choisir, Alariel est prêt à tout lui donner. Le monde des bordels est impitoyable. Le client est roi, mais il n'est pas rare que les prostitués se battent pour l'un d'eux, si cela leur permet de gagner plus d'argent. L'elfe n'est pas comme cela. Il n'impose pas sa présence, se proposant seulement aux hommes intéressés. Près d'eux, d'autres prostitués attendent patiemment la réponse du noble, prêts à se jeter sur lui au moindre signe de refus. Le jeune mage se contente de regarder son client potentiel sans faire attention à l'atmosphère envieuse qui s'étend progressivement dans le bordel. Alariel se retient de balancer une réplique assassine aux autres, agacé par le silence étouffant qui s'installe. Il conserve pourtant son sourire radieux, ses yeux bleus pétillants contrastant avec la pénombre des lieux.© 2981 12289 0

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Mer 31 Mai - 17:32





Cela avait, comme bien des choses, débuté par des rumeurs. Des murmures de disparitions inquiétantes dans le Bascloître. Mais comme les disparus étaient des pauvres, très pauvres, ou pire encore, des elfes, personne d'important n'y avait prêté attention. Cela avait duré un moment d'ailleurs. Puis des personnes un peu plus riches, un peu plus humaines, avaient été touchées; un marchand, des cochers,  de l'entourage de nobles et de bourgeois. Puis Lord Nester avait échappé de peu à un tentative d'assassinat; un elfe qui ne se souvenait de rien. Peut-être par un éclair de génie quelqu'un avait pensé à faire venir les Templiers; ces derniers avaient conclus à de la magie du sang. Mais un mois d'enquête et toujours rien; pire encore, l'elfe était mort, en prison. Il s'était tranché la gorge avec l'épée d'un garde, comme si manipulé. Magie du sang encore et personne n'avait rien vu. La tension montait et personne n'avait envie que le Chevalier-Capitaine ne décide de s'en charger personnellement, ainsi les Chercheurs furent appelés, comme c'était coutume dans le cas d'un mage compliqué, d'un apostat trop tenace, et ce depuis des siècles. C'était plus rare avec la disparition des Cercles mais cet aide des Chercheurs n'avait jamais disparue.

La veille de l'arrivée d'Armand, Lord Nester avait une nouvelle fois échappé à un assassinat. Encore une fois un elfe, encore une fois sous l'influence de magie, encore une fois attrapé. Fallait-il remercier la paranoïa de Lord Nester, les Templiers qui l'accompagnait depuis un mois ou la chance ? Peu importe, il ne fallait pas que cela se reproduise. Cela faisait trois jours que Armand était à Val Royaux, avait réussit à lier les tentatives d'assassinat aux différents meurtres et disparitions. Ce n'était pas très compliqué, tous étaient reliés à un seul et même homme, Lord Nester lui-même. Quelqu'un essayait de le déstabiliser. Le Jeu prenait de nombreuses face et il arrivait, même si c'était rare à cause des implications, qu'un Noble aille jusqu'à commissionner un mage du sang pour saborder un adversaire. Ce qui compliquait le tout c'est que la liste des personne n'appréciant pas Lord Nester était longue. Très longue. Ainsi, partir de ce dernier pour trouver le coupable n'était quasiment pas possible. De même, c'était pour le mage du sang qu'Armand était là, non pas pour la personne qui pour le prix du Jeu avait sorti sa bourse.

Il avait donc regardé de plus prêt les disparitions, écouté l'elfe emprisonné, apprit ce qu'il pouvait sur le précédent. Et il savait désormais deux choses; son mage était un humain et tout les indices envoyaient le chercheur dans un bordel du Bascloître. C'est ainsi qu'il s'y retrouvait; il portait un masque ne représentant aucune famille en particulier, mais assez riche pour qui le regardait sache qu'il était Noble; il jouait un rôle qu'il connaissait et il pouvait sentir les regards se poser sur lui alors que plus il s'approchait du lieu de débauche, plus l'embarrât naissait sur ses joues. Il détestait faire cela tant cela le mettait mal à l'aise. Ce n'était pas sa place. Mais son devoir toutefois; un mage de sang ne pouvait être toléré par la Chantrie et il devait défendre cette dernière. Scannant le lieu des yeux, il réfléchissait aux options qui s'offraient à lui; il pouvait sentir la présence de lyrium; trafic, templiers qui "s'occupaient", mages, c'était dur à dire. Le fait qu'il n'y ait pas de cercle rendait la chose plus complexe étant donné qu'un mage pouvait être n'importe où. Il pouvait potentiellement faire s'embraser tout le lyrium présent, arrêter les mages qui réagiraient forcément et les interroger à la suite. Certains de ses collègues aurait fait ça. Armand lui refusait la violence gratuite et préférait réfléchir, poser des questions, savoir avant d'agir.

C'est là qu'il vit un elfe se diriger vers lui, pour des raisons absolument évidente d'ailleurs; Armand ne portait pas son armure, il était là incognito, il était somme toute logique qu'on le prenne pour un client. Cette pensée apporta une légère teinte de rose sur ses joues avant qu'il  ne se ressaisisse. Les  personne de la "profession" de cet efle étaient connues pour leur sens de l'observation; il se passait beaucoup de choses dans un bordel après tout. Et si son coupable était passé par ici, l'elfe saurait peut-être quelque chose. Et ses manières très polies avaient quelque chose de rassurant. Quand il lui demanda ce qu'il voulait, Armand se racla la gorge pour retrouver sa consistance.
"Pourrions-nous aller dans un endroit un peu plus...privé ?" Ils étaient après tout à la portée des oreilles de bien trop de monde; si le coupable était bel et bien là, ou qu'il y avait des complices, Armand ne voulait pas qu'il prenne la fuite et devienne introuvable. Il glissa dix pièces d'or dans la main de l'elfe. Il ne connaissait précisément les prix de ce genre d'endroit, juste que c'était déjà une belle somme. "Vous en aurez plus quand nous serons seuls" prit-il soin de préciser. Après tout, pourquoi faire ce métier si ce n'était pas pour l'argent ? C'était un argument sur lequel jouerait Armand qui préférait continuer à jouer la carte du client même si Andrasté sait qu'il aurait mille fois préféré être ailleurs.  




_________________



"If we are to spread the Maker's word across the world, we must do so with open hearts and open hands."
avatar
the seeker
▲ MESSAGES : 231
▲ OCCUPATION : Chercheur de la Vérité
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Compétences martiales diverses des Templiers et Chercheurs, il se bat généralement plus avec une épée et un bouclier, de très bonne facture. Il possède aussi les capacités des Chercheurs; il ne peut ni être mentalement contrôlé, ni succomber à un démon et est capable de faire s'embraser le Lyrium, même dans le sang.
▲ LOCALISATION : Thedas, là où on a besoin de lui

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut