RSS
RSS



 
23 MAI 2017 - OUVERTURE DU FORUM
(univers Dragon Age, un siècle après les jeux)
N'hésitez pas à jeter un coup d’œil du côté des Postes Vacants
ainsi que des Scénarios, tous très attendus !
Nous avons pas mal de Nobles et de Mages
N'hésitez pas à vous tourner vers la Chantrie, le Peuple ou les Gardes des Ombres !

 :: L'AUBERGE DU PENDU :: CIMETIÈRE :: RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Perdition - feat Gwayne

avatar
Wilhelma
La Renarde
▲ MESSAGES : 420
▲ OCCUPATION : Chasseuse & Apostat
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Un arc - Maîtrise aussi l'épée - Utilise la magie élémentaire et de création, ainsi que la magie martiale.
▲ LOCALISATION : Quelque part en Férelden.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Juin - 17:36
Wilhelma & Gwayne

⚜ Perdition ⚜

Vivre comme un animal traqué n’est plus une option. Ainsi s’est imposée cette prise de conscience dans l’esprit de la Renarde. Ce qu’elle vit n’est pas la liberté, c’est la crainte perpétuelle d’être traquée. La peur de finir un jour enfermée et sous la contrainte. Similis de vie, existence terne. Cette vie dont elle doit se contenter actuellement est tout sauf ce à quoi elle aspire. Alors elle a fait un choix, alors que bouillonne en elle colère et détermination. Il lui faut quitter ces terres qui l’ont vu naître, aller bien au-delà de Férelden. Pour son bien-être comme pour ses projets. Pour espérer pouvoir se relâcher et profiter d’une accalmie alors que son corps commence à rejeter ce rythme frénétique et paranoïaque qui est le sien depuis qu’elle a fuit Lothering. Elle part cette fois-ci, elle quitte Férelden pour de bon. Direction le nord alors qu’elle longe les Dorsales de Givre, à la limite entre Férelden et Orlaïs. Le relief et les conditions climatiques souvent capricieuses sont un atout autant qu’un inconvénient. Au moins, elle est à peu près certaine que plus personne ne la poursuit depuis qu’elle fait route dans cette région et après avoir essuyer une tempête de neige.

Son pas est régulier, aussi rapide que l’altitude et son souffle le lui permet. Pas question de s’aider d’un bâton pour grimper. Par les temps qui courent, il est aisé de confondre un marcheur dans les montagnes avec un mage, chose qui serait exacte dans son cas. Alors elle crapahute sans appuis, sans prendre de pause trop longues ou trop régulières. Elle a hâte d’atteindre la côte, puis de trouver un moyen de franchir la Mer d'Écumes pour rejoindre le Névarra. Elle espère pouvoir souffler un temps avant de décider de sa prochaine étape et de la marche à suivre. Un feu s’est allumé en elle tout au long de ses mois de fuite. La volonté d’un regroupement de mages, d’un soulèvement semblable à celui datant d’il y a un siècle. Si la Chantrie ne comprend que la violence et ne leur laisse pas d’autre choix, alors cela ne l’effraie pas. Elle se battra pour préserver ce en quoi elle croit, ce dont les mages ne devraient pas être privés.

Au détour d’un rocher, une silhouette se dessine à plusieurs dizaines de mètres devant elle. Sa méfiance se relâche quelque peu alors qu’elle remarque l’insigne de la Garde des Ombres, symbole dont elle n’a en théorie rien à craindre. L’homme est seul, sans un seul autre Garde à proximité. La méfiance s’éveille à nouveau en elle. Qu’est-ce qu’un homme de la Garde peut bien faire ici tout seul, au milieu de nulle part ? « Hé, vous ! Qu’est-ce que vous faites là, pourquoi vous êtes tout seul ? Il n’y a pas d’autres Gardes avec vous ? » Elle s’est stoppée juste assez près pour qu’il l’entende en haussant la voix, mais juste assez loin pour prendre la fuite et passer par un autre chemin au besoin.


⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________

Vaincre ou mourir,
telle est l'alternative qu'impose la destinée !
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Lun 5 Juin - 20:55
Invité



"Perdition"


Wilhelma & Gwayne








Jamais, au grand jamais, Gwayne n'aurait pu penser faire un jour partie de la Garde des Ombres. À vrai dire, sans la moindre éducation, il n'avait eu qu'une idée particulièrement moindre de ce que pouvait être ce groupe mais, l'idée de se battre tous les jours et, être prêt pour quelque chose qui n'arriverait peut-être pas, ne l'inspirait pas particulièrement. L'idée même de se battre n'avait jamais été une bonne idée pour lui. Oh, oui, bien entendu, il savait se défendre, cela n'avait presque rien d'académique mais, l'enfant des rues était capable de mettre hors d'état des gardes qui, sûrement, étaient déjà bien plus entraînés que lui. La raison ? Il était doté d'une agilité hors du commun qui, en plus de le rendre particulièrement compliqué à toucher, lui donnait l'opportunité de frapper dans des positions impossibles pour le commun des mortels et surtout, surtout, impensables pour les gens normalement constitués. En effet, n'ayant jamais eu de réelle formation pour la chose, notre ami se contentait de combattre comme il l'entendait, à l'instinct, d'une façon particulièrement chaotique et insoupçonnée. Nombreux sont ceux à s'être moqués de cette façon de faire, nombreux n'ont pu camoufler un petit rire en le voyant gesticuler dans tous les sens, pensant que l'affrontement serait des plus aisés contre une personne qui ne savait pas se tenir sur ses deux jambes comme il fallait. Pourtant, lorsque ceux-ci se retrouvaient face à lui, gonflés de cette confiance inutile, ils se retrouvaient facilement en difficulté, jusqu'à finir par perdre pied. A cela, il fallait rajouter un passé de voleur peu reluisant, mais qui lui ont donnés des capacités particulières, utiles pour tout type de groupe, le rendant capable d'entrer un peu de partout où il voulait, la plupart du temps, sans se faire repérer. De fait, malgré un intellect en dessous de la moyenne, mais aussi une propension infinie à parler, notre homme fit une recrue de choix pour la garde. Certes, il fallut aller le chercher dans un cachot, mais là n'est pas la question.

Le plus surprenant sans doutes fut l'intégration du jeune homme. Certes, certaines personnes ne méfièrent de lui, de part son passé et son sourire joyeux continu qui pouvait passer pour louche mais … Lui, se sentit chez lui, il était heureux et, finalement, combattre ne fut pas si compliqué que ça. L'idée de se battre contre des gardes qui n'avaient presque rien demandés l'avait toujours révulsé, mais, se battre contre des saloperies en tout genre et de vilaines personnes sur leur chemin ne lui causait pas particulièrement de problème. Encore plus lorsqu'il s'agissait de protéger ses nouveaux frères et sœurs. Une relation sincère et unique, bien plus importante et solide que celle qu'il avait au sein de son gang qui, pour la plupart cherchaient, au mieux, à l'exploiter. Chose qu'il comprit tout simplement face à ces bons gestes, qui n'attendaient rien en retour, ce qui lui fit le plus grand bien et mieux encore, le firent se sentir entier et … Vivant.

De fait, de part son affection pour son nouvel ordre et les siens, le jeune homme était toujours partant pour toutes sortes de missions, où, pour la plupart, ses facultés seraient utiles au groupe, si tant est qu'ils arrivaient à supporter son débit de parole incessant et, souvent, particulièrement idiot. La mission qui nous intéresse aujourd'hui se situe dans les Dorsales de Givre, où, des rumeurs d'engeances avaient été entendues, ou du moins, des formes étranges qui auraient pu s'y apparenter, sortant et retournant dans une caverne. Il y avait eu quelques disparitions et du bétail massacré au pieds de ses fameuses montagnes. Alors, un petit groupe avait été détaché et, l'enfant des rues avait insisté pour intégrer le détachement, ne s'étant jamais vraiment aventuré dans cet endroit, il voulait découvrir et surtout, revêtir sa nouvelle armure de cuir flambant neuve qu'on lui avait enfin donné, avec le joli insigne de la garde sur le pourpoint, ce qui le rendait particulièrement fier et joyeux, ce qui s'accentua lorsqu'il remarqua qu'il pouvait bouger comme il l'entendait sans la moindre gêne, contrairement à son ancien uniforme bien moins pratique et discret.

Malheureusement, la mission ne se déroula pas comme prévu. Peu de temps après leur arrivée sur les lieux, le groupe se fit prendre à parti par une meute de loups ce qui divisa le groupe. Le seul senior du détachement, qui faisait office d'officier, ordonna à tous de se retrouver vers le sommet vers la fameuse grotte et, chacun parti de son côté afin de ne pas se faire dévorer, ou pire, se faire prendre dans un piège avec plus de membre de la fameuse meute. Alors, voulant respecter les ordres donnés, celui que l'on nommait le muet se faufila entre les rochers pour grimper le plus vite possible, respirant lourdement jusqu'à atteindre ce qu'il pensait être le sommet mais, en regardant autour de lui, il y avait de nombreux pics qui s’étendaient un peu de partout, tantôt plus haut, tantôt plus bas. Où devait-il aller ? Où était cette foutue grotte ? Où étaient ses frères et sœurs ?

Alors que tout semblait perdu, une petite voix se fit entendre non loin de lui, lui demandant s'il était perdu et s'il avait d'autres compagnons avec lui. Se retournant vers l'origine de cette voix, le jeune homme découvrit un visage des plus agréables, une charmante rouquine. Heureux comme jamais d'enfin croiser quelqu'un, le voleur s'avança vers lui avec joie, ne se rendant pas compte que la belle avait laissé quelques pas de sécurité pour éviter tout problème. En marchant, Gwayne commença ses explications, désordonnées et chaotiques. « Oh ! M'dame ! J'suis heureux de croiser quelqu'un ici ! Waw ! Vous êtes super jolie en plus ! Z'êtes un mirage ? Ou un dieu qui veut bien m'aider c'est ça ? Attendez, non, les mirages c'est quand il fait chaud non ? Genre quand il y a du sable de partout et tout et tout. Comment ça s'appelle ? Non, c'est comme … C'est presque dessert, mais ça se mange pas ! Je suis sûr que c'est pas loin. Mais vous voyez, on était ... » S'arrêtant brièvement de parler, l'enfant des rues compta sur ses doigts pour exposer fièrement ses cinq doigts devant son visage pour reprendre la parole. « On était quatre ! Ouais, quatre ! On était en mission, de connaissance. Non … Reconution ? Reconnassation ? Voilà ! J'suis sûr c'est ça ! On a entendu des trucs bizarre qui traînaient par ici et on est venu voir tout ça ! J'vous ai dit que vous étiez jolie m'dame dieu ou mirage ? J'aime bien les rouquines en plus … Oh ! C'est pour ça ! Les dieux prennent la meilleur forme possible pour nous aider je crois, non ? Peut-être ! Je sais pas. Mais ! On s'est fait attaquer par des loups, ils étaient …. » S'arrêtant à nouveau pour tenter de compter sur ses doigts, Gwayne laissa tomber les mathématiques pour soupirer avant d'envoyer ses deux mains en l'air, semblant vouloir désigner un grand nombre de choses qui les entourait. « Pfwah ! Tout plein ! Tout plein vraiment ! Not' chef, c'est un gars futé v'savez ! Alors il nous a dit on s'disperse, on s'rejoint au sommet et tout. Mais … J'me suis perdu j'crois m'dame. Y'a tout plein d'sommets. On devait retrouvé une grotte bizarre qui allait loin dans le sol qu'on m'a dit. Y'a des betsioles qui en sortent. Des … Vengeances ? Gens Geance ? Zens Geances ? Ouais ! Des Zen Geances ! Donc on est là, on doit faire le manège … Ménage ! Mais …. Je sais pas où est cette grotte ... » Soupirant, dépité, Gwayne retrouva bien vite son sourire en croisant le joli regard de l'inconnue. « Oh ! Que vous avez de jolis yeux m'dame ! J'vous ai dit que j'trouvais les rousses super jolis ! J'suis content d'plus être seul ! » 

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelma
La Renarde
▲ MESSAGES : 420
▲ OCCUPATION : Chasseuse & Apostat
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Un arc - Maîtrise aussi l'épée - Utilise la magie élémentaire et de création, ainsi que la magie martiale.
▲ LOCALISATION : Quelque part en Férelden.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Juin - 17:04
Wilhelma & Gwayne

⚜ Perdition ⚜

Il faut de tout pour faire un monde. Voilà ce à quoi la Renarde pense en cet instant, alors que le jeune homme lui faisant face se montre bien plus bavard qu’elle ne le pensait et se met à la comparer à une apparition providentielle. « Hm… Je crois que vous devriez vous asseoir et… peut-être vous reposer un peu ? En tout cas je suis désolée, mais je n’ai vu personne dans les environs depuis plusieurs jours. » Elle a tout fait pour. Prendre les chemins les plus escarpés, passer là où la neige ne fond pas même au cœur de l’été. Il est le première être humain qu’elle croise depuis le début de son périple en ces terres peu hospitalières. Malgré son discours parfois confus, il ne lui paraît pas dangereux pour elle-même. Elle hésite un instant entre rabrouer le discours trop franc du jeune homme, avant de finalement décider de s’adoucir sous ce qui lui paraît plutôt être une spontanéité un peu simplette, mais dénuée de fourberie. Chose qui ne lui est pas arrivé depuis longtemps. « Et vous faites erreur, je suis juste… humaine. » Mage, mot qui lui brûle les lèvres mais qu’elle préfère garder pour elle. Inutile de dévoiler sa nature alors qu’il n’y a pas raison de le faire. Qui plus est à un inconnu, aussi inoffensif qu’il en a l’air. « Sinon, concernant ces Engeances, il y a en dans le coin ou seulement près de cette grotte ? Ça doit être plus loin, à ma connaissance il n’y avait pas de grotte à proximité par où je suis passée. Vous avez perdu vos compagnons il y a combien de temps ? »

L’hésitation gratte contre les parois de son crâne. Les interactions sociales sont rares et précieuses depuis qu’elle est en fuite, chaque individus en face d’elle pouvant être une menace. Mais cela n’a pas l’air d’être le cas du jeune homme et pouvoir parler presque normalement à quelqu’un lui fait du bien, occasion précieuse à saisir. Elle a besoin de ça pour ne pas finir pour de bon comme la bête traquée qu’on voudrait qu’elle soit. « Je peux peut-être vous aider à les retrouver ? Même si je ne peux pas non plus trop m’attarder. Vous vous souvenez où vous étiez quand ces loups vont ont attaqué ? On pourrait peut-être partir de là-bas pour retrouver la trace de vos compagnons. Et ils seront sûrement retournés là-bas eux aussi pour vous retrouver. Ils doivent bien vous chercher, j’imagine ? » Elle lui sourit presque. Pas tout à fait, mais le coin de ses lèvres se redressent légèrement, de quoi égayer un peu ce visage trop souvent sombre et mal aimable depuis qu’elle a quitté Lothering. « Une dernière chose. Allez-y doucement sur les compliments. » Et malgré le ton un peu plus rude de cette dernière phrase, elle aussi au fond, elle n’est pas mécontente de ne plus être seule.


⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________

Vaincre ou mourir,
telle est l'alternative qu'impose la destinée !
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DAWN WILL COME :: L'AUBERGE DU PENDU :: CIMETIÈRE :: RP-
Sauter vers: