RSS
RSS



 
23 MAI 2017 - OUVERTURE DU FORUM
(univers Dragon Age, un siècle après les jeux)
N'hésitez pas à jeter un coup d’œil du côté des Postes Vacants
ainsi que des Scénarios, tous très attendus !
Nous manquons de monde chez les Nobles et dans la Chantrie mais aussi de Nains !
En parallèle, nous avons une grande majorité de Gardes des Ombres.

 :: L'IMMATÉRIEL :: RP SPÉCIAUX :: FLASHBACKS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

-① on admirait son cortège. ☾ marcus

avatar
Kaida Maidh
petit dragon
▲ MESSAGES : 399
▲ OCCUPATION : maître barde, apostat, aventurier. membre d'une guilde, je suis obligé de fuir pour ma liberté. c'est ainsi que j'ai décidé de voyager, trouver une terre moins hostile.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : je contrôle pour l'instant la magie élémentaire, de création, de soin et des arcanes. je possède également un bâton pour pouvoir contenir mes dons ainsi qu'un couteau à double lame et un arc. sinon, j'ai également des compétences en art, en vol, en charisme et en espionnage.
▲ LOCALISATION : val royeaux. ville natale qui m'a vu grandir, passant du petit garnement des rues à un elfe plus ou moins respectable. si jadis j'appréciais sa culture, dorénavant, je ne me sens aucunement en sécurité.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Juin - 15:05

on admirait son cortège.
─ le ciel toujours le protège ─
La fête a été grandiose ce soir-là. J'avais réellement eu l'occasion de mettre en avant mes prouesses d'artiste en plus de mes capacités en tant que voleur. Le noble que j'avais servis avait été comblé par ma belle performance et me paya bien plus gracieusement de ce qui avait été normalement prévu. Une joie pour moi qui allait dorénavant rejoindre les bascloitres comme toute les créatures de ce bas monde, elles-mêmes exclues de leur belle ville pour ne finalement se contenter de pratiquement rien. Certes, je me disais que je pouvais cependant me permettre de vivre dans une maison digne de ce nom après tout l'argent que j'avais amassé depuis toutes ces années, mais la peur d'être entouré d'humains m'effrayait quelque peu. Non pas que je les pensais forcément tous capables de provoquer le mal, cependant, après ce qui m'était arrivé alors que je n'étais qu'un peitt garçon, j'avais également appris que certains mortels s'étaient pris d'affection pour la maltraitance de leurs différents. Même ceux étant légèrement différent. Une triste situation face à laquelle j'ai déjà été confronté et que je n'aimerais expérimenter une nouvelle fois pour rien au monde. Bien sûr, on ne pouvait pas vraiment dire que j'étais également dénué de toute ressource en ce qui concerne le combat. Et ce, grâce à ma formation en tant que barde mais aussi grâce à la magie qui est une véritable bénédiction lorsqu'on sait un tant soit peu la contrôler. Néanmoins, si j'étais capable de tuer contre une somme d'argent, je ne voulais arracher la vie d'un quelconque citoyen, même pour me défendre. Il y a bien longtemps, les mages utilisaient leur pouvoir à de mauvaises fins. Et je ne voulais pas être de ces gens-là. Alors que nous avions l'occasion de circuler librement, je me disais qu'il était de mon devoir de prouver à ceux et celles dénués d'enchantement qu'ils pouvaient avoir confiance en nous. Et puis, à vrai dire, en tant que barde, j'ai surtout utilisé des armes pour commettre mes méfaits, rien de plus. Et puis, les nobles, c'était différent. Ce n'était qu'une histoire de quête de la puissance. Ce n'était pas pour rien qu'on appelait cela "le Grand Jeu". Oui, au final, ça portait bien son nom.

Je tente ainsi de me perdre dans mes pensées alors que je m'enfonce dans un endroit sombre. Je suis pris d'un frisson soudain. J'ai envie de me figer ou de faire demi-tour. Je regarde chaque recoins comme prêt à fuir si quelque chose de terrible pourrait sortir de ces milieux. Pour l'instant, il n'y a rien et je fais en sorte de m'aventurer de plus en plus. De toute façon, je sais que je n'ai pas le choix. Je dois rejoindre les bascloitres. Si je n'y vais pas, ça sera pire. La nuit sera longue et très certainement remplie de brigands. Je ne dois pas m'éterniser ici. Cependant, je me paralyse lorsque j'entends des pas venir dans ma direction, sans parler du bruit fracassant d'une armure que l'on porte lorsque l'on flâne à travers les ruelles. C'est alors qu'un homme apparaît enfin. Et quand je parle d'homme, je parle bien d'être humain. Mieux que ça, un templier. Il fut un temps où je ferais très certainement tout ce qui est possible pour fuir, mais pas maintenant. Nous sommes quittes et je ne pratique aucune forme de magie interdite. ≪ - Bonsoir. ≫ fis-je dans un premier temps en affichant un petit sourire poli. Je ne sais pas si je dois vraiment m'inquiéter ou de non de sa venue, ce qu'il fait exactement ici, est-ce qu'il est en mission. Mais dans tout les cas, j'ai une idée qui me vient à l'esprit. Certainement à la vue de son équipement qui a le don de me rassurer légèrement. ≪ - Est-ce qu'un homme de votre condition serait-il bienveillant de m'accompagner jusqu'au bascloitre ? ≫. Je force le sourire, espérant à ce qu'il accepte. Après tout, la vie d'un elfe vaut presque rien. Rares sont les individus qui se préoccupent de nous. Et pourtant, j'ai de l'espoir. Qu'au final, je puisse croire que les templiers ne se sont pas engagés par le passé pour se divertir dans la battue des mages, simplement à cause d'une peur compréhensible. Aussi compréhensible que peut l'être la mienne à présent face aux potentiels dangers qui peuvent se promener dans la nuit, tapis comme des prédateurs.

_________________

Vous fouleriez ces monts que le ciel étoilé Regarde, et sur le blanc tapis inviolé Qui brille, vierge encor de toute flétrissure, Les Grâces baiseraient votre belle chaussure !
Mes chants vous guideraient vers l'Olympe neigeux


Revenir en haut Aller en bas
avatar
▲ MESSAGES : 56
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Juin - 2:52
Malheureusement pour lui, Marcus ne fait pas la fête tous les soirs et encore moins il réussit à passer son temps libre dans les bras de jeunes femmes. Il y a des jours où il s'emmerde royalement parce qu'il ne peut rien faire d'autre que d'attendre des ordres de mission. Les messages prennent beaucoup de temps à faire le voyage entre les villes et il sait qu'il ne peut pas repartir jusqu'à la missive soit arriver. C'est une bonne chose que les derniers jours ont été calmes. Cela évite qu'il ait à s'inquiéter, mais depuis quelque temps, il ne sait pas trop pourquoi, il a l'impression que tout va bientôt s'envenimer, parce que les choses ont été trop calmes pendant longtemps.

Les bas cloitres ne sont pas l'endroit où les templiers passent le plus de temps, surtout dans ses temps où il y a une certaine paix entre mages et templier. Les templiers visitent ses quartiers certes, mais c'est surtout pour y trouver les mages dangereux qui s'y cachent. Les mages de sang s'en prennent aux elfes parce que ceux-ci sont facilement ignorés par les autorités. Malheureusement, il doit avoir beaucoup de meurtre avant que la chantrie décide de les envoyer faire quoi que soit? Les elfes dévisagent et souvent ces envahisseurs quand ils arrivent. Marcus se dit que l'important est d'arrêter les perturbateurs et partir aussi rapidement que possible. Idéalement dans la discrétion.



Officiellement, les templiers n'ont jamais de vacances, enfin sauf peut-être quand il récupère de leur blessure. Comme c'est un templier errant, il a un peu plus de liberté dans ses mouvements. Il peut donc faire des "patrouilles" à l'intérieur des grandes villes à la recherche d'activités suspicieuses où tout simplement aider autour de lui. C'est plutôt simple, mais Marcus n'aime pas avoir aucun objectif clair. Le seul avantage de tout cela est que l'activité lui a permis de rencontrer des gens intéressants avec le temps. Le seul problème est qu'il y a de longues heures où il ne se passe absolument rien. En plus, les autorités locales approuvent rarement de la présence de templiers dans leurs affaires.


Val-royaux n'est pas la meilleure ville où faire ce genre de patrouille. Les gens essaient beaucoup de maintenir une énorme apparence de tranquillité dans la capitale d'Orlais qui essaie toujours de paraître à son meilleur. Il y a des moments où la ville perd son masque, mais ils sont plus rares qu'il n'y paraît. Il faut surtout savoir quand et où ceux-ci se situe. Habituellement ce sont dans les bas quartiers en particulier près du cloître à elfe que l'on trouvera un grand lot d'activité. Les elfes sont des victimes bien trop facile, facilement ignorée et oubliée par les forces locales. Durant l'entraînement on lui a dit qu'il est bon pour la chantrie de les protéger, cela assure qu'il reste davantage loyal à parole d'Andrastré plutôt qu'à leur ancien dieux. pour sa part, c'est davantage parce qu'il sent un besoin de faire quelque chose de ses talents.

-Il n'y a pas de problème, vous revenez d'où au juste, par curiosité et je dois être mis au courant de menace spécifique?

Il ne sait pas trop quoi pensé de l'elfe devant lui. Il n'a pas l'air d'être un serviteur comme la plupart qu'il a vu dans sa vie. Il n'a pas l'air particulièrement menaçant, mais aucun elfe n'a une carrure intimidante. Marcs essaient ensuite de voir si son interlocuteur a des traits magiques qui sont visibles à l'œil, mais n'en voient aucune évidente. Son niveau de suspicion ne diminue pas vraiment en ce moment. Il lève légèrement la main pour faire à l'elfe le signe de passer devant lui. Il s'adresse d'un ton plutôt amical essayant autant que possible de ne pas avoir le snobisme général utilisé par les êtres humains. Il n'a pas de raison de ne pas utiliser le bon ton avec ces gens.

-Après-vous.
Il regarde autour de lui transférant sa suspicion sur les gens autour de lui plutôt que sur l'elfe . Quoique par moment, Marcus regarda quand même un peu celui-ci pour voir s'il traînait des armes avec lui. Au final, il se dit qu'il pouvait comprendre qu'un elfe soit armé en tout tempsavec le nombre de personnes qui pourraient facilement réussir à s'en prendre à lui et donc il ne pouvait pas vraiment être sans défense.

La pluie commença à tomber sur eux. Cela le fit soupirer. Ses cheveux commencèrent à se mouiller et il commença à soupirer. Vivement que cette tâche soit faite rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kaida Maidh
petit dragon
▲ MESSAGES : 399
▲ OCCUPATION : maître barde, apostat, aventurier. membre d'une guilde, je suis obligé de fuir pour ma liberté. c'est ainsi que j'ai décidé de voyager, trouver une terre moins hostile.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : je contrôle pour l'instant la magie élémentaire, de création, de soin et des arcanes. je possède également un bâton pour pouvoir contenir mes dons ainsi qu'un couteau à double lame et un arc. sinon, j'ai également des compétences en art, en vol, en charisme et en espionnage.
▲ LOCALISATION : val royeaux. ville natale qui m'a vu grandir, passant du petit garnement des rues à un elfe plus ou moins respectable. si jadis j'appréciais sa culture, dorénavant, je ne me sens aucunement en sécurité.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin - 1:26

on admirait son cortège.
─ le ciel toujours le protège ─
Je me disais que ce la ne pouvait pas être possible. Que je n'aurais d'autre choix que de me débrouiller par moi-même en errant dans les rues tout en priant Andrasté de m'épargner l'attaque d'un humanoïde en pleine nuit qui risquerait de m'être fatal. Qu'après tout, un templier aurait autre chose à faire plutôt que de se préoccuper l'existence d'un elfe, aussi important soit-il pour le Jeu qu'organisait les nobles entre eux. Après tout, les âmes telles que peuvent l'être comme la mienne est aisément remplaçable. Les bardes ne sont pas des créatures qui manquent à l'appel lorsque l'argent est de mise. Mieux que ça, on avait même tendance à s'étonner lorsque l'on percevait la richesse de mes vêtements après avoir remarqué ces deux petites oreilles un peu trop pointues pour appartenir à de triviaux humains. Peut-être même que certaines majestés devaient se mordre les doigts à l'idée de savoir qu'ils pourraient périr sous le couteau affûté d'un elfe plutôt que celui d'un humain. Banales créatures qui occupaient bien trop souvent la place de serviteurs. Mais au lieu de cela, l'homme ne réfute aucunement ma demande. Bien au contraire. Il demande même des précisions que je n'hésite pas à lui fournir une seule seconde. ≪ - Je reviens d'une réception organisée par l'un des nobles du coin. Et non, je ne suis pas clairement menacée... Mais il m'est déjà arrivé d'être la victime de quelques bandits alors que je m'étais éternisé en dehors des bascloîtres en pleine nuit. Je ne voudrais pas que cela recommence à nouveau. ≫ m'exclamais-je alors en penchant la tête légèrement sur le côté et affichant un large sourire, zébré par les chaînes tombant en cascade devant ma face. En effet. J'avais gardé un très mauvais souvenir. C'est d'ailleurs à cause de tels réminiscences que je n'arrivais dorénavant plus à avancer dans l'ombre sans être sur mes gardes. Et pourtant, j'étais bien conscient que cela n'était pas forcément quelque chose d'automatique, normalement... Sans être également si rare non plus ! Mais dans tout les cas, maintenant, il n'était plus question de s'inquiéter pour rien. J'avais de la protection et c'est tout ce qu'il comptait. Je pouvais avoir confiance en l'homme.

Ce dernier me demanda donc d'avancer en premier, c'est ce que je fis en me disant que de toute manière, il restait derrière moi à surveiller mes arrières et il suffisait qu'un seul homme ne bondisse tel un fauve sur moi pour qu'il ne réagisse vaillamment. Tenant les pans de mon tissus arborant des allures de robe, j'avançais doucement, regardant à droite et à gauche, réagissant aux moindres bruits, tel un animal effrayé. Finalement, je me disais que j'avais un peu honte de me montrer inquiet devant le templier. Qu'il devait même me probablement me trouver aussi fragile qu'un lapereau, mais ce n'était pas de ma faute. Il y a par moment des bouts de votre passé qui vous colle à la peau. Des souvenirs qui ne veulent tout simplement pas se séparer de vous. Afin de vous montrer à quel point la vie était moche et dangereuse. Qu'il fallait faire attention pour que les choses ne se reproduisent pas à nouveau. Néanmoins, je ne devais pas le cacher non plus ; je n'étais plus le gosse innocent que l'on pouvait atteindre aisément. Et lorsque j'entendis un bruit se produire non loin de nous, j'avais même réagis au quart de tour, provoquant des flammes à l'aide de ma main mais qui s'éteignirent bien vites lorsque la pluie rentra en contact avec l'élément passionné et destructeur. Ce qui avait eut le don de me refroidir également quand je savais que juste derrière moi se trouvait le templier qui avait dû voir absolument tout. ≪ - Je suis désolé. Je ne voulais pas. J'ai eu peur... ≫. Pourvu qu'il me croit. Pourvu qu'il ne me perçoit pas comme une menace... Surtout quand on sait que les humains dénués de pouvoir faisaient des efforts considérables pour nous accepter comme nous étions, sans nous contraindre à rejoindre les Cercles. En retour, je me disais que c'était de mon devoir de lui prouver que j'étais contrôlable. Or, il devait penser le contraire après ce que je venais de faire. Qui sait ce qu'il se passerait si seulement la pluie ne serait pas tombé pour éteindre ma flamme ? Mais ne serait-ce donc également pas stupide de ma part si j'avais demandé l'aide d'un templier en me sachant également incapable de me maîtriser un minimum ? Oui, j'imagine. Et puis, j'avais seulement eu peur. Ce n'était pas de ma faute.

_________________

Vous fouleriez ces monts que le ciel étoilé Regarde, et sur le blanc tapis inviolé Qui brille, vierge encor de toute flétrissure, Les Grâces baiseraient votre belle chaussure !
Mes chants vous guideraient vers l'Olympe neigeux


Revenir en haut Aller en bas
avatar
▲ MESSAGES : 56
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin - 4:28
Marcus se dit que le chemin vers le cloître ne va pas être très long, probablement moins qu'une heure. Il sait qu'il a bien moins la chance d'être la cible d'une attaque que l'elfe. Il est templier et juste le fait qu'il soit armé diminue considérablement les chances d'attaque, en tout cas de la part d'un bandit. Dans le cas des mages, cela augmente la probabilité d'une réponse.  Pour l'instant, Marcus ne croit pas qu'il a à craindre les magiciens. Il n'est clairement pas en mode recherche et ne fait que son devoir d'aide envers les gens. Le templier aimerait bien que son armure soit plus discrète, mais elle est nécessaire.

- Je n'ai pas d'accusation contre vous, mais disons que j'ai l'impression que vous n'êtes pas complètement honnête.

Marcus garde un œil sur ses mains, il veut savoir si cet homme essayera de faire quelque chose de magique pour fuir. S'il peut maitriser ses mains où utiliser ses capacités de templier pour rendre inertes ses talents magiques. Au moins, s'il essaie de faire quoi que ce soit, il sait qu'il est capable de magie et est maintenant bien plus apte à stopper une mauvaise surprise.  Sa conscience lui dit qu'il ne peut pas lui sauter dessus ainsi.  On est en période de paix, n'est-ce pas? En même temps, sa curiosité est un peu trop attisée en ce moment pour qu'il laisse tomber le morceau.
Un son familier se fait entendre, il a entendu plusieurs fois le son de la création de flamme magique. Cela vient d'étonnamment proche. Instinctivement, il met sa main sur le pommeau de son épée et ensuite celui-ci commence à regarder tout autour de lui et essaie de comprendre ce qui se passe. Sa tête regarde rapidement de gauche à droite essayant de trouver la source.  Cela fut si soudain et inespéré qu'il était un peu déstabiliser, mais au final ses yeux se posent sur le coupable. Les mages sont-ils devenus à ce point étranges, qu'il recherche la protection des templiers? Il garde sa main sur son pommeau. Marcus n'est pas vraiment amusé, cela est certain. En même temps, il sait qu'il doit éviter une escalade de la situation, cela pourrait finir en émeute.

Plutôt que de tenir une arme mortelle dans ses mains, il commença à croiser les bras.  Son visage est clairement celui d'une personne qui n'est pas amusé le moindrement et il commence à entrer dans l'espace vital de l'elfe pour l'intimider. Techniquement, l'elfe n'a pas fait quelque chose d'égal, mais disons qu'il a une raison d'être suspicieux. Surtout parce que l'on ait en Orlais et à Val Royaux. Il sait parfaitement que s'il y a quelque chose de suspicieux, il doit faire immédiatement trouver de quoi il s'agit. Il ne veut pas finir accusé de haute trahison par la divine ou de porter le chapeau pour quoi que ce soit.

-Vous êtes magiciens, mais vous sentez quand même le besoin d'avoir la protection d'un templier, c'est quand même un peu inhabituel, non?

Marcus reconnaît qu'il force un peu la donne en cet instant, alors il commence à reculer et à prendre un regard moins intimidant. Il aimerait bien que les questions soient réglées rapidement.  C'est que maintenant, les chances qu'il a, quelqu'un d'autre les observe, sont très bonnes. Un noble d'Orlais a eu besoin des services d'un magicien, s'il fallait croire ses déclarations précédentes. L'homme trouve cela très suspicieux.  Certes, il avait une petite chance que cela était seulement une question de divertissement, mais il ne peut pas passer la possibilité d'une activité plus suspicieuse.  Marcus grinça un peu des dents. Voici pourquoi, il n'aime pas Val-Royaux, toute la ville n'est qu'apparence, même les domestiques ne peuvent pas être crues sur parole.

Le templier réfléchit un instant. Il ne peut pas s'empêcher de regarder autour de lui et d'essayer de voir si quiconque les observe. Les chances que la foule réagit mal à leur interaction sont aussi possibles qu'il y a véritablement un guet-apens qui les attend. On lui doit quelques clarifications. Il sent qu'il est mieux de les avoir maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kaida Maidh
petit dragon
▲ MESSAGES : 399
▲ OCCUPATION : maître barde, apostat, aventurier. membre d'une guilde, je suis obligé de fuir pour ma liberté. c'est ainsi que j'ai décidé de voyager, trouver une terre moins hostile.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : je contrôle pour l'instant la magie élémentaire, de création, de soin et des arcanes. je possède également un bâton pour pouvoir contenir mes dons ainsi qu'un couteau à double lame et un arc. sinon, j'ai également des compétences en art, en vol, en charisme et en espionnage.
▲ LOCALISATION : val royeaux. ville natale qui m'a vu grandir, passant du petit garnement des rues à un elfe plus ou moins respectable. si jadis j'appréciais sa culture, dorénavant, je ne me sens aucunement en sécurité.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 0:22

on admirait son cortège.
─ le ciel toujours le protège ─
≪ - Je n'ai pas d'accusation contre vous, mais disons que j'ai l'impression que vous n'êtes pas complètement honnête. ≫. J'hésite entre le prendre à la rigolade ou désirer lui faire du mal. Bien évidemment, en tant que barde, on ne pouvait pas dire que je sois l'homme le plus honnête que l'on pourrait trouver à Orlaïs. Mais j'avais tendance à considérer que tout ce que je pouvais faire au sein du Grand Jeu restait à l'intérieur et puis c'est tout. Je n'étais pas de ces criminels qui parcouraient les rues, la nuit tombée pour chercher à faire du mal à qui que ce soit. Bien sûr que non ! D'ailleurs, je me demandais bien pourquoi il cherchait à se mettre autant sur la défensive ! ≪ - Ah oui ? Et qu'est-ce qui vous fait dire ça ? Le fait que je sois un elfe et que je porte de riches vêtements, peut-être ? Désolé de vous décevoir. ≫. Cela avait été plus fort que moi. Bien que j'aurais pu parfaitement faire fuir l'individu. Oui, cela avait été un risque que j'avais décidé de prendre. Mais je me disais que si je devais être protégé, autant être correctement protégé ! Qui sait si l'autre ne voudrait pas m'abandonner à un destin funeste sans que je n'ai l'occasion de réagir ou même de m'en apercevoir. Non, autant faire les choses par soi-même si cela pouvait déplaire à quiconque de me suivre. Au moins, cela renforcerait d'avantage l'avis que j'avais déjà légèrement sur ces humains dénués de compassion lorsqu'il est question de se préoccuper l'existence d'un elfe. Pourtant, le templier décide tout de même de me suivre et de me guider dans la nuit. Ce qui a le don de me surprendre légèrement après ce qu'il venait de dire. Finalement, je me disais même que cela devait être plus qu'inquiétant qu'autre chose. Que je pouvais tomber sur ce genre de type extrémiste, prétendant qu'une créature de ma condition n'est pas une création de leur déité chérie. Qu'importe, j'pourrais toujours rester sur mes gardes et faire attention. Dorénavant, on ne pouvait pas dire que je me trouvais à une menace de plus ou de moins. Mais je suis malgré tout soudainement pris par la peur, dévoilant par la même occasion mes capacités de mage. C'est une chose qui me déstabilise quelque peu car même si les hommes comme lui n'ont plus l'ordre d'enfermer les mages dans les cercles, les templiers restent des templiers.

D'ailleurs, après voir vu cette flamme jaillir de mes mains, il se rapproche dangereusement de ma personne tandis que je fais tout mon possible pour m'éloigner de lui jusqu'à ce que mon dos ne vienne à rencontrer un mur. Il est tout proche et son expression ne démontre très clairement pas de la joie, bien au contraire. Il n'apprécie pas vraiment ce que je viens de faire et je ne sais pas comment réagir pour arranger la situation. Ou du moins pour arranger ma propre condition alors qu'un moment, je me mets à douter de son comportement, qu'il pourrait bien être capable de se saisir de son épée pour me décapiter sur le champs. Alors que je n'avais rien fait. Trois fois rien. J'avais seulement été effrayé par les bruits alentours. Je baisse donc la tête, essayant de fuir ses prunelles pesantes. Je crois que j'aurais été capable de tout à ce moment-là pour gagner ne serait-ce un minimum d'espace entre nos deux personnes. ≪ - Vous êtes magiciens, mais vous sentez quand même le besoin d'avoir la protection d'un templier, c'est quand même un peu inhabituel, non ? ≫. Je ne peux m'empêcher de pousser un soupir avant de lui répondre promptement. ≪ - Vous êtes un représentant de l'ordre tandis que je suis un elfe doublé d'être un mage. S'il n'y a personne aux alentours pour témoigner d'une quelconque agression, on se fichera de savoir ce qui m'est arrivé. Si j'use de la magie pour me protéger, on me verrait très certainement comme un criminel... Tout ce que je veux, c'est rentrer chez moi, sain et sauf. Dans la légalité. Est-ce si difficile à l'accepter ? ≫. Heureusement, l'autre homme finit par reculer tout en faisant preuve d'une agressivité bien moindre. Mais ce n'est pas gagné d'avance. ≪ - Pouvons-nous reprendre la route ? ≫.

_________________

Vous fouleriez ces monts que le ciel étoilé Regarde, et sur le blanc tapis inviolé Qui brille, vierge encor de toute flétrissure, Les Grâces baiseraient votre belle chaussure !
Mes chants vous guideraient vers l'Olympe neigeux


Revenir en haut Aller en bas
avatar
▲ MESSAGES : 56
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 6:55
L'elfe joue de sa langue d'argent pour essayer de le convaincre de lui sauter dessus. Marcus doit admettre qu'il a un peu raison que le templier lui saute dessus par préjudice plutôt que par preuve ou actions de la part de l'elfe. La chose honorable à faire était de laisser ce mage rentrer chez les siens et laisser le tout passer comme si de rien n'était. Les devoirs était sur quoi, il doit se concentrer d'abord et avant tout. C'est ce que ses supérieurs lui disent continuellement au point où ses oreilles sont sur le point de tomber. Peut-être devrait-il les écouter pour une fois.

-Allons-y

Il fait un peu comme si rien n'était arriver, c'est le mieux qu'il a trouvé à l'instant pour masquer sa rudesse précédemment. Marcus doit admettre qu'il ne peut pas complètement se débarrasser de toute la suspicion qu'il a au sujet de cet elfe. Il ne peut pas demander le pardon, parce que tout simplement, il sent toujours qu'il y a quelque chose de suspicieux. Il aimerait que les choses soient simples au point qu'il puisse tout simplement lui donner une marche à la maison, mais notre homme est tombé dans une mille et une ruse par le passé utilisée par les mages pour l'amadouer. Chacune de ses tactiques était différente et propre au mage qui l'utilisait et comme c'était bien la première fois qu'un mage l'approchait ainsi. Cet elfe n'était pas une cible, mais il pouvait en être une qui n'était pas encore connue.

Il a fait une liste mentale de tout ce qui pouvait être une menace : les nobles d'orlais, les bandits, les elfes, un type lambda qui n'aiment pas les oreilles pointues qui sautent sur le mage. Merde, qu'est-ce qu'il va faire s'il doit tuer un être humain avec un cœur rempli de haine. Comment va-t-il expliquer ça à ses supérieurs? Bon, il essayera de faire un coup non mortel ou un truc du genre si possible. Habituellement il peut s'en tirer s'il fait un peu saigner son adversaire. Le problème est qu'il est en uniforme de la chantrie en ce moment et donc ses actions reflètent celle de son organisation. Marcus se dit qu'il ne doit pas être si négatif dans son approche, mais il ne peut pas s'empêcher. Jusqu'ici tout ceci n'a été qu'une longue série de malchances. D'abord, il est pris dans cette ville, ensuite la pluie lui tombe dessus et maintenant le type est un magicien. Que lui arrivera-t-il d'autre maintenant?

Sa conscience remonte à la surface, il agit comme un stéréotype et il ne devrait pas le faire. Il se réclame plus libéral que la plupart des templiers et pourtant, il fait un délire paranoïaque. Marcus se dit qu'il doit mieux faire. Jusqu'ici, l'elfe n'a rien fait de mal, encore une fois il se répète. C'est une bonne chose qu'il se concentre sur autre chose pour s'assurer que personne n'interfère. Le templier essaie de prendre un visage, plus neutre, mais la seule expression est quelque chose qui montre sa mauvaise humeur. Finalement, il essaie un peu d'user cette grimace a bon escient. En peu de temps, il essaie de rendre son visage intimidant. Il se dresse comme s'il regardait les autres avec un air proche d'un chien menaçant. Montrer qu'il a décidé de protéger la personne qu'il escortait comme il se doit.


Devrait-il essayer de faire la conversation? Disons que c'était un peu ruiné à cet instant. Lui qui se targue d'être un séducteur, il sait très bien qu'il ne peut plus vraiment. Il devrait au minium s'excuser de sa rudesse. Le problème est qu'il a peur de ne pas sonner très sincère, ce qui va empirer les choses. Vraiment comment pourrait sonner après être presque sortie son épée. Non, il doit faire quelque chose. Le problème est la question du temps choisi. Peut-être qu'il serait mieux de tout simplement attendre que la tension soit détendue. En même temps, faire cela de façon rapide, va probablement aider à diminuer la colère cet elfe. En tout cas, il ne peut pas soudainement le faire durant son trajet après une vingtaine minute de silence.


-J'ai été rude à votre égart je l'avoue. Ceci n'a pas été professionnel de ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DAWN WILL COME :: L'IMMATÉRIEL :: RP SPÉCIAUX :: FLASHBACKS-
Sauter vers: