I'm on my way ❖ Aurelius Argento [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Lun 11 Juin - 13:57



I'm on my way
Aurelius & Maedhros

« Tell everybody I'm on my way, New friends and new places to see, With blue skies ahead yes I'm on my way, And there's no where else that I'd rather be »
La route vers Weisshaupt lui tend les bras. Pourtant, Maedhros n'est pas disposé à la suivre tout de suite. Il y a quelque chose qui le retient dans cette bourgade paisible du nord d'Orlaïs, que rien ne distingue des autres. C'est une petite ville ordinaire, lui semble-t-il, surtout habitée par des marchands et des artisans. Lacune impardonnable en revanche : l'absence de bibliothèque ou d'un semblant de librairie. Catastrophique. Ce n'est pas pour autant qu'il compte fuir les lieux au plus vite. Surtout dans la situation actuelle.

Les doigts agiles de l'elfe s'activent au dessus de la plaie qu'il vient de panser avec le plus grand soin. L'aiguille qu'il manie ne tremble pas un seul instant alors qu'elle traverse la chair laissée béante par une vilaine entaille. D'une bonne dizaine de centimètres de long, la blessure allait probablement s'infecter, ou au mieux mal se refermer. Les muscles se seraient reformés un peu au hasard, laissant non seulement une cicatrice des plus disgracieuses, mais surtout occasionnant au propriétaire de la cuisse outragée des douleurs permanentes, voire une gêne dans ses déplacements. Là, tout irait pour le mieux. Enfin en considérant que la demoiselle ne s'amuse pas à sautiller en tout sens comme une jeune chien fou.
Un soupir passe le seuil de ses lèvres tandis que le médecin improvisé se redresse. Le torchon le plus proche est promptement attrapé pour retirer le liquide carmin qui offre un contraste saisissant avec sa peau plutôt pâle. Oh Maedhros n'a rien contre le sang, il n'y voit qu'un simple composé anatomique, mais il sait que les citoyens qu'il croisera au dehors n'apprécieront guère ce genre de vue. Traumatiser ces bonnes gens est bien le cadet de ses soucis, mais là il s'inquiète davantage de sa propre sécurité. Il veut atteindre Weisshaupt entier. Ce serait mieux.

Après avoir adressé quelques recommandations à la famille de la jeune elfe aussi bien qu'à cette dernière et leur avoir laissé quelques herbes curatives juste au cas où, le Garde des Ombres en devenir quitte la maisonnette pour rejoindre les ruelles du bas-quartier. C'est au bout de quelques minutes de marche qu'il rejoint les rues plus passantes, puis finalement les artères principales, débordantes de vie à cette heure de la journée. Midi ? Probablement, à en juger par les gargouillis de son estomac. Mais comme souvent, le jeune poète les ignore totalement, l'esprit accaparé par une myriade de réflexions qui s'enchaînent à un rythme effréné au sein de sa caboche.
Des pensées qui sont abruptement interrompues lorsque ses oreilles effilées captent un son des plus intéressants. Arraché à ses rêveries éveillé, Maedhros fouille la foule grouillante -jour de marché oblige- autour de lui du regard. Ses prunelles argentées accrochent alors une silhouette assez haute, à la stature droite, épaules plutôt carrées. Curieux, l'elfe se rapproche en catimini, avec une discrétion toute féline. Mais oui, il a bien reconnu l'accent tevintide. Comme c'est intrigant !

Soudainement enthousiasmé, la flamme de la curiosité attisée comme jamais (ou plutôt comme à chaque fois que quelque chose qu'il ignore encore se profile sous le bout de son nez), le ménestrel serre un peu plus la lanière de son luth entre ses doigts pour se faufiler plus près encore.

Que fait un citoyen de l'Imperium tevintide dans le nord d'Orlaïs ? Qui est-il ? Quel métier exerce-t-il ? Est-il mage ? Oh faites qu'il soit mage, ce serait passionnant !

(c) DΛNDELION

_________________

« Knowledge is dangerous. Once you know something, you can’t get rid of it. You have to carry it. Always. »

(c) Bloody Storm
avatar
Rebellions are built on hope
▲ MESSAGES : 11
▲ OCCUPATION : Archiviste de Weisshaupt et poète officiel auto-proclamé de la Garde
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Fauchard (expert) - Médecine (bon) - Archives sur pattes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Mar 12 Juin - 14:04

« Existe-il un groupe plus fascinant que celui des Gardes des Ombres ? Pas auprès de la majorité du peuple de Thédas. Et pour de bonnes raisons, dont celle qui m'apparaît la plus évidente est la suivante : tout le monde peut y aspirer. Quelle que soit notre origine, quel que soit notre statut, quel que soit notre passé, la chance d'appartenir aux Gardes existe pour chacun d'entre nous. Pour certains, c'est un chemin vers une vie meilleure à la recherche d'un noble but. Pour d'autres, c'est l'occasion de fuir des erreurs passées, ou de pratiquer des arts interdits. Enfin, il y a ceux qui n'ont pas le choix, recrutés à travers le droit de conscription. Héroïsme et condamnation ne sont jamais allés de paire aussi bien qu'au sein de la Garde. » Extrait de « Organigramme des organisations organisées », par Aurelius Argento
_____________________________________


« Et bien ma belle, en voilà du monde. » glissa Aurelius Argento à la monture qu'il menait par la bride. Aglaé et lui formaient une paire qui ne manquait pas d'attirer les regards : ce n'était pas tous les jours qu'on voyait un tévintide et une dracolisk voyager de concert. L'animal avançait d'un pas lest, sifflant régulièrement et claquant de la mâchoire dès que quelqu'un s'approchait de trop près, ce qui leur laissait le champ libre. Les écailles bleues décorées de bandes rouges, les piquants jaunes, Aglaé était un spécimen en parfaite santé, bien qu'un peu nerveux. Elle accompagnait le mage depuis plusieurs années, à la suite d'une rencontre qui aurait pu être écrite dans les annales. Lesquelles ? C'était une bonne question. Sans doute faudrait-il les inventer, mais voilà qui vaudrait assurément la peine. Ils ne se quittaient plus depuis. Tous deux venaient à peine de quitter l'auberge et l'écurie où ils avaient passé la nuit. Aglaé avait tendance à rendre les chevaux nerveux, et le tenancier avait été soulagé de ne pas les voir s'attarder. Le bâton de mage d'Aurelius était attaché au paquetage de l'animal, de manière à ne pas se faire remarquer ; mieux valait ne pas afficher sa condition de mage en-dehors des frontières de Tevinter, surtout en cette époque troublée. Une leçon qu'Aurelius avait apprise au fil de pérégrinations, et plus d'une fois ; la plupart du temps dans des situations aussi rocambolesques que dangereuses. Ma fois, il était encore entier, et voilà plusieurs jours que son voyage se poursuivait sans incident.

Vêtu d'un pourpoint de cuir bleu brodés d'or et d'argent, d'un pantalon de voyage simple mais élégant de couleur pourpre, et d'une cape émeraude, l'homme était aussi visible que sa monture, ce qui ne le dérangeait pas outre-mesure. D'une part, Aurelius aimait attirer l'attention ; d'autre part, c'était souvent le meilleur moyen de passer inaperçu. Et puis ce n'était pas parce que l'on passait sa vie sur les routes qu'on ne pouvait le faire avec style. Une dague ouvragée était accrochée à sa ceinture, qu'il avait marchandée au bazar de la petite ville. L'endroit était plus agréable, typique de l'Orlaïs campagnarde, et le temps était clément, idéal pour reprendre la route. Il n'avait pas de destination précise en tête ; il avait passé la dernière semaine à intercéder en faveur du commerce familial, et l'envie de vagabonder lui était revenue, comme souvent après trop de temps passé à la même place. Il faisait confiance au destin pour lui trouver une direction intéressante. Pour l'heure, il lui fallait déjà quitter la place, plutôt bondée. L'agglomération n'était pas immense, mais elle était bien peuplée, et si on y entendait principalement la langue orlésienne, de nombreux autres accents perçaient la foule. De nombreux marchands et voyageurs la traversaient, à la manière des routes qui la reliaient au reste du monde connu. D'ailleurs, Aurelius croyait savoir que l'une d'elles menait à Weisshaupt, le célèbre quartier-général de la Garde des Ombres, dans les Anderfels.

« Autant cheminer ensemble, plutôt que de vous faufiler derrière moi, vous ne croyez pas ? » lança-t-il à la silhouette qu'il avait fini par repérer du coin de l’œil. Un elfe à la peau pâle et au cheveux clairs qui rappelait l'argent, à la manière de celui qui brillait sur la broche en forme de renard que le tévintide portait sur son pourpoint pour fermer le col de sa cape. Il adressa un sourire de bienvenue à l'adresse de l'inconnu, et nota avec intérêt le luth qu'il serrait entre ses doigts. Un ménestrel itinérant ? Ma fois, voilà qui faisait généralement bonne compagnie ! Ils connaissaient beaucoup de choses, aussi bien sur les légendes de leurs chansons que dans ce qui se racontait sur les routes. Curieuse, Aglaé approcha son museau du musicien pour mieux le renifler.

« Ne vous inquiétez pas, elle ne mord pas. La plupart du temps. » Puis, toujours avec le sourire : « Qu'est-ce qui vous amène dans le coin, l'ami ? »

_________________

"The senior wizard in a world of magic had the same prospects of long-term employment as a pogo stick tester in a minefield." Terry Pratchett

Thème: Everybody Wants to Rule the World (LORDE)
avatar
Rebellions are built on hope
▲ MESSAGES : 45
▲ OCCUPATION : Magister
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : magie du feu / magie de création / magie spirituelle / bâton de mage
▲ LOCALISATION : Minrathie

Voir le profil de l'utilisateur http://plumederenard.hautetfort.com/

Revenir en haut Aller en bas

Hier à 12:37



I'm on my way
Aurelius & Maedhros

« Tell everybody I'm on my way, New friends and new places to see, With blue skies ahead yes I'm on my way, And there's no where else that I'd rather be »
L'immense curiosité intarissable de Maedhros est à la fois une bénédiction et une malédiction, sans que lui-même ne le réalise. Certains trouvent satisfaction en mangeant tout ce qui leur passe sous le nez, d'autres préfèrent collectionner les amants, lui trouve son contentement dans la lecture et la découverte de choses nouvelles. Comme avec ce vieux mercenaire avec lequel il a cheminé quelques temps, et qui a eu l'amabilité de lui enseigner comment se battre avec une arme que le jeune elfe n'avait jamais encore vue de ses propres yeux : un fauchard. Une lame que son maître d'armes improvisé lui a offerte le jour où leur chemin s'est finalement séparé, et qu'il garde aujourd'hui soigneusement empaquetée dans son dos. Si la prudence dirait que c'est pour éviter d'attirer les regards sur lui, en vérité il s'en moque bien et ne l'a fait que pour tenir le métal déjà sérieusement vieilli à l'abri des désagréments météorologiques.

D'ordinaire, les gens n'apprécient guère que le ménestrel se glisse ainsi dans leur dos. Il se retrouve régulièrement éconduit sans ménagement, ne comprenant pas vraiment pourquoi. Oh bien sûr il a fini par assumer que ce genre de comportement ne doit pas être bien admis dans les mœurs, mais il a du mal à saisir pourquoi. Comme toujours, les subtilités des mœurs sociales lui échappent.
Aussi est-il surpris lorsque le tevintide l'invite clairement à marcher à ses côtés, le tout avec une mine plus qu'avenante. Perplexe, l'elfe bat des cils quelques instants. Cette amabilité le prend de court, mais dans le bon sens du terme. Esquissant un léger sourire à son tour, il s'approche donc de l'homme ayant attisé sa curiosité, déjà enthousiaste à l'idée de lui poser l'infinité de questions qui lui viennent à l'esprit, pas plus effrayé que cela par la présence du dracolisk.
Sans se départir de son expression ravie, Maedhros lève même une main pour la tendre en douceur vers le mufle du reptile, le laissant décider s'il a envie d'un contact ou non. Au cours de ses sept années de voyage, il n'a jamais croisé ces montures typiquement tevintides. Ses prunelles argentées étincellent d'émerveillement autant que de curiosité. En revanche, il adresse un nouveau regard un rien confus à son vis-à-vis quand celui-ci le qualifie « d'ami ». Mais en un éclair il se souvient de ses conversations passées où ce terme a déjà été utilisé, et comprend qu'il s'agit là d'une manière de parler.

- Tant qu'elle ne m'arrache pas la main... Je ne suis pas comestible, tu sais. ajoute-t-il à l'intention de la dracolisk, avant de poursuivre pour lui-même. - Quoique d'un point de vue purement technique, si... Mais enfin. Son attention se reporte bien vite sur le propriétaire de la créature, auquel il adresse un léger hochement de la tête. - Je m'appelle Maedhros, et je me rends à Weisshaupt. Qu'est-ce qui peut pousser un noble tevintide à venir se perdre dans la campagne orlésienne ? Êtes-vous un mage ? Comment domestique-t-on un tel animal ? Oh dites, connaîtriez-vous quelques chansons ou poèmes de chez vous que vous accepteriez de partager avec moi ? Je n'ai jamais osé poser le pied à Tevinter, mais je suis très curieux d'en apprendre plus ! Une fois lancé, il est difficile d'arrêter le jeune elfe dans ses logorrhées sans fin, au grand dam de la quasi totalité des gens qui ont pu voyager à ses côtés.

(c) DΛNDELION

_________________

« Knowledge is dangerous. Once you know something, you can’t get rid of it. You have to carry it. Always. »

(c) Bloody Storm
avatar
Rebellions are built on hope
▲ MESSAGES : 11
▲ OCCUPATION : Archiviste de Weisshaupt et poète officiel auto-proclamé de la Garde
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : Fauchard (expert) - Médecine (bon) - Archives sur pattes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut