RSS
RSS



 
23 MAI 2017 - OUVERTURE DU FORUM
(univers Dragon Age, un siècle après les jeux)
N'hésitez pas à jeter un coup d’œil du côté des Postes Vacants
ainsi que des Scénarios, tous très attendus !
Nous avons pas mal de Nobles et de Mages
N'hésitez pas à vous tourner vers la Chantrie, le Peuple ou les Gardes des Ombres !

 :: L'AUBERGE DU PENDU :: CIMETIÈRE :: RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

premier sang | Talys

avatar
▲ MESSAGES : 140
▲ OCCUPATION : maître assassin.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : particulièrement discrète, maîtrise des poison et de la dague.
▲ LOCALISATION : En ce moment Ferelden sous le nom de Firis
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Mai - 20:19

Premier sang
Talys × Sehris

Elgara vallas, da'len melava somniar mala taren aravas ara ma'desen melar iras ma ghilas, da'len ara ma ne'dan ashir dirthara lothlenan'as bal emma mala dir tel'enfenim, da'len irassal ma ghilas ma garas mir renan ara ma'athlan vhenas  ara ma'athlan vhenas

La lame l'homme trouve le chemin jusqu'à son flanc, passe l'armure et déchire sa chair. Un crie de douleur. Elle sert les dents. La blessure n'est pas suffisamment profonde pour être mortelle, mais bien assez pour la faire souffrir et la gêné dans ses mouvements. Elle le repousse d'un geste et recule. Son dos entre on contact avec la pierre glacée... Formidable. Mentalement elle dresse le compte. Celui qui l'a blessé, les deux qui viennent de lui couper toute retraite sur les flanc et les deux qui se ramène de chaque côté de son assaillant... Moins les deux qui ont déjà rencontrer ses dagues. Sept, reste cinq. Elle grimace. C'est donc comme ça que sa vie se termine ? Dans une putain de cabane abandonné au fond d'une forêt boueuse de Ferelden ? Merde... j'imaginais au moins une exécution pour un assassinat digne de ce nom.... Un sourire ironique barre son visage. « - Alors c'est comme ça ? Ils vous faut cinq Shem pour arriver au bout d'une elfe ? Fenedhis, j'espère au moins que vous crèverez comme les chiens que vous êtes! » Elle se redresse, jettes un regard sur la dague qu'elle avait lâcher pour se tenir le flanc. Sa main est collante, poisseuse du sang qu'elle perd. Tant pis, elle utilisera la seule arme qui lui reste jusqu'au bout pour en emmener autant que possible avec elle dans la tombe.

Le premier coup vient de l'homme de droite, l'idiot a crier... Tant pis pour lui, elle le sent venir et sa lame déchire sa gorge d'un coup net et précis. Rapidement le trou est bouché et ce qui aurait put lui servir d’échappatoire disparaît. Les hommes se concerte d'un regard. Il ne feront plus l'erreur de l'attaquer seule. Putain de bandit ! Elle aimerait se réjouir à l'idée qu'au moins il ne trouverons rien de glorieux sur son cadavre, mais la bourse à sa ceinture est loin d'être vide... Même si ce n'est pas ça qui les intéressait de prime abord. D'un autre côté, quand on essaye de violer une voyageuse seule et armée, on ne peut que s'attendre à un retour de bâton... ou de dague plutôt. Un moment ils restent à se dévisager. Ils ont comprit que leur proie n'était pas ordinaire, mais les deux cadavres qui gisent plus haut les ont pousser à la poursuivre, le troisième qui finit d'agoniser leur à fait comprendre qu'attaquer bêtement n'était pas une bonne stratégie. Elle les voit s'élancer à quatre, la première épée est parée, la seconde aussi... de justesse. La troisième se plante dans son épaule et elle hurle. La quatrième la loupe, mais parce que le coup était mal ajuster... elle n'aurait pas put l'esquiver...

Les coups s'enchaîne et ce n'est que par miracle qu'elle semble s'en sortir. Parant comme elle peut, de plus en plus affaiblie. Elle réussit à en blesser un, mais elle le sait, elle le sent elle ne pourra plus tenir longtemps. Elle relève la tête, elle est une lame, un instrument de mort... On l'a forgé pour ça, pour tuer... Elle peut encore... peut être... Son bras s'épuise, tout son corps n'est plus que douleur. Le sang coule de ses plaie. Alors elle tombe au sol, a genoux, épuisée. Elle relève les yeux une dernière fois, croisant le regard de ceux qui la tueront... Des visage de shem hideux, défigurer par la haine, la violence, la colère. Et un autre visage se superpose au leur. Celui d'un enfant, les yeux claire, les cheveux flamboyant, la bouche rieuse. « - Jen... » Une larme s'écoule contre sa joue, son cœur se brise. Le sang c'est bien trop écoulé et sa vue se trouble. Alors qu'elle plonge dans l'inconscience, elle ne reverra jamais sa sœur. Sehris en est persuadée.  

Code par Azuriel

_________________


☆☆☆ La gloire est le soleil des mort.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caïn Van Geert
once i was real
▲ MESSAGES : 202
▲ OCCUPATION : RÉCEMMENT PROMU CHEVALIER-SOUS-CAPITAINE DU CERCLE D'ORLAÏS, APRES DE NOMBREUX SERVICES AINSI QU'UNE LOYAUTÉ INDÉFECTIBLE ENVERS SON SUPÉRIEUR FELIX.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : IL MANIE ÉPÉE ET BOUCLIER DÉCORÉ DES ARMOIRIES DE L'ORDRE. EN PARALLÈLE, SON ACCOUTUMANCE AU LYIRUM S’ACCROÎT DE JOUR EN JOUR POUR AUGMENTER SA RÉSISTANCE MAGIQUE.
▲ LOCALISATION : EN ORLAÏS, AU CERCLE EN TRAIN DE TYRANNISER LES MAGES OU EN VADROUILLE POUR DÉNICHER LES APOSTATS.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 29 Mai - 20:49

PREMIER SANG
FEAT. SEHRIS VANLOS
Lorsqu'elle est tombée sur cette scène, Talys aurait encore pu rebrousser chemin. Les brigands devant elle ne l'avaient pas remarquée, concentrés sur leur victime aux portes de l'inconscience. Elle aurait eu le temps. Partir ou ignorer le malheur des autres reste toujours le moyen le plus simple de ne pas s'attirer leurs ennuis. Que ces derniers restent là où ils étaient, loin de ceux qui ne veulent s'y mêler. Une protection, un voile d'égoïsme qui est de plus en plus fréquent ces temps-ci. On ferme les yeux, on ravale sa salive, on tourne les talons et on oublie la scène afin de se préserver. Pourtant, ce n'est pas dans sa nature. Même en cavale. Peu importe les temps qui courent, sa méfiance en hausse, sa nature revient au galop. En ajoutant à ceci que la victime n'est pas inconnue de Talys : celle qui fût à la fois son assaillante et sa sauveuse. Épargnée, la jeune mage n'a pas oublié. Ce faciès, les interrogations se bousculant dans son esprit, tout ce qui concerne cette rencontre spéciale est resté imprimé. Voici le moment pour elle de régler sa dette ainsi que d'obtenir, éventuellement, des réponses. Elle s'annonce rapidement aux canailles qui allaient probablement finir le travail avec la rouquine à terre. Attirant l'attention grâce à un éclair de feu qu'elle lance sur celui qui est le plus proche de son corps. « Eh, les lâches ! » La panique est semée chez l'un mais les autres ne sont pas affectés, ils passent à l'offensive. Le but de Talys est donc, comme à chaque fois, de s'éloigner le plus possible de ses opposants afin de lancer ses sorts tranquillement. Elle en profite également pour qu'ils ne soient plus à proximité de l'assassine : déclenchant un sort de zone avec une foudre conductrice.

Un air sûr marque ses traits. Talys sent qu'elle a le dessus, pour l'instant, et ce malgré leur nombre. Il faut aussi dire que les bandits restant sont épuisés de leurs démêlées avec l'elfe inconsciente. Elle continue dans sa lancée en les gardant à distance. Tous sauf un dissimulé. Celui-ci arrive dans son dos en lui assénant un coup qui aurait pu être fatal si elle n'avait pas activé sa barrière protectrice. Erreur de débutante tout de même. Elle est lassée, passe aux choses sérieux pour en finir enfin. Pas le temps de vérifier l'état des cadavres, Talys file au niveau de la rouquine. Une fois accroupie à sa hauteur, ses deux mains d'où émanent une aura verte viennent se poser sur sa cage thoracique en puisant dans ses forces. Ignorant sa propre condition. Elle ferme à moitié les yeux pour être concentrée dans sa tâche mais sans pour autant baisser sa garde. Mieux vaut prévenir que guérir. Et en parlant de soins, elle s'occupe bien de la blessée. Talys a par ailleurs, juste après lui avoir prodigué ces derniers, un léger vertige qui n'est pas étonnant vu son nouveau train de vie. De plus, son ventre est vide. Heureusement qu'elle n'est pas debout. L'une de ses mains se pose à terre juste à côté de son bâton. Lorsque son malaise est à peu près passé, la mage constate avec soulagement que l'assassine reprend connaissance. Un sourire apparaît alors sur ses lèvres. « Comment tu te sens ? Tu te souviens de moi ? » Elle marque une pause puis fait un signe de la tête en direction des cadavres étalés plus loin. « J'ai réglé leur compte à ces Shem. »
© FRIMELDA


_________________

NO MERCY
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▲ MESSAGES : 140
▲ OCCUPATION : maître assassin.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : particulièrement discrète, maîtrise des poison et de la dague.
▲ LOCALISATION : En ce moment Ferelden sous le nom de Firis
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Mai - 20:59

Premier sang
Talys × Sehris

Elgara vallas, da'len melava somniar mala taren aravas ara ma'desen melar iras ma ghilas, da'len ara ma ne'dan ashir dirthara lothlenan'as bal emma mala dir tel'enfenim, da'len irassal ma ghilas ma garas mir renan ara ma'athlan vhenas  ara ma'athlan vhenas

Les brumes et la douleur se dissipèrent. Un bref instant Sehris se demanda qui lui fera face, Créateur ou Dieux elfes ? Lui en voudraient-ils de n'avoir put correctement se défaire d'une croyance ou d'en avoir presque adopter une autre ? Ses secondes pensée furent qu'ils faisaient froid et humide dans l'au-delà et que l'odeur n'était pas sans rappeler celle de Ferelden... Fichtre, elle se doutait bien qu'une vie de meurtre ne la conduirait pas au paradis mais delà à devoir supporter pendant une éternité l'odeur de chien mouillé de Ferelden il y avait une limite. Quand elle ouvrit les yeux le décors n'avait guère changé. La même cabane abandonné, le même sols où s'était étalé quelques goûte de son sang... ah et des cadavres. Pas le siens en tout cas. Rassurant. Elle se releva, grimaçant légèrement. Une chevelure blanche est penchée sur elle, une elfe. De toute évidence elle n'est pas morte... ou alors le cantique et l'archiviste lui doivent quelques explication. Au bout de quelques secondes elle reconnaît enfin celle qui lui fait face, un bon assassin ne devrait jamais oublier le visage d'une cible... et une cible tenant à sa propre vie ne devrait pas aider celui qui est payé pour la lui ôter. Elle soupire. « - J'ai vu oui... » Bon sang... Elle avait dit souhaiter les voir crever comme les chien qu'ils étaient, de toute évidence quelqu'un avait dépassé ses attentes. « - Je vais... bien. » Etrangement bien-même, sa main se passe sur son flanc, la peau est à nouveau intacte, lisse.

Son regard se promène, prudent, sur le reste de la pièce. Elle se relève, gardant un œil méfiant sur sa sauveuse. Souplement, animal à l’affût, l'elfe récupère ses dagues et les places à sa ceinture avant de s'asseoir à une distance raisonnable de la mage. « - Bien... merci, je suppose. » Il n'est guère fréquent qu'elle ait eut à remercier une personne à éliminer, guère fréquent qu'une de ses cibles lui échappe par deux fois. Elle le sait, elle devrait en profiter pour l'éliminer, mais sans témoins pour savoir, Sehris ne se sent guère l'envie de tuer sa sauveuse. D'un rapide coup d’œil elle avait repéré les issues les plus proches, il était peu probable qu'une personne venant de vous soigner vous tue ensuite mais l'elfe avait beaucoup voyagé et savait qu'en cherchant bien on trouvait toute sorte de sadique dans Thédas, pourquoi la demoiselle n'en ferait-elle pas partie ? Ce n'est qu'une fois qu'elle fut certaine d'avoir la maîtrise de son environnement que Sehris se détendit un peu. Une confrontation frontale avec un mage n'était jamais une chose agréable... une confrontation frontale avec n'importe qui, d'ailleurs, n'était jamais une chose agréable... Même un cochard ! Après tout, derrière leur peau rose et leurs yeux inexpressif qui pouvait bien savoir ce qui se cachait ? Un génie machiavélique ? Un démon de l'immatériel ? « - Donc... tu m'as sauvé... pourquoi? » Après tout, Sehris l'avait certes déjà épargné, mais connaissant on ne laissait que très rarement ceux qui vous avait déjà menacé... En tout cas elle, elle ne laisserait pas vivre une personne qui en avait ouvertement après sa propre vie.

Sa main se posa sur un morceaux de métal, elle s'en saisit et commença à le faire tourner dans sa main. Son esprit avançant au rythme de ce dernier. « - J'imagine que tu as des questions à propos de notre dernière rencontre... c'est légitime... quoique très imprudent... » Un léger sourire se dessina sur son visage. Il n'était pas interdit qu'un corbeaux révèle son but et son appartenance... Mais Sehris avait toujours préféré le luxe de l'anonymat. Il lui fallait donc élaborer, et vite, une raison valable de poursuivre la magicienne. Une identité engager à ce but. De toute celle qu'elle possédait, la seule qui évoluait dans Ferelden était une mercenaire... Certes que la dite mercenaire est accepter de poursuivre une mage et de la tuer entacherait un peu sa réputation... mais cela valait-il mieux que de voir autant d'années d'effort remise en cause par un excès de franchise ? Dans le doute, Sehris décida de prévenir. « - Je comprendrais que tu t'interroge, mais cela ne veut pas dire que j'ai toute les réponses ou que je veuilles te les donner ma jolie. »  

Code par Azuriel

_________________


☆☆☆ La gloire est le soleil des mort.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caïn Van Geert
once i was real
▲ MESSAGES : 202
▲ OCCUPATION : RÉCEMMENT PROMU CHEVALIER-SOUS-CAPITAINE DU CERCLE D'ORLAÏS, APRES DE NOMBREUX SERVICES AINSI QU'UNE LOYAUTÉ INDÉFECTIBLE ENVERS SON SUPÉRIEUR FELIX.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : IL MANIE ÉPÉE ET BOUCLIER DÉCORÉ DES ARMOIRIES DE L'ORDRE. EN PARALLÈLE, SON ACCOUTUMANCE AU LYIRUM S’ACCROÎT DE JOUR EN JOUR POUR AUGMENTER SA RÉSISTANCE MAGIQUE.
▲ LOCALISATION : EN ORLAÏS, AU CERCLE EN TRAIN DE TYRANNISER LES MAGES OU EN VADROUILLE POUR DÉNICHER LES APOSTATS.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Mai - 20:56

PREMIER SANG
FEAT. SEHRIS VANLOS
Aucune mauvaise intention ne se dissimule derrière la tête de Talys. Aucune escroquerie, aucune fourberie, juste une gentillesse qui pourrait très bien se retourner contre elle si elle n'est pas prudente. Cela a toujours été son point faible peu importe ses efforts. Chassez le naturel, celui-ci revient au galop. Néanmoins, la mage n'est pas une écervelée ou encore une idiote qui s'imagine que tout le monde possède un bon fond. Elle est bien consciente que certaines pourritures existent dans Thédas et ce, peu importe les apparences, les années d'amitié qui ne veulent parfois rien dire. Talys connaît le goût amer de la trahison. Finalement c'est peut-être le pire, plus qu'un inconnu qui retourne sa veste au dernier moment contre vous. Là, l'elfe ne sait pas à quoi s'attendre. L'assassine est de nouveau sur pieds, grâce à elle, et pourrait très bien finir sa mission maintenant. Sauf qu'elle ne l'a pas fait, la première fois. Pourquoi. Voilà qui perturbe beaucoup Talys. Celle-ci laisse néanmoins ses interrogations de côté lorsqu'une question arrive à ses oreilles. Une très bonne question qu'elle s'est elle même posée. « Je ne sais pas si j'aurais dû mais tu m'as étrangement épargnée, la dernière fois. Je voulais te rendre la pareille. » Et le comportement des bandits était vraiment répugnant ainsi que lâche. Elle ne pouvait pas continuer son chemin sans rien faire, ce qu'elle se garde bien de lui dire. Dans l'immédiat, elle est plus intéressée par un autre sujet. Autant ne pas s'égarer dans ses propres états d'âmes.

Talys acquiesce d'un léger signe de la tête suite à la perspicacité de l'autre elfe. Facile à deviner, cela dit. « Qui n'aurait pas de questions ? Tu étais à deux doigts de prendre ma vie et tu m'as épargnée, comme ça. Pourquoi ? » A son tour de poser les questions, de réclamer des explications. Elle marque une pause de quelques secondes puis continue sur sa lancée. « Si tu avais... ou si tu as toujours je suppose, un contrat sur moi, qui t'envoie ? L'Impératrice ? » C'est ce qui paraît le plus évident à ses yeux. Talys ignore l'identité de la rouquine ainsi que la personne qui l'envoie mais se doute qu'elle a été payé pour. En somme, un contrat, beaucoup circulant probablement toujours sur elle. Un sourire s'imprime instinctivement sur ses lèvres à l'agréable réflexion, plus qu'à l'avertissement. « Je me doute bien. Si tu ne peux pas répondre à ça, dis moi au moins qui tu es. » Un prénom. Une activité. Une origine. La blonde détaille le faciès de l'elfe en face, s'étant bien évidemment relevée entre temps. Elle garde sa paume enroulée autour de son bâton, légèrement sur la défensive car peu rassurée. Mais ce n'est pas nécessairement qu'à cause de la présence de l'assassine. Ni des brigands tous décédés. Elle n'aimerait pas, en sortant de la cabane, tomber nez à nez avec un groupe de Templiers. « Tu ne comptes pas finir le travail, n'est-ce pas ? » Au même moment, un bruit émane de la vieille armoire, close de surcroît, présente dans la bicoque. Ses yeux concentrés sont attirés, temporairement détournés. Un animal ou une personne ?  « Qui est là ? Sortez. » Elle prépare d'ores et déjà une boule de feu au creux de sa paume, gardant en vue l'autre elfe dans un élan de méfiance.
© FRIMELDA


_________________

NO MERCY
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▲ MESSAGES : 140
▲ OCCUPATION : maître assassin.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : particulièrement discrète, maîtrise des poison et de la dague.
▲ LOCALISATION : En ce moment Ferelden sous le nom de Firis
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 19:45

Premier sang
Talys × Sehris

Elgara vallas, da'len melava somniar mala taren aravas ara ma'desen melar iras ma ghilas, da'len ara ma ne'dan ashir dirthara lothlenan'as bal emma mala dir tel'enfenim, da'len irassal ma ghilas ma garas mir renan ara ma'athlan vhenas  ara ma'athlan vhenas

La noblesse semblait habiter le cœur de l'elfe. Hélas, l'honneur et la loyauté finissaient toujours par trahir ceux qui possédait de telles qualités. La demoiselle n'était pas le premier esprit juste qu'un Corbeaux éliminerait, il était assez impressionnant de voir à quel point une personne juste pouvait rapidement gêné quelqu'un de moins scrupuleux... et peut être triste aussi ? On pourrait toujours se battre pour de nobles idéaux, il y aurait toujours une dague qui se planterait dans votre dos pour les réduire à néant et souvent, sans même savoir quel rêve de grandeur elle venait de briser ainsi. Le métal courrait entre ses doigts, passant d'un bout de la main à l'autre, aiguillant ses pensées alors que les questions pleuvaient.  Le regard de l'elfe s'abandonna un moment sur l'éclat de la lune piégée dans le bout de métal qui s'égarait sur sa main. La voix de son interlocutrice emplissait la pièce, des intégrations, de la peur peut être ? Connaître sa situation pourrait-elle réellement l'aider à l'affronter ? La savoir n'était jamais un avantage garantie, n'en déplaise à ceux qui en était persuadée. Parfois, savoir, se résumait juste à contempler un échec évident et inévitable. D'un geste le métal disparut, alors que la jeune femme semblait en avoir finit de ses interrogation. Les lèvres de  Sehris s'entrouvrir mais furent vite close par un bruit sourd. Animal à l’affût, la pauvre petite était déjà prête à se défendre à nouveau. Souplement la rousse quitta son siège. L'armoire était ancienne, de taille moyenne  si quelqu'un s'y était caché ce dernier aurait dût être extrêmement rapide et discret. La Corbeau pariait d'avantage sur un animal qu'un être vivant. Naturellement sa dague trouva le chemin de sa main alors que l'autre se portait sur la poignée du meuble. Elle ouvrit la porte d'un coup sec et un éclaire roux en sortit, feulant et crachant autant qu'il le pouvait. Un poil hirsute, de petit croc et miaulement aiguë, le chaton semblait bien plus effrayer que menaçant. Un troue dans le fond de l'armoire indiqua à la tueuse comment il avait put s'y faufiler. Doucement elle mit un genoux au sol et sortit d'une sacoche un morceau de viande sèche qu'elle déposa à mi-chemin d'elle et l'animal. Le silence dura un bon moment, seul le félin le rompait par ses cracha effrayé. Il lui fallu plusieurs minutes pour se calmer, plusieurs autres pour venir renifler la nourriture et y goûter. Satisfaite Sehris se rassit et rendit enfin son attention à sa proie.

La distraction lui avait donner le temps de réfléchir et c'est avec un léger sourire qu'elle commença à répondre. «  - Savoir qui je suis ne t'aidera guère, juste un oiseau de malheur engagé pour te tuer par une personne dont je n'ai pas à révéler l'identité. » Elle avait peser ses mots, une réponse suggéré à défaut d'être franche.  Le chaton avait finit sa viande et reniflait le sol en cherchant un autre bout que Sehris lui envoya. « - Pour mon nom il ne te servira guère et le révéler me causerais plus de torts qu'autre chose. Cela tu devras également t'en passer, mais appelle-moi comme tu veux. Je m'en accommoderais. » La mention de l'impératrice plus tôt dans la conversation avait piqué l'intérêt de Sehris, ainsi donc la demoiselle avait déjà une vague idée de qui pouvait lui en vouloir au point de souhaiter sa mort. Doucement elle se releva, étirant son corps souple : « - Enfin, pour répondre à ta dernière question, non je ne compte pas finir mon travail aujourd'hui. Tu es trop sur la défensive et je risquerai d'échouer, de perdre la vie même. Je préfère un jour où tu ne me saura pas dans ton dos et où tu ne sentira pas ta mort. » Les mots avaient glissé sous sa langue, sans méchanceté, sans menace. Elle ne prenait ni plaisir, ni répulsion à tuer. C'était son travail, sa mission et un gage de liberté. Néanmoins, puisqu'elle était coincé pour la nuit entre une mage en fuite et un chat, elle décida de pousser plus loin la conversation. « - Il va de soit que je connais déjà ton nom, Talys. Je ne te ferais pas l'affront de te le demander. Je suis néanmoins curieuse de connaître la raison de ce contrat. De quoi es-tu donc accusé pour que l'on me demande ta vie? » Disant cela elle attrapa le chaton qui s'était rapprocher et le gratifia de quelques caresse alors que son ronronnement berçait doucement la pièce. L'assassin avait toujours eut une tendresse particulière pour les félins, appréciant glisser ses doigts dans leur fourrure de soie. Le glissant sur son épaule, elle se mit à rassembler du bois mort qu'elle rassembla en un petit tas devant elle. « - Tu pourrais … ?  » demanda-t-elle en désignant l'amoncellement d'un geste de la main. « - Les nuits son fraîche à Ferelden. »

Code par Azuriel

_________________


☆☆☆ La gloire est le soleil des mort.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caïn Van Geert
once i was real
▲ MESSAGES : 202
▲ OCCUPATION : RÉCEMMENT PROMU CHEVALIER-SOUS-CAPITAINE DU CERCLE D'ORLAÏS, APRES DE NOMBREUX SERVICES AINSI QU'UNE LOYAUTÉ INDÉFECTIBLE ENVERS SON SUPÉRIEUR FELIX.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : IL MANIE ÉPÉE ET BOUCLIER DÉCORÉ DES ARMOIRIES DE L'ORDRE. EN PARALLÈLE, SON ACCOUTUMANCE AU LYIRUM S’ACCROÎT DE JOUR EN JOUR POUR AUGMENTER SA RÉSISTANCE MAGIQUE.
▲ LOCALISATION : EN ORLAÏS, AU CERCLE EN TRAIN DE TYRANNISER LES MAGES OU EN VADROUILLE POUR DÉNICHER LES APOSTATS.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Juin - 22:21

PREMIER SANG
FEAT. SEHRIS VANLOS
Stupide élan de paranoïa. Il n'était pas nécessaire de s'emporter pour si peu. Lorsque Talys découvre le chaton, sortant en furie de l'armoire, sa boule de feu présente au sein de sa paume s'éteint au si vite qu'elle est apparue. En cet instant, la mage espère sincèrement ne pas avoir effrayé la petite boule de poil déjà bien mise sous tension avec l'assassine. Elle s'en veut un peu mais se ressaisit rapidement. Les animaux, en particulier les chats, l'ont toujours fait craqué. Cet imprévu lui permet d'ailleurs de constater la réaction bienveillante de l'autre elfe envers le chaton. Un sourire ne peut s'empêcher d'apparaître sur ses lèvres en observant la scène sous ses yeux. Si elle n'a pas oublié les questions qui la taraudent, elle ne relance pourtant pas le sujet dans l'immédiat. C'est bien l'assassine qui s'en charge, décidée à lui répondre sans vraiment lui répondre. Talys n'est pas plus avancée qu'avant. Elle lâche un faible soupire, comme résignée face à l'attitude très fermée de la belle elfe. Au moins cette dernière est-elle honnête avec elle et en ce point, elle ne peut lui en vouloir. Il faut dire qu'en certaines situations, la mage n'est pas plus bavarde au sujet de sa propre identité ou de ses intentions. « Je vois, on dirait que ce n'est pas la peine d'insister. » Résignée oui, plus ou moins en cet instant, mais pas moins déçue pour autant. Puis arrive la réponse à sa dernière question. « Rassurant. » Peu enjouée à l'idée de sa mort, elle n'est pas de celles qui supplient lorsque l'heure est venue... Seulement, Talys ne sera pas une proie facile. Elle se conforte en tournant son regard sur la boule de poils, allant à son tour le caresser et vérifier s'il n'a pas besoin de soins. Dans le doute, elle lance un sort censé soulager le chaton si tant est que celui-ci souffre d'un mal.

Une fois sa courte besogne achevée, le chaton part de nouveau dans les bras de l'autre elfe. Cette fois-ci, il semble que ce soit au tour de Talys de répondre à des questions. Enfin, si elle est disposée à le faire. Elle ne rétorque pas dans l'immédiat, comme pensant le pour et le contre dans son esprit. Un instant où elle reste immobile sur place, pensive. Ressassant légèrement le passé qui n'est pas agréable en tous points... surtout pas les derniers. Elle ne sort que de celles-ci qu'à l’interpellation de l'assassine, hochant brièvement la tête. La seconde d'après, elle allume le feu à l'aide de sa magie. « Oui, c'est vrai. Au moins nous ne sommes pas seules... » Elle évoque le chaton, s'approchant en venant le caresser alors qu'il est toujours logé sur l'épaule de l'autre. La proximité ne la dérange plus, elle semble toute suite moins stressée avec le félin juste à côté. Pas totalement détendue mais presque et surtout, le sourire éclatant sur ses lèvres lorsqu'elle papouille la bête. Lorsqu'elle se stoppe, son regard croise le sien. « Pour ta question... Je suppose que je peux t'en parler, au moins pour démentir tous les ragots mal fondés à mon propos. » S'approchant du feu, elle prend place autour de ce dernier avant d'entamer ses explications. « Je suis accusée d'assassinat et de trahison. Pour le premier, c'est la vérité, mais il s'agissait là d'une demande de l'impératrice en personne.... avant que justement, elle ne me trahisse. Je n'ai pas eu d'autre choix que de fuir. Suite à ça, elle n'a pas hésité à me pourrir en inversant les rôles. » L'amertume en bouche ainsi que ses expressions sont bien la preuve qu'elle conserve une rancune profondément encrée. Sans s'en rendre compte, en raison de ses émotions internes, le feu paraît soudain plus agité qu'auparavant. Comme s'il y avait du vent aux alentours alors que la chose est impossible dans la bicoque. Les flammes sont d'ailleurs plus grosses qu'il y a quelques instants.
© FRIMELDA


_________________

NO MERCY
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▲ MESSAGES : 140
▲ OCCUPATION : maître assassin.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : particulièrement discrète, maîtrise des poison et de la dague.
▲ LOCALISATION : En ce moment Ferelden sous le nom de Firis
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Juin - 20:29

Premier sang
Talys × Sehris

Elgara vallas, da'len melava somniar mala taren aravas ara ma'desen melar iras ma ghilas, da'len ara ma ne'dan ashir dirthara lothlenan'as bal emma mala dir tel'enfenim, da'len irassal ma ghilas ma garas mir renan ara ma'athlan vhenas  ara ma'athlan vhenas

Le crépitement du feu emplit la pièce, lumière et chaleur ne tardèrent pas à se répandre dans la petite cabane abandonné. Un soupir de soulagement échappa à l'elfe qui ne tarda pas à étendre ses bras pour mieux absorbée cette soudaine chaleur. Le chaton semblait avoir gagné l'affection de la mage. Cette dernière méritait bien d'être un peu plus rassurer qu'elle et Sehris souleva la boule de poils pour la caler dans les bras de son interlocutrice. D'une oreille des plus attentive elle écoutait chaque réponse, les gravant dans sa mémoire pour plus tard. Elle pouvait comprendre l'attitude de Talys. Il n'était jamais agréable d'être auprès d'une personne qui désirait votre mort pour une raison ou une autre, même si Sehris n'était pas la plus cruelle, elle n'en restait pas moins une tueuse. Au moins l'elfe en fuite a-t-elle comprit que la discrétion faisait partie de son contrat, elle préférait ça. Le Créateurs et Mythal seuls savaient les pouvoirs qu'un mage pouvaient déployer pour apprendre ce qu'il désirait et la Corbeaux ne se sentait guère d'humeur à tester la magie du sang ou n'importe qu'elle autre aberration pouvant la priver de sa volontés propre.

Tranquillement elle sortit de son sac quelques vivre, viande séché, pomme de terre récupéré dans un petit village des environs, herbes aromatiques. De quoi cuisiner un ragoût de fortunes qui aurait au moins le mérite de leur tenir au corps pour la nuit. Les ingrédients furent découper avec attention et jeter dans une vieille casserole qui l'accompagnait dans tout ses déplacement. « - Je vois... » finit-elle par lâcher après que Talys lui eut raconter son histoire. « - C'est pour cela que les assassins de profession utilise des contrats, nous avons toujours un moyen de nous retourner contre nos employeur... Ces derniers ferait tout pour éviter un scandale...  » Doucement elle se mit à touiller la mixture, une odeur de nourriture commençant à imprégner la pièce. « - Personne ne peux témoigner pour toi ? Si tu arrivais à obtenir un moyen de pression sur la personne que tu soupçonnes d'avoir placé une prime sur ta tête, tu pourrais la convaincre de la lever... Pour ça ils n'y auraient ensuite qu'à nous reverser la sommes engager. Nous ne travaillons pas pour rien, quoiqu'il arrive. Tu comprends ? » Elle se retint d'expliquer qu'un déplacement était toujours cher, que leur groupe ne travaillait pas pour rien et qu'il n'hésitait pas à venir prélever eux-même leur dû si on ne l'honorait pas.

Un dernier tour de cuillère et le repas fut près. Sehris attrapa une gamelle en bois et un chope qu'elle remplit toute deux du ragoûts. « - Je n'ai qu'une assiette, désolée. » Sans plus attendre elle se mit à manger. « - Vas-y, je n'ai pas empoisonner le repas. Tu veux que je goûte dans ton plat? » Les gens était parfois si paranoïaque quand ils étaient en présence d'un assassin, comme si on allait de les tuer dés que possible... Un meurtre demandait un minimum de préparation pourtant... Sehris avait prit l'habitude de se plaindre de cette crainte ambiante, pour sa part elle guettait le moment parfait plutôt que l'occasion. Une occasion ça se représente toujours et ça à toujours une chance d'échouer... le moment parfait en revanche... Personne n'en revenait jamais de celui-là. « - Bon appétit. »

Code par Azuriel

_________________


☆☆☆ La gloire est le soleil des mort.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Caïn Van Geert
once i was real
▲ MESSAGES : 202
▲ OCCUPATION : RÉCEMMENT PROMU CHEVALIER-SOUS-CAPITAINE DU CERCLE D'ORLAÏS, APRES DE NOMBREUX SERVICES AINSI QU'UNE LOYAUTÉ INDÉFECTIBLE ENVERS SON SUPÉRIEUR FELIX.
▲ COMPÉTENCES ET ARMES : IL MANIE ÉPÉE ET BOUCLIER DÉCORÉ DES ARMOIRIES DE L'ORDRE. EN PARALLÈLE, SON ACCOUTUMANCE AU LYIRUM S’ACCROÎT DE JOUR EN JOUR POUR AUGMENTER SA RÉSISTANCE MAGIQUE.
▲ LOCALISATION : EN ORLAÏS, AU CERCLE EN TRAIN DE TYRANNISER LES MAGES OU EN VADROUILLE POUR DÉNICHER LES APOSTATS.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Juin - 13:46

PREMIER SANG
FEAT. SEHRIS VANLOS
Les flammes s'agitent, indomptables, tandis que l'elfe inspire une nouvelle fois. La présence du chaton est réconfortante au plus haut point, forcément plus qu'une assassine à proximité d'elle. Néanmoins, Talys ne blâme pas les intentions de cette dernière qui exécute simplement sa mission. Qui serait-elle pour juger une personne ôtant la vie d'une autre alors qu'elle-même fut confiée d'une telle tâche un an plus tôt ? Ce n'est pas la plus saine des activités mais chacun lutte comme il peut pour sa survie. Après avoir répondu aux interrogations de la rouquine, Talys reste silencieuse quelques instants. Ses pupilles plus tôt encrées dans le vide se concentrent désormais sur la mixture préparée. Elle note chaque ingrédient qui vient composer celle-ci, peut-être dans le doute, appréciant néanmoins l'odeur qui s'en dégage. C'est à la question posée que la mage relève les yeux sur sa vis-à-vis, une personne se faufilant immédiatement dans ses pensées. Ambre... La seule amie fiable au Palais, seul rayon de soleil qui brille encore lorsqu'elle songe au passé. Elle est pourtant certaine que sa mère, l'impératrice, lui aura empoisonné l'esprit de faux ragots à son propos. « Peut-être une personne... Enfin, même si je parvenais à lever la prime, je n'ai pas les moyens de reverser la somme. » Les poches suffisamment pleines pour survivre, le temps sont particulièrement durs. D'ailleurs, elle ne sait même pas la véritable somme qui circule sur sa tête... Si tant est qu'il n'y en ait qu'une. « Dis moi, tu seras payée combien si tu réussis ? » Elle prend sur elle pour ne pas en demander plus sur ce "nous" qui l'intrigue énormément. Plusieurs personnes qui tuent en suivant un contrat, cela ne lui est pas inconnu.

Talys, toujours installée au coin du feu, est bien contente d'avoir son repas presque servi les pieds sous la table en cette soirée. Cela fait si longtemps qu'elle n'avait pas connu ce confort, pourtant bien éloigné du banquet de Aurore, au Palais. Si elle hésite tout d'abord en songeant au risque empoisonnement, son ventre qui grogne trahi très rapidement sa faim. Elle décide de croire aux paroles de l'assassine qui de toute manière, aurait eu nombre d'ouvertures un peu plus tôt pour la tuer. « Merci, ça ira. Bon appétit. » La première bouchée est encore légèrement soupçonneuse, quoi qu'elle en dise. Talys prend son temps pour mâcher tout en observant la rouquine. C'est au tour de la deuxième, puis de la troisième, la jeune elfe tenant encore debout et se sentant en parfait état. Bien sûr, il n'y avait pas lieu de s'inquiéter autant. Elle apprécie d'ailleurs beaucoup le repas qui bien que simpliste et préparé avec les moyens du bord, n'est pas moins délicieux. « C'est très bon. » Un sourire chaleureux est lancé à celle avec qui elle partage le dîner tandis que le chaton arrive pour réclamer sa part. C'est sans attendre que Talys lui offre une partie du ragoût, décidément très sensible aux yeux doux de l'animal. Celui-ci ronronne en se collant à elle puis arrive près de l'assassine pour faire le même cinéma. En voyant cette scène, la mage ne peut s'empêcher un léger rire. « Ça va être dur de s'en détacher. Qu'est-ce qu'on va faire pour lui ? » Alors qu'elle était à une certaine distance, Talys se rapproche du chaton ainsi que de sa compagnie de la soirée pour finir son assiette. Loin d'être maintenant dénuée de méfiance, elle n'est tout de même pas paranoïaque au point où l'est l'impératrice. « Pour une assassine, tu es plutôt sympathique. Et mignonne. »

◈ ◈ ◈

Le repas se déroule chaleureusement. Plus que Talys ne l'avait envisagé et sans coup fourrés ni tentative mal placée. Elle se découvre même une sorte d'attirance pour la rouquine mais l'ôte bien vite de son esprit. Lorsqu'elle termine son assiette, elle repose celle-ci puis remercie pour le repas. Un vrai régal. Elle n'est d'ailleurs pas la seule à finir car l'assassine achève à la suite son dîner, visiblement rassasiée. Et fatiguée. Talys reste quant à elle éveillée, moins stressée mais incapable de s'endormir à ses côtés. Elle se contente d'observer sa compagne de la soirée ainsi que le chaton blotti contre elle. C'est une scène attendrissante qui la pousse à s'accorder quelques minutes supplémentaires ici... Un sourire sur les lèvres bien rapidement dissipé. Lorsqu'elle est certaine que l'assassine est bien endormie, Talys se lève doucement. Elle vérifie que ses affaires ne sont pas éparpillées, récupère son bâton. Elle jette encore un coup d’œil à la rouquine et à l'animal qu'il lui fait mal au cœur d'abandonner. Un dernier sourire doux est lancé. Au moins est-elle sûre que l'autre ne livrera pas le chaton à une mort certaine. Enfin, décidée malgré les dangers de la nuit, la mage s'évapore hors de la bicoque. Mieux vaut partir et dormir ailleurs, peut-être. Protéger ses arrières jusqu'au bout. Mais elle le sait, elle verra à nouveau cette mystérieuse elfe.
© FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DAWN WILL COME :: L'AUBERGE DU PENDU :: CIMETIÈRE :: RP-
Sauter vers: