(Marlène) Des nouvelles d'Orlaïs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Mer 7 Juin - 22:40

Marcus n'aime pas l'admettre, mais il a des supérieurs. Lui qui est habitué à la route et a travaillé seul doit rendre des comptes à sa capitaine. Il n'aime pas trop le faire, mais les templiers ne peuvent pas le laisser faire tout ce qu'il veut. On n'ose pas imaginer toutes les choses qu'il ferait, s'il n'avait pas la moindre personne pour le discipliner de temps en temps. Marcus doit quand même admettre qu'il serait probablement un bien pire templier, si le capitaine Cousland n'était pas là. Bien sûr, elle lui a fait endurer la corvée de patates plus souvent qu'il a mangé le tubercule dans sa vie, mais il sait qu'elle ne fait que son devoir.

Habituellement, leur rencontre va d'une certaine façon. Il va la voir lui et donne son rapport de mission. Ensuite, la capitaine va lui dire qu'elle a entendu une rumeur de comportement déshonorable d'un templier habituellement avec une jeune femme de bonne famille. Marcus finit par admettre qu'il y a quelque chose de vrai dans les accusations et il finit par recevoir une punition. Le templier n'apprend que lorsqu'il a un véritable sentiment de culpabilité que sa capitaine ne fait qu'exacerbé. Heureusement pour lui, le fait qu'il accomplisse la plupart de ses missions avec succès l'empêche de subir des conséquences trop grandes pour son manque de discipline.

La mécanisation de leur rapport a mené à une certaine légèreté malgré les punitions. Le tout est tellement prévisible, qu'ils sont pratiquement dans un certain confort malgré ce qui arrive. Il se sent presque obligé de mal agir par moment parce qu'il n'aura qu'un rapport très ennuyeux à donné s'il n'a pas une occasion. Toutefois, aujourd'hui on peut sentir qu'il y a quelque chose d'un peu différent par rapport à ce qui arrive. Son visage est plus sombre et généralement il n'arrive pas aussi tôt de mission. Apparemment, il a senti le besoin de venir directement du cercle d'Orlais à Ferelden. Quelque chose à Orlaïs l'a clairement choqué au pont où il a sentit le besoin de revenir ici après avoir délivrer les missives qu'on lui avait donner comme objectif de donner.

Il arrive dans les bureaux de la capitaine et s'incline de façon formelle. Habituellement sa gestuelle reflète quelque peu le manque d'importance qu'il apporte à la rigueur du protocole. Aujourd'hui, toutefois, c'est très différent, il semble avoir gagné un cran de professionnalisme. Il a clairement quelque chose qui ne va pas aujourd'hui pour le templier qui prend habituellement tout avec humour et qui s'inquiète si rarement. Aujourd'hui, il semble avoir été choqué et il espère trouver un peu d'aide chez sa capitaine. Marcus est clairement inquiet par ce qu'il a vu. Sa nature l'amène loyal, l'amène à voir un supérieur dans un objectif de fournir une résistance plus grande.

-Capitaine, je suis revenue de ma mission de coursier d'Orlais....les choses sont ce sont passé comme prévu, mais j'ai des choses à vous rapporter.

Il fit une pause empreinte de force pour ensuite regarder derrière lui et s'assurer que la porte était bien fermée et que personne ne soit autour. Très clairement, Marcus n'est pas à son tempérament habituel. Il sait que plusieurs templiers n'aimeraient pas entendre ce genre de chose. Il sait que la relation entre lui et Marlène sont loin d'être idéales, mais si les templiers ne corrigent pas le problème à l'interne à nouveau les mages feront sentir leur colère et le sang coulera. Marcus se dit que s'il ne trouve pas du support chez Marlène, il se trouva tout seul face à ce qu'il a vu.

-Je parle ici de nouvelles graves. J'utiliserais le mot torture
avatar
In Blood and Tears
▲ MESSAGES : 145

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 19 Juin - 23:46


Des nouvelles d'Orlaïs
Marcus × Marlene

Deep in the ocean, dead and cast away where innocence is burned in flames. A million mile from home, I'm walking ahead I'm frozen to the bones, I am... A soldier on my own, I don't know the way. I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate...

Les pression se faisait sentir, doucement... subtilement... un main de fer qui étranglait progressivement le peu de liberté et de respect que la seconde inquisition avait réussit à amener le siècle précédent. Enfermer les mages, apaiser ceux qui résistait... se montrer ferme. Toujours plus ferme. Le chevalier-capitaine récemment promu observait avec inquiétude son cercle en reconstruction. Quel ironie l'avait amener à un poste auquel elle aspirait tant en des temps qui méprisait ses convictions les plus profonde ? Hier encore un corbeau était arrivé, s'inquiétant du temps que mettait la reconstruction, du faible taux de mage arrivant à Orlaïs... du nombre de patrouille de gardes des ombres que les templiers rencontraient. Elle avait toujours une bonne excuse, une explication parfaitement justifier. Mais combien de temps s'écoulerait avant qu'on finissent par la juger trop laxiste pour ce poste ? Combien de temps avec qu'une personne plus proche des idées de Faustine prennent sa place ? Qu'adviendrait-ils alors des mages de Ferelden ?  

Comme si elle devinait les sombres pensée de sa maîtresse, Penthagast se releva et vint se coller à sa jambe. Un gémissement échappa à la mabari, ces chiens étaient décidément trop malin pour ne pas comprendre ce qui se passait autours d'eux... « - Nous allons devoir jouer subtilement Penthagast... » Hélas la subtilité n'avait jamais été le fort de la géante blonde. Elle avait toujours préféré allez au cœur du problème. Si ça ne tenait qu'à elle, elle aurait bien aimer expliquer sa façon de penser à la nouvelle Divine... Malheureusement la hiérarchie était une chose importante pour les templier, peut être pourrait-on trouver un autre moyen d'adoucir les angles ? De regagner doucement une liberté trop chèrement acquise par les mages avec patience ? Hélas, les alliés était trop rare et elle ignorait encore sur qui elle pourrait s'appuyer dans cette tâches. Un coup frapper à sa porte la tira de sa contemplation. Quittant la fenêtre pour une table où s'étalait les plans du futur cercle, Marlene lâcha un « - Entrez! » des plus fermes.

Un bref instant elle se retint de soupirer en voyant le templier Vasari passer la porte. Si elle ne pouvait nier avoir une certaine affection pour ce dernier, son attitude laissait particulièrement à désiré... Et il avait passer plus de temps à éplucher des tubercules que n'importe quel autre templier. Pourtant aujourd'hui Vasari semblait inquiet, tendu... Une attitude qui ne lui ressemblait guère. Marlene mit de côté les dernières rumeurs qu'elle avait entendu et lui fit signe de s'asseoir. Les premiers mots qu'il prononça vinrent confirmer ses pires craintes. Fallait-il que la Chantrie soient devenue folle ? Le visage déjà sérieux de Marlene se durcit un peu. « - J'espérais que cela ne soit que des rumeurs. » Le chevalier-capitaine ouvrit la porte et ordonna à Penthagast de se poster devant. La chienne ne laisserait personne approcher sans aboyer et personne ne serait assez fou pour braver la féroce mabari. Seul point positif, au moins Marcus Vasari semblait partager son avis sur les rumeurs d'Orlaïs. « - Je vous en prie, prenez place. Racontez-moi tout dans les moindres détails. » Une carafe de vin et deux verres rejoignirent la table. Marlene ne doutait pas que la discussion serait longue et difficile.



Code par Azuriel

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Mar 20 Juin - 2:32

Il devait décider un peu des détails qu'il communiquerait à sa supérieure. Elle la sait très professionnelle et ses manquements à la discipline sont très connus. Marlène sait aussi pourquoi, il a été envoyé en mission. En même temps, les raisons pour lesquelles il sait ce qu'il sait maintenant sont pour des raisons fortuites. Ses flirts avec Katrina, une magicienne, ne sont probablement pas une chose qu'elle devrait entendre. Toutefois, cette conversation  l'avait probablement garder au cercle un peu plus longtemps que prévu ce qui l'a fait apprendre ce qui s'y passait véritablement et à quel point le chevalier-capitaine Seneca était un homme dangereux. Il adressa l'officier supérieur sur un ton aussi professionnel que possible, mais on sentait une certaine réflexion de ses paroles.

-Je suis aller voir les contracteurs à Orlaïs comme prévu, mais j'ai eut un accident sur la route et mon cheval à jeter mon lyrium au sol.

Marcus était forcé de faire une petite pause, puisque de perdre sa dose pour un templier errant était quand même un accident majeur, au minimum c'est très embarrassant. Il s'efforça quand même de continuer aussi rapidement que possible pour que sa capitaine n'aille pas le temps de répondre.

-J'ai fait un arrêt au cercle d'Orlaïs pour être capable de me ressourcer et j'y ai passé quelque temps. Le climat de l'endroit est tendu pour le moins dire, mais je pensais que c'était surtout le résultat de tous ses mages envoyé récemment aux cercles. Ce n'est pas exactement le cas.

Il se tira une chaise et s'y assis se disant qu'il pouvait être là pendant un moment.

-J'ai appris de la part d'autre templier qu’apparemment, ceux-ci état assez fière d'eux d'avoir faire parler un dirigeante d'une fraternité des mages sur la cachette de son apprentie. Apparemment, elle ne pouvait même plus tenir debout après le traitement. Je crois qu'ils ont même à demi avouer qu le commandant était présent.

Il se tira une chaise et s'y assiste se disant qu'il pouvait être là pendant un moment. Il ne précise pas que les raisons comment il avait réussi à rendre les templiers plus loquaces. Spécifiquement, qu'il les avait amenés à une maison close et les avait soulés toute la soirée avant d'être capable de leur tirer les vers du nez. Ils y ont aussi quelques détails qu'il omettait de cette version des faits, mais ce n'était pas la fin de l'histoire, mais ce n'était pas important. Marcus sait que Marlène ne veut pas entendre ce genre de détails, surtout après avoir entendu parler de vieille dame maintenant incapable de marcher.

-Bien sûr, j'ai voulu voir de mes propres yeux et disons que j'ai réussi à me rendre au sous-sol et disons que j'y ai entendu biens des hurlement. Je sais que j'aurais dû trouver quelques preuves matérielles, mais je n'ai pas eu le temps, puisque j'ai dû fuir peu de temps après mon arrivé, heureusement, personne ne m'a vue.

Il reprit son souffle après avoir donné sa version des faits et ensuite il recommença à regarder l'officier supérieur. Marcus était clairement consterner par ce qu'il avait été témoin. Une attitude très peu commune chez lui qui montrait que ce qui lui était arrivé avait marqué son esprit.

-C'est à peu près tout capitaine, vous en pensez quoi?
avatar
In Blood and Tears
▲ MESSAGES : 145

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut