❖ « Like glitter and gold »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Jeu 21 Sep - 0:30




Like glitter and gold

I am flesh and I am bone, rise up ting ting like glitter and gold

   La nuit est douce, comme souvent sous ces latitudes. Les fenêtres de la chambre sont même restées ouvertes, laissant passer un léger courant d'air à travers la pièce. Retrouver la tiédeur des nuits du nord de Tévinter a été un plaisir pour Ivo, qui est un rien frileux à l'occasion. Mais aussi la douceur des draps et d'un véritable lit, pas un hamac ou une couchette étroite, sur un bâtiment soumis au roulis des vagues d'un océan capricieux.
Plus que satisfait de sa position actuelle, d'ailleurs, le semi-elfe s'étire avec un soupir proche de celui d'un chat satisfait. Sa peau entièrement dénudée glisse délicieusement contre le tissu léger, tandis qu'il inspire une grande bouffée d'un air parfumé qu'il affectionne par dessus tout. Qarinus et la villa Tilani lui ont manqué. Indéniablement. Durant ses dix années d'exil, jamais il n'avait osé envisager sérieusement qu'il y remettrait les pieds. Oh, il en avait rêvé, ça oui. Mais il ne s'était pas fait d'illusions. Le patriarche Tilani lui aurait planté une flèche dans le crâne s'il avait osé reparaître. Bon, ça fait pratiquement un an qu'il est à nouveau l'heureuse possession de Sextus, mais Ivo en est encore à savourer cette vie retrouvée. Avec des améliorations indéniables. La menace du père s'est éteinte, et les cinq aînés de son maître également. C'est à présent le benjamin de la famille qui mène le navire, ce qui n'est évidemment pas pour déplaire à l'esclave. Son existence était de bonne qualité à l'époque ; elle est tout bonnement exceptionnelle aujourd'hui. Oui, il mesure sa chance à sa juste valeur. Pas fou, l'oiseau.

Ouvrant les yeux, il se redresse sur les coudes pour venir poser sa tête sur le ventre de Sextus, tout aussi dénudé que lui et alangui dans le lit. D'un geste leste, Ivo se saisit du papier que le jeune Magister consultait avec une attention certaine, et le cale devant ses yeux pour le parcourir à son tour.

- Voyons ce qui peut être plus intéressant que moi nu au milieu de tes draps... Aucun reproche dans ses mots, juste un certain amusement, une simple constatation qui manifeste de sa grande curiosité naturelle. Un léger sourire étire le coin de ses lèvres, et il lance un coup d'oeil taquin à son maître et amant. Mais c'est que tu tiens des listes de tes conquêtes, maintenant ? Tu les répertories pour flatter ton ego ? Pouffe-t-il doucement tout en continuant de parcourir les noms en diagonal.

.SHADOW
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Dim 1 Oct - 22:19


« LIKE GLITTER AND GOLD »

Généralement après une nuit agitée, et celles de Sextus l'étaient pour des raisons assez particulières, Sextus aimait à laisser son corps engourdit par diverses prouesses nocturnes se reposer gentiment dans l'air frais du matin, et parfois, pourquoi pas, se laisser aller à quelques tendresses qui pouvaient se changer en un retour de soirée fort agréable pour débuter la journée. Mais pas ce matin; il avait du travail. Et le Créateur, aux anciens dieux, savent à quel point il aurait préféré faire ses comptes plutôt que ce qu'il était en train de faire; d'autant plus que la vue des fesses rebondies d'Ivo à quelques centimètres de lui était une diversion bien tentante. Mais il restait concentré sur la liste; rajoutant mentalement des points  à ce qui était déjà écrit, laissant échapper un soupir, mais les yeux rivés sur le parchemin.
Son compagnon cependant fut lui aussi tiré du sommeil et il se retrouva bien vite en contact avec la peau chaude et attirante de son esclave, favori, amant, ami, d'Ivo quoi. Mais contrairement à ce qui est trop souvent dit, quand il se doit d'être sérieux, Sextus est parfaitement capable de l'être, malgré l'amour de la tentation qui se pose sur son torse. Et lui vole son travail, avant de lui lancer une petite pique qui lui tire un sourire. De la Maisonnée, seul Ivo aurait pu se permettre telle remarque.


"La liste de mes conquêtes ? Tu vois bien qu'elle est bien trop courte pour ça !" lâche-t-il dans un rire cristallin avant de récupérer sa feuille, mordant au passage, non sans une certaine lascivité, la main du voleur. "Et ne me tente pas, je pourrais te punir de mille manières de ton audace" lâcha-t-il d'une voix qui voulait tout dire avant que ses yeux ne se reposent sur la liste et qu'un soupir ne retraverse ses lèvres; il s'installa plus confortablement dans les bras d'Ivo, leurs corps enlacés, pour profiter du contact de sa peau mais aussi lui laisser voir ce qui lui causait soucis; il avait besoin de conseils  et il était le plus à même de lui donner, peu importe leur position et situation actuelle. "J'ai besoin d'un héritier, les Tilani se sont réduits à peau de chagrin, il ne reste guère plus que moi, et je refuse de laisser tout ce que j'ai bâti tomber en ruine" si l’ego de Sextus devait bien se trouver quelque part, ce n'était pas dans une longue litanie de conquête, mais bien dans ce qu'il avait accomplit. Les conquêtes en faisant partie, bien entendu. "C'est la liste de mes prétendantes, des femmes Tevintides bonnes à épouser qui m'apporteraient des avantages sans désavantages; elle est aussi courte que désespérante." Il pointa les noms; trop moche, trop pauvre, trop faible, trop indépendante. S'en était désespérant.





avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 6 Nov - 10:36




Like glitter and gold

I am flesh and I am bone, rise up ting ting like glitter and gold

   Cela peut sembler étrange pour toute personne extérieure, mais Ivo n'a jamais été aussi heureux et satisfait qu'entre les mains de la famille Tilani. Ces dix années en tant qu'homme libre n'ont été qu'une vaste plaisanterie ayant manqué de peu de le conduire droit à sa perte plus d'une fois, et qui aurait très bien se terminer au fin fond d'un caniveau. Il a eu de la chance, et il le sait. A croire que sa bonne étoile n'a pas fini de briller au dessus de sa tête. Ce dont il lui est reconnaissant, d'ailleurs.
Cependant, sa reconnaissance et son affection se portent avant tout sur quelqu'un de bien tangible, pas un astre lointain et anonyme, haut dans le ciel. Et cette personne vient de lui reprendre le document avec un léger rire, avant de venir planter doucement ses dents dans sa main. Ce qui arrache à l'esclave un sourire amusé, accompagné de quelques gloussements discrets.

- Punis-moi donc, si ça peut t'amuser. souffle-t-il tout en se redressant à son tour pour laisser Sextus s'installer à son aise contre lui, passant ensuite ses bras autour de son torse pour l'enlacer. Dans cette position, il est plus facile de parcourir cette liste du regard, ce qui n'empêche pas Ivo d'en profiter pour cajoler son jeune maître. Des caresses sur le ventre, un baiser sur la tempe, des gestes auxquels il ne prête plus vraiment attention, comme des automatismes.
Lorsque le Tilani évoque le nombre affreusement bas des membres de sa famille, l'aîné juge bon de retenir une réflexion sarcastique du genre "La faute à qui, à ton avis ?", et se contente de lever les yeux au ciel, néanmoins sans rien perdre de son sourire. En revanche, quand il lui révèle qu'il s'agit-là d'une liste de futures madame Tilani potentielles, son intérêt est piqué au vif.

- Ah oui ? Je comprends que ce soit un casse-tête. Je suis bien content de ne pas avoir à me préoccuper de ça. Ceci dit... Si je pouvais éviter de me retrouver avec une mégère qui passerait son temps à me prendre pour son toutou de compagnie, je te cache pas que ça m'arrangerait.

Alors qu'il parcourt la liste du regard, deux ou trois noms retiennent son attention. Ces demoiselles, il les connaît au moins de vue, et même s'il ne connaît pas grand chose de leurs personnalités, il leur reconnaît une beauté évidente. Il lève donc une main pour les pointer de son index.

- Aelius, Casca et Vergili sont des familles respectables, et leurs filles sont plutôt agréables à regarder et assez intelligentes, pour ce que j'en sais. Elles n'ont pas l'air de faire beaucoup de vagues, ceci dit. Je suppose que c'est un bon point ? Puis ses prunelles se posent sur un nom qu'il a jusque là involontairement laissé de côté, et il ne parvient pas à retenir un petit rire. Livia Varus ? C'est pas elle qui me fait rire, mais je repense à sa soeur. Non seulement elle a la grâce d'une otarie échouée sur la plage, mais en plus il paraît qu'elle courait après le Divin. Ca fait encore rire les esclaves de la Flèche d'Argent. Mais Livia, c'est une bonne idée. En plus il paraît que tu lui as sacrément tapé dans l'oeil.

.SHADOW
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Lun 27 Nov - 15:31


« LIKE GLITTER AND GOLD »

Il sait très bien ce qu'Ivo pense, sur la disparition de sa famille, il n'empêche que Sextus veut la reconstituer, et ne pas que la dernière Tilani en vie si il lui arrivait quelque chose soit sa mère, folle et enfermée dans sa chambre; il évitait d'y penser. Ivo en tentateur le poussa à la punition; on y viendrait après. Bien entendu il avait son avis sur la question de la bonne femme à prendre et elle fit rire Sextus ; "je comprend, par le Créateur, un esclave à qui on donne des ordres, quelle idée !"  Les connaissances d'Ivo en matière de femmes connues à travers Tevinter étaient d'une ressources incroyable "je vais finir par croire que tu joues plus avec le coeur des dames que moi avec le cul des autres" lâcha Sextus dans un demi-rire tandis que son ami lui faisait le listing des belles têtes épousables.

Soudain il le sent rire derrière lui. Livia Varus ? Il ne voyait pas le soucis; jusqu'à qu'Ivo raconte l'histoire sur sa soeur, là, Sextus fut prit d'un long fou rire, roulant sur le lit et terminant dans les bras, contre le torse, de son esclave a calmer ses rictus avant d'essuyer les lames de rire qui étaient parvenues à ses yeux.
"La malheureuse ahahah, ça doit être à cause d'elle que ce cher Faustus évite les femmes et peut-être les otaries comme la peste et préfère se réfugier dans mes bras; il viendra bientôt d'ailleurs, je gage que tu sauras faire le nécessaire et non lui je ne le partage pas." mais Ivo avait soulever un point important. Livia Varus "je la connais, enfin, elle est plutôt douée derrière un rideau en pleine soirée" et elle était loin d'être bête; il ne voulait pas qu'un utérus pour porter des héritiers, il voulait une complice et le peu de temps qu'il avait passé avec elle avait été agréable. "On va tenter. Mets-toi sur le dos, punition." Sextus se leva pour aller chercher papier et encre et une plaque de bois, avant de s'installer confortablement, et toujours aussi nu, sur Ivo qui lui servait alors de bureau, tout aussi nu.
"Au père de Livia Varus - honnêtement je me souviens plus de son nom et titre, je suis magister, pas bureaucrate - étant donné que j'ai déjà souillé votre fille, la belle, pas le phoque ( et je ne pense pas être le premier cela dit) il me semble être raisonnable d'accepter votre proposition de l'épouser; en homme honnête et généreux je me passerais de la dot, les talents de la bouche de votre fille compenseront. Vous payerez cependant les frais du mariage car après tout, c'est vous qui proposez. Bien aimablement Sextus Tilani, Magister de l'empire." Il avait écrit ça en riant, et cela se voyait sur les taches d'encre et l'écriture; bien entendu ce n'était pas la version finale, mais si il devait accepter une épouse, autant s'amuser un peu, surtout vu sa position actuelle.





avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas

le Ven 2 Fév - 19:31




Like glitter and gold

I am flesh and I am bone, rise up ting ting like glitter and gold

   Le rire léger du Tilani entraîne celui de son aîné, plus discret. C'est vrai que de la façon dont il s'est exprimé, on pourrait croire que Ivo redoute de recevoir des ordres, ce qui n'est pas tout à fait le cas. Quoique, il y en ait certains qu'il avoue craindre, mais il essaie de ne jamais trop y penser. Histoire de ne pas provoquer la malchance. Et puis de toute manière, ce n'est pas comme si ça risquait de se produire dès le lendemain. Pour le coup, il préfère préciser sa pensée.

- Non, c'est pas ce que je voulais dire ! Qu'on me dise quoi faire, ça c'est normal, et je vais pas m'en plaindre. Par contre, je n'ai pas envie qu'on me prenne pour un petit animal de compagnie qu'on peut promener à sa guise partout en lui mettant des rubans dans les cheveux. Si tu vois ce que je veux dire. Et puis je suis comme un chat, je n'ai qu'un seul maître moi. Glousse-t-il avant de poursuivre, répondant à la suite des paroles de Sextus : Ah, ça c'est bien possible. Mais à quoi me servirait ce joli minois si je ne l'utilisais pas auprès de ces dames ?

L'anecdote sur la malheureuse sœur de Livia aura au moins eu le don de provoquer un fou rire chez le jeune Magister, qui à l'évidence, a du mal à s'en remettre. La scène amuse grandement l'esclave, qui ne bouge pas pour autant, un grand sourire vissé sur le visage. Maintenant qu'il y pense, c'est vrai que son maître passe beaucoup de temps aux alentours de la Flèche d'Argent, depuis quelques semaines... A peine a-t-il le temps de les formuler silencieusement, que ses doutes se voient confirmés par Sextus lui-même. Imitant l'agacement en levant les yeux au ciel, Ivo fait mine de râler tout en pianotant d'une main sur la peau du Tilani.

- Comment veux-tu que je fasse le nécessaire si je ne peux pas le toucher ? C'est totalement contradictoire ! Plus sérieusement, dis-moi ce que tu attends de moi, et ce sera fait.

Ivo feint de râler une nouvelle fois quand on lui intime l'ordre de s'allonger sur le dos, mais s'exécute néanmoins avec un petit sourire en coin, croisant les bras derrière la nuque pendant que son corps est utilisé comme un écritoire. Est-ce qu'il s'en formalise ? Pas le moins du monde, il trouve même la situation amusante. Enfin, pas plus amusante que la lettre que Sextus adresse au père de la potentielle future madame Tilani, et qui lui arrache des rires étouffés à grand peine ; ce qui n'a pas dû arranger l'écriture du Magister.

- J'adorerais te voir envoyer ça... Malheureusement, j'ai bien peur que le vieil homme ne fasse un arrêt cardiaque devant une telle missive ! Eh, j'aurais le droit de surveiller le futur Tilani miniature ? L'interrogation est réelle, tout comme la lueur qui s'est allumée au fond de ses prunelles sombres, tandis qu'il se redresse sur les coudes. S'occuper des enfants, c'est un peu comme s'occuper de ses plantes : une activité dans laquelle il place un dévouement à faire pâlir de jalousie une Révérende Mère de la Chantrie du sud.

.SHADOW
avatar

Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut